Porter le beau nom d’ #Ensemble au sein du Front de Gauche

meetingCe week-end, le mouvement auquel j’adhère (allez-y, c’est pas cher !),  si joliment dénommé Ensemble, tenait son assemblée générale constitutive et son premier congrès ce week-end, adossés à un meeting international aux invités particulièrement intéressants… (voir ci-dessus). Délégués et militants issus de la Gauche anticapitaliste, des Alternatifs, de la Fase, et des Communistes unitaires, anciens du NPA et du PCF se coutoyaient dans une ambiance bon enfant pour participer à des débats particulièrement riches et porteurs de sens auxquels je vous invite à participer par la lecture ici et , afin de vous en faire une idée. Vous y retrouverez des thèmes qui me sont chers et rythment régulièrement, avec constance et détermination,  la vie de ce blog. Il suffit d’ailleurs de jeter un œil à la une du site d’Ensemble pour comprendre pourquoi je m’y sens chez moi… Ce premier congrès a été l’occasion d’accueillir cinq cents personnalités issues d’horizons divers pour lancer les Chantiers d’espoir, dont je vous ai déjà parlé ici. Une belle alternative, et un beau projet (en cours de construction…) qui fait plaisir à lire et à voir. Quant à participer… C’est vous qui voyez. Moi, j’en suis ! J’y apporte ma modeste pierre par l’intermédiaire de ce petit billet car, comme le dit Myriam Martin, il faut « Dire le nom d ‘Ensemble au sein du front de gauche« . Non, il n’y a pas que Mélenchon pour porter nos espoirs… Il faut encourager les jeunes talents, les vraies compétences hors champ politique traditionnel, les ressources vives pas encore connues à ce jour, et tous ceux qui agissent, dans le milieu associatif et de l’économie sociale et solidaire, dans l’ombre, mais pas sans résultats concrets… De même, tous ceux et celles (bienvenue aux féministes !) qui combattent l’injustice sociale sans en faire des tonnes pour se faire remarquer… Ensemble est un mouvement insuffisamment connu, dans lequel il y a pourtant tant de personnalités attachantes et surtout riches de matière grise, de réflexion et d’action hors des sentiers battus, et qui porte réellement et sincèrement, sans posture (notre volonté de transformation économique et sociale est une constante portée en nous depuis des années, quelles que soient nos structures politiques d’origine) et au quotidien, dans les actes,  les espoirs d’une gauche européenne en train de se réveiller, dans le sillage de Syriza, de Podemos, et de bien d ‘autres moins connus en Europe. Notre mouvement est fait de la même veine, de la même volonté de dépasser les logiques austéritaires mortifères,  rassemblant les mêmes composantes à la fois politiques et de la société civile, alliant volonté de projet économique alternatif, souci de transformation sociale, et préoccupations environnementales. S’y opère un même cadre de rassemblement bousculant les ordres établis et l’entre-soi des politiques traditionnelles, qui ont conduit à cette malodorante scène dominicale, si prévisiblement préparée par l’indulgence coupable du système médiatique français et de ces éternels commentateurs politiques bornés qui font la pluie et le beau temps dans notre beau pays rythmé par les journaux télévisés de TF1 ou de Pujadas (ce qui en revient au même).  Ensemble nous propose de sortir de cette soupe quotidienne sans intérêt, qui ressasse toujours les mêmes rengaines libérales sans issue, avec de vraies idées, de vrais débats, des projets véritablement novateurs et participatifs, par des rencontres, des initiatives et surtout…. notre engagement et notre contribution. Alors, oui, je ne me contente pas de critiquer, je propose autre chose, et j’agis. Ici et maintenant. Qui m’aime (ou pas : on s ‘en fout !) me suive…

Quand le Front de Gauche décapitera ses pyramides…

placeaupeuple1

Même si je suis de ceux qui dénoncent vertement la stratégie suicidaire de la direction et de militants communistes un peu trop orthodoxes du PCF dans nos régions (lesquels font parfois plus de mal que de bien à long terme, localement, j’en sais quelque chose), eux qui s’avilissent par l’usage de ruses indignes et d’un autre temps, il serait temps que le jeu de massacre auquel nous assistons, effarés de part et d’autre aujourd’hui, qui nous décrédibilise tous en externe,  soit enfin stoppé.

Le Front de Gauche est en effet à mes yeux un bien précieux qui doit être sauvegardé, une coalition politique qui constitue une avancée trop significative dans l’histoire de la recomposition du paysage politique français pour ne pas être jalousement préservée. Il conviendrait d’en garder l’esprit, celui qui fut le nôtre à sa constitution, souvenez-vous, alors que nous désespérions de l’absence de gauche… je veux dire : la nôtre, celle qui n’est pas dans la compromission mais dans la lutte pour extorquer à cette société mortifère ce qu’elle ne veut pas nous donner, le pouvoir étant confisqué par des instances dirigeantes si peu représentatives et si peu soucieuses des intérêts populaires, tant elles sont plus sûrement pressées de répondre aux demandes du Medef qu’à celles des syndicats de salariés : plus de droits et de dignité, plus de sécurité, plus d’espoirs d’une vie meilleure, et moins de reculades sociales, comme ce fut le cas pour nos retraites ou le pacte de responsabilité. Mais malheureusement il devient de plus en plus évident que certains préfèrent leurs misérables intérêts personnels, quand ce n’est pas financiers, ou de stratégies à la petite semaine, plutôt que de préserver la qualité de nos orientations politiques, de notre programme, et des convictions fortes qui vont avec, qui ne souffrent pas de collusion avec des forces dont les intérêts leur sont contraires.

capture14

Il faut arrêter avec cette manière archaïque de faire de la poltiquen qui ne correspond plus aux attentes actuelles de nos concitoyens, qui vuelent plus de transparence et de cohérence, et surtout de la fidélité à nos valeurs communes. C’est pourquoi lorsque j’ai découvert par un lien sur facebook la proposition plutôt constructive de Nathanael, l’ami du Cri du Peuple  qui, dans son article sur médiavox milite pour une solution plus démocratique qui mettrait fin à cette navrante, inutile et dangereuse guerre des chefs (laquelle est en train de mettre à bas notre unité et notre efficience collective), je me suis dit qu’il fallait saisir l’occasion au bond pour la faire partager par le plus grand nombre. Les querelles stériles et fratricides (qui font le jeu de qui ?), ça suffit commme ça !

 Front de gauche : sortons du piège de la personnalisation

 L’intitulé tombe fort à propos. Développement :

 La direction de ce jeune objet politique doit vraiment faire place à l’ensemble de ses composantes. Le vieux conseil national du Front de gauche a montré ses limites, qui n’a pas su empêcher les tensions de leadership incarnées par celles entre son président : Pierre Laurent, et son ancien candidat : Jean-Luc Mélenchon. Ces deux personnes, pour brillantes qu’elles soient toutes les deux, seraient inspirées de laisser la place, d’autant que la confiance qu’elles ont l’une pour l’autre a disparu.

Le Front de gauche pourrait inventer une présidence à trois têtes, dont ces deux ténors seraient exclus et incluant obligatoirement une personnalité d’Ensemble ou de la Gauche unitaire. Cela aurait pour avantage de manifester en actes que le Front de gauche n’est pas que le PCF allié au PG. En outre, cela ferait apparaître de nouvelles têtes et sortirait le FDG du piège – très Ve République – de la personnalisation. Pour des formations qui se battent en faveur de la 6e République, ce serait bien la moindre des choses.

 Je partage et soutiens l’idée, avec totuefois quelques nuances. Ce que je souhaiterais quant à moi pour dépasser la navrante situation actuelle, c’est une direction collégiale, représentée par des membres de chacune des composantes : PCF, PG, GU, Ensemble, Fase… et pourquoi pas le NPA ? Mais aussi une représentation géographique cohérente, pour éviter que nos instances soient excessivement centralisées, et ne représentent aucunement nos attentes locales, commec ‘est un peu trop souvent le cas quant les décisions ne se rpennent qu’à Paris… et par des parisiens, malgré tout els respect que j’ai pour eux.

En tous cas, on ne peut pas ambitionner de redonner du pouvoir au peuple et continuer ainsi de le confisquer par des instances nationales aussi pyramidales. Yen a marre ! Faut que ça change !

 

 

je fais mienne la charte de… #Ensemble !

logoENSEMBLE: MISE AU POINT !

Auteur:

Ensemble n’a pas pour but de piquer des militants ni au PCF ni au PG. Ceux qui sont convaincus de la nécessité de changer le fonctionnement en cartel, en opposition blocs contre blocs, en concurrence ou luttes d’influences contre productives voir mortifères seront bien plus utiles dans leurs partis dans ceux où ils se sentent bien qu’en rejoignant Ensemble.

Ensemble n’a pas pour but de faire se dissoudre le PCF ou le PG dans le mouvement du front de gauche, mais se contente de prôner l’entraide entre partis au sein du mouvement de la même façon que le fdg prône l’entraide entre pays sur la planète.

Ensemble ne s’inscrit pas dans une démarche de concurrence, dans le but de prendre des places, ni de peser par rapport au PCF ou au PG. Ensemble s’inscrit dans une recherche d’élargissement du fdg, la disparition des places autant que possible et l’instauration du débat démocratique dans une recherche de consensus ouverte à tous les militants de façon directe et pas au travers du fonctionnement particulier de leur partis. Que les partis continuent à avoir un fonctionnement particulier, une ligne particulière n’est absolument pas un problème, du moment que lorsqu’il s’agit de points qui engagent tout le mouvement, les militants peuvent s’exprimer et participer aux débats démocratique commun qui seul est en capacité de faire émerger la ligne politique acceptable, c-a-d ne posant aucun problème par rapport aux valeurs du fdg (pas de veto) et rassemblant le plus grand nombre d’adhésions (minimisation des oppositions ou des abstentions) tout en permettant à ceux qui en éprouvent le besoin d’user de leur droit de retrait.

Tout le reste, tout ce que vous entendrez qui ne relève pas de ce point de vu sur Ensemble me semble pour ma part soit une trahison de ce que se veut Ensemble, soit une paranoïa mal placée.

logo_FdG-medium

Carvounas, serpent si venimeux et si peu socialiste

Luc_Carvounas_-_1Qu’on se le dise ! J’ai décidé cette semaine de rejoindre la FASE, un autre (petit) mouvement du Front de Gauche qui correspond davantage à mes préoccupations et qui offre la particularité d’avoir une organisation beaucoup plus souple et moins autocratique et pyramidale que celle du PG, ce qui me heurte de plus en plus : ça nuit à ma fibre anarchiste. Cela pour dire que je n’ai plus aucun intérêt à défendre Mélenchon à présent, si ce n’est au titre du front de gauche.

Ce préliminaire déontologique personnel étant posé, je tiens à faire savoir tout le mal que je pense d’un homme dont la fonction est théoriquement d’assurer les relations avec les autres composantes de la gauche. Je sais qu’il n’est pas de bon ton, voire franchement très incorrect de personnaliser le débat politique, comme si la chose publique était désincarnée, qu’il faille attaquer les idées plutôt que l’homme. Pourtant, comment désolidariser l’un et l’autre ? Arrêtons là l’hypocrisie et osons nommer un chat un chat et Carvounas un voyou. Car agir de telle manière, au moment même où le parti de gauche tient son congrès  relève de la déclaration de guerre qui ne se l’avoue pas, car sournoise comme lui.  On y voit toute la bassesse de l’homme plutôt que du parti qu’il est sensé représenter…. si mal. Mais cela n’étonnera personne venant d’un proche d’un homme si peu de gauche lui aussi : Manuel Valls. Qui se ressemble s’assemble.

Dans un journal acquis à sa cause très hollandaise, celui d’une gauche douteuse et compromise avec les puissances de l’argent qu’un ancien candidat à la présidentielle a prétendu combattre par pure tactique, Monsieur le dézingueur patenté de tout ce qui est trop rouge pour lui a cru bon de déverser tout son fiel.  Nous n’en ferons pas l’analyse,  estimant peu digne d’intérêt de laisser tremper ses neurones dans un tel bain de lisier.

Mais c’est franchement mépriser les électeurs et sympathisants du front de gauche que de penser qu’ils ne voient pas clair dans le seul jeu qu’ aient pu trouver ces gens là pour combattre nos convictions : tenter d’isoler Mélenchon pour le désolidariser du Front de gauche et le rendre ainsi plus inoffensif. Il pourrait donc paraître habile que de caresser ainsi (un peu trop visiblement d’ailleurs) dans le sens du poil le PCF et Pierre Laurent (qui n’est pas dupe….) pour mieux abattre leur ancien camarade. Ce n’est pourtant à mes yeux que de la pure fourberie, de la traîtrise  et cet aspect  le plus vil qui fait se désintéresser les meilleures bonnes volontés de la chose politique. Que du dégoût ne peut naître de telles pratiques, qui visent à abuser de la vulnérabilité idéologique et de l’inculture politique de certains. Cela s’appelle purement et simplement de la manipulation. C’est mal.

Mais venant de gens dont seul l’appétit, voire l’addiction au pouvoir est le moteur, comme le démontreront clairement les lignes qui suivent, nous ne sommes pas très étonnés. Nous luttons quant à nous pour nos convictions, et j’ai la faiblesse (ou la force ?)  de penser que Mélenchon est de la même veine, malgré ses outrances. Aussi, nous luttons tous ici, au Front de Gauche, pour assainir la vie politique de ses errements sarkozystes, dont les ors de la république gagneraient à s’affranchir. Ce n’est pas encore le cas. Car demeure un noeud gordien auquel le PS n’a pas souhaité s’attaquer malgré ses belles promesses auxquelles d’autres que moi à gauche ont cru : le lourd dossier des conflits d’intérêts. Or, qu’attendre d’un homme qui concentre sur de bien maigres épaules, surtout aussi tordues, tant de fonctions exécutives, montrant par là bien mal l’exemple d’une république irréprochable :

Capture

(on en passe et des meilleures… merci à ce Nicolas là, sur twitter)

Il n’est donc pas anodin que ce (si petit) Monsieur Carvounas trouve la veine de sa haine dans le cas d’un autre parvenu nageant dans les pires compromissions : Cahuzac n’a pas été démissionné pour rien, à ce que je sache. Mais rien que de le dire, comme de souligner que ces gens là n’ont rien de gauche, et se confondent dans leurs pratiques quotidiennes avec la pire droite qui soit, est déjà un blasphème.

Sauf que nous, on s’en fout : nous savons pour qui et contre quoi nous nous battons. Nous n’avons ni les mêmes serviteurs ni les mêmes maîtres… Puisque nous n’en avons pas. L’intérêt collectif seul nous guide, plutôt que les intérêts particuliers… « L’oeil d’Abel était dans la tombe et regardait Cain »… A moins que ce ne soit l’inverse ?)

Un autre monde est certainement possible.

Au Front de gauche, nous ne nous résignons pas ! #MeetingMetz

phtos 2013 066A travers différents exemples, discours et témoignages, nous avons pu constater hier combien en France la gauche qui se bat est vivante et debout. Que ce soit au travers des témoignages de sidérurgistes, dont une délégation s’est rendue hier à Paris pour demander la nationalisation non seulement de Florange mais de l’ensemble de la sidérurgie française, de la prise de parole de représentants de Sanofi, Virgin, ou Mittal, tous ont dénoncé les logiques de recherche de profit maximal visant à enrichir à court terme les actionnaires au détriment des salariés  considérés comme la seule variable d’ajustement possible… phtos 2013 072Des (parfois anciens) salariés qui étaient pour certains présents dans la salle, victimes de multiples plans sociaux et des méandres parfois insupportables de la recherche d ’emploi, attirés autrefois pendant leur reconversion par les vitrines d’escrocs déguisés en sociétés de formation ou de recrutement avec pignon sur rue, comme l’un d’entre eux, Mic-mousse, grande gueule duweb (et dans la vie) bien sympathique dont j’ai eu le plaisir de faire la connaissance dans le bus, m’en a intimement entrenu… Mais qu’ importe pour les gros industriels et financiers de haut vol que cet intérêt collectif là, cette sauvegarde de l’emploi. Non, ce qui compte, c’est de réaliser des plus-values substantielles… A Virgin par exemple, comme en témoigne très clairement la salariée qui a souhaité intervenir (courageusement) dans ce meeting, alors qu’elle n’était pas syndiquée, on ne s’explique pas autrement le fait à présent notable que la société n’investissait plus depuis belle lurette dans ses magasins, sans souci de suivre la conjecture et l’évolution des modes d’achat, les yeux rivés sur le seul taux de profit et de rémunération des actionnaires. A Sanofi, on a délibérément choisi d’abandonner les secteurs non rentables à court terme comme celui de la recherche, ce qui conduit à sacrifier les unités de Montpellier et de Toulouse, dont provient la salariée qui a bien voulu apporter ses lumières sur le dossier. Ainsi, elle nous appris,  bien que le scénario soit malheureusement trop courant et symptomatique d’une certaine dérive industrialo-financière, que le PDG de Sanofi gagnait 17 000 euros par jour, et que la part consacrée à la rétribution des actionnaires étaient passée en quelques années de 30 à 50%, ce qui est probablement excessif.  Dans le même temps, 4 000 surpressions d’emploi ont eu lieu ces dernières années par plans successifs, et 7 sites ont été fermés depuis 2007 ).

phtos 2013 081Et bien sûr, puisque le lieu de ce premier meeting de lancement de cette campagne de lutte contre l’austérité du front de gauche n’a pas été choisie par hasard, mais par fidélité aux promesses envers les ouvriers du site, la sidérurgie a pris une place importante dès l’ouverture de ce meeting, où ceux de Florange ont pris une place prépondérante puisqu’ils nous ont fait part d’entrée des avancées de leur combat. Il se trouve que, hasard du calendrier, certains d’entre eux faisaient partie de la délégation qui s ‘est rendue à Paris le jour même pour plaider leur cause, la sauvegarde des emplois, et la nécessité impérieuse non seulement d’une nationalisation de Florange, mais de l’ensemble de la sidérurgie française qui représente un secteur stratégique incontournable, primordial. Il est donc inconcevable de le laisser se démanteler comme nous autres lorrains pouvons y assister depuis tant et trop d ‘années.phtos 2013 076 Et cela alors même, comme l’a très bien expliqué l’intervenant, que des savoirs essentiels, de l’ingénierie dans tous les domaines scientifiques et techniques  ont été accumulés. Doit-on les laisser disparaître sans réagir, comme semble s’y résigner aujourd’hui le gouvernement, alors que le projet Ulcos  été abandonné, et que l’attitude de Mittal ne souffre plus de doutes possibles quant à la moralité de sa stratégie qui consiste à raréfier l’offre pour s’assurer de confortables dividendes à moindre frais? Doit-on accepter que tous les brevets partent à l’étranger et profitent à d’autres, qui n’ont de mobile et de moteur que la cupidité ? C’est la question qui a été posée en filigrane par l’ensemble des intervenants, qui tous se demandent jusqu’à quand on laissera sévir les cupides, les avides de profits à court terme, et les financiers sans scrupules ni considération pour les populations qu’ils vampirisent. Car chacun et chacune se rappelle ici la promesse du candidat Hollande qui résonne aujourd’hui bien amèrement dans les coeurs de ceux qui y ont cru (c’est à dire pas moi) : « Mon adversaire, c’est le monde de la Finance« .

phtos 2013 0539 mois après, le bébé est mort né : aucune des occasions de prouver cette déclaration d ‘intention n’a été saisie. Ni le TSCG, ratifié en dépit, ni la loi de séparation des activités des banques, ni surtout l’accord emploi qui se fait dans le dos des salariés. Preuve en est par la formule de Clémentine Autain qui pouvait amèrement dire sur l’estrade que le lendemain de cet accord la représentante du MEDEF, Laurence Parisot, dans les médias, » avait la banane« . Et pour cause ! Comme elle l’a souligné, voilà un accord qui a multiplié les oxymores. Ainsi, « le CDI intermittent »… Mais  cela n’est-il pas la conséquence d’un rapport de force défavorable aux salariés dans notre pays, où seulement trois syndicats représentant à peine 30 % des votes aux élections prud’hommales ont signé un accord en connivence avec le MEDEF avec l’appui du gouvernement, alors qu’il est de toute évidence si néfaste pour la défense des droits des salariés, et déguise la précarité généralisée en avancée moderne sous le vocable  qui se veut moderne,  mais n’est qu’un attrape nigauds, de flexisécurité, l’autre nom du cynisme patronal sur lequel s’appuie le gouvernement d’obédience libérale ?phtos 2013 080 Le mal est fait depuis que Sarkozy a institué les accords compétitivité emploi, derrière lesquels se réfugie Renault pour asseoir aujourd’hui son ignoble chantage, rassuré par le fait que le Ministre de la très sainte productivité a estimé que la ligne rouge n’était pas franchie. La belle blague… Qui y croit ? Comme l’a dit Pierre Laurent, quand la circulation bloque, quelque part, si l’on veut être efficace, on double par la gauche… phtos 2013 098Car pour reprendre la formule de Clémentine Autain, notre président a commis la performance, alors qu’il ne nous avait pourtant pas promis grand chose, de quand même nous décevoir... C’est pourquoi l’annonce pendant ce meeting par Pierre Laurent de l’obtention de la création d ‘une commission d ‘enquête sur « la situation de la sidérurgie française et européenne dans la crise économique et financière et les conditions de sa sauvegarde et de son développement » est une bonne nouvelle, et une petite illustration bien que modeste mais néanmoins  constructive des avancées de notre combat quotidien, cette fois au travers de nos députés. Un droit dont nous comptons bien faire bon usage… Pour reprendre le mot d’ordre de cette soirée : nous ne renonçons à rien, nous ne nous résignons pas…

téléchargement

On lâche rien ! 

NB. Pour ceux qui le souhaitent, je publierai l’ensemble des photos de ce meeting sur mon compte facebook dès que possible. Les interventions ont en effet été nombreuses, de Mélenchon aux syndicalistes de Florange, de Myriam Martin à Christian Picquet, de Clémentine Autain à Pierre Laurent, et tant d’autres… impossible de les caser tous ici ! En outre, pour le détail des interventions de chacun, je vous mets ici le lien dès que la vidéo est disponible en ligne. Merci pour votre compréhension. La rédaction (c’est à dire moi tout seul à mes heures perdues… Pas pour tout le monde, j’espère !).

Pour aller plus loin

Le lien vers les vidéos du meeting

.

le mépris des apparatchiks hollandais se paiera dans les urnes

PS, PC et EELV se sont donc réunis hier pour déterminer ensemble le contenu d’un accord concernant leur attitude aux prochaines législatives. Le Parti de Gauche était exclu de ces discussions, tout comme nos amis de Gauche Unitaire, de la FASE, et dissidents du NPA, autres composantes non négligeables du Front de Gauche.

Pour quelqu’un qui prétend gouverner avec une « large majorité« , voilà qui me semble particulièrement paradoxal, de commencer ainsi une campagne des législatives en excluant d’emblée des partenaires aussi actifs sur le front des luttes que nous le sommes. Et dire que sans la participation du Parti de Gauche,  et de son co-président, Jean-Luc Mélenchon,  à la bataille des présidentielles, jamais le Front de Gauche n’aurait obtenu un tel score (le PCF, seul, en serait au même niveau que EELV , quelques 2 à 3 %), et jamais Hollande n’aurait été élu… Il a été maintes fois admis par beaucoup que nos meetings avaient ralliés bien des abstentionnistes d’autrefois et permis à certains de renouer avec la politique. Mais de tout cela, les apparatchiks du PS se foutent royalement, et nous méprisent cordialement. Ou pas. Cela se paiera. Dans les urnes. Car si je me suis quant à moi (mais je ne parle ici qu’en mon nom) forcé à voter pour Hollande pour faire partir quelqu’un de moins démocrate que lui, je ne me forcerai pas à voter pour un socialiste dont le parti nous ignore si cyniquement.

Voici le communiqué qu’à publié hier le PG sur son site.  Inutile de vous dire que j’y souscris sans réserves :

Le Parti de Gauche a proposé depuis des mois que s’engage une négociation entre les différents partis de gauche sur les circonscriptions « à risque FN ». Un tel accord n’est évidemment possible que s’il concerne l’ensemble des forces impliquées . Or ce dimanche après-midi a eu une lieu une réunion dont le Parti de Gauche a été exclu malgré nos demandes réitérées d’engager ces discussions de façon transparente et respectueuse de chacun. Le Parti de Gauche indique que tout accord qui l’exclurait n’engagera en rien le Front de Gauche.

je tiens enfin à préciser que l’arrogance, le mépris et les insultes de l’état-major d’EELV, qui se sont si brillamment exprimés pendant la campagne présidentielle ne concernent en rien les militants de terrain, qui se retrouvent pour beaucoup dans les mêmes combats au quotidien, notamment dans le cadre des actions de défense de l’environnement. L’attitude de gens comme Duflot ou Placé  est donc totalement détachée des réalités politiques locales, et ne représente que leur seule volonté manifeste de décrocher des fauteuils… Nous avons de la politique une toute autre vision.

Post-scriptum : plusieurs heures après la publication de ce billet, j’apprends que le PS a daigné recevoir ce soir une délégation du front de gauche au complet. Cependant, il semblerait que leur conception de la négociation laisse à désirer… Continuer à prendre davantage au sérieux les 2 % d’EELV que les 11 % du front de gauche qui lui n’a réclamé aucun marocain continue de représenter à mes yeux une énigme en termes de stratégie électorale…

.

La volaille socialiste a les plumes du cul qui brûlent

je viens de lire un article particulièrement intéressant idéologiquement parlant, mais qui me semble comporter un seul léger petit défaut toutefois. Cependant, comme il est vivifiant et permet de donner du sens aux tensions qui se font jour actuellement entre le Parti socialiste (enfin, parmi les plus frileux..) et le Front de Gauche,  voilà le commentaire que j’ai commis sur facebook ¹ , pauvre geek victime de la mode de l’époque que je suis… Que le dieu auquel je ne crois pas me pardonne :

« Une intéressante analyse, à laquelle le seul point qui fasse défaut, c’est l’appoint de forces plus modernes, comme un certain nombre d’alter-mondialistes qui sont venus comme moi rejoindre le front de gauche, qui ne peut être réduit au seul Parti communiste tel qu’on l’a connu en ces années là…« .

Sinon, effectivement, on ne comprendrait pas l’ampleur que le Front de Gauche est en train de prendre actuellement. On ne saurait en effet assez souligner la richesse du conglomérat représenté par le Front de Gauche, que Jean-Luc Mélenchon et tous ceux qui le soutiennent ont su brillamment contribuer à réaliser, ce qui fait notre fierté,  pour mon plus grand plaisir : le Parti de gauche, une scission du Parti socialiste, créé par Jean-Luc Mélenchon et Marc Dolez, le Parti Communiste Français (PCF), le Parti de gauche (PG), Gauche Unitaire (GU), la Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique (FASE), une partie des militants de République et Socialisme,  une partie des militants du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC de Chevènement), du mouvement Utopia, des Verts et d’EELV,  de Convergences et alternative (issu du Nouveau Parti anticapitaliste, NPA), de la gauche alternative, du Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF)… et dernièrement ce qu’il restait encore du NPA parmi les moins isolés en la personne de trois cadres dirigeants du NPA, ce  dont j’ai parlé ici.

L’article que je veux voir partager, c’est celui-ci : « Le Front de gauche veut-il « plumer la volaille socialiste » ?… par Sylvain Boulouque, historien français, spécialiste du communisme, de l’anarchisme, du syndicalisme et de l’extrême gauche. (ouf… Tout moi ! une pointe de socialisme originel en plus 🙂 )

… avec une pensée ironique et narquoise  dans un coin de ma petite tête pour la parole de celle qui m’a dit récemment que « le Nouvel Obs, ça n’observait plus grand chose » et qui est pourtant bien de gauche.

Place au peuple !

Et vive la Résistance !

.

¹ Comme cela, mine de rien, je peux montrer, nullissime que je suis en informatique malgré mon statut de blogueur attitré (manque plus que la carte de presse..), que je maîtrise la nouvelle fonctionnalité de Facebook qui permet d’utiliser la fonction type  permalien pour un simple commentaire… ce qui n’était pas le cas il y a peu encore.

.

vite, un audit ! La France en a bien besoin…

Voilà un outil et un collectif dans lequel pour une fois nous pourrions tous nous retrouver sans grande difficulté ni éventuelle divergence idéologique, me semble-t-il… Aussi, j’invite tous mes lecteurs,  les blogueurs, les militants et sympathisants de toute la gauche, celle qui nous plait comme celle qui nous plait pas, molle ou dure, voire le centre et tous les démocrates à relayer et signer cet appel, qui va dans le bon sens. Quand on veut savoir dans quelle direction aller, ne vaut-il pas mieux un bon compas, en navigation , Cet audit en est un, parmi d’autres. Agissons. Et montrons au petit bonimenteur si efficace en tours de passe-passe que, NON, la situation financière de la France, ce n’est pas les 35 heures, la retraite à 60 ans, et la faute à Mitterand… pour qu’un autre monde soit possible, signez !

Signez l’appel pour un audit citoyen !

Écoles, hôpitaux, hébergement d’urgence, retraites, chômage, culture, environnement… nous vivons tous au quotidien l’austérité budgétaire et le pire est à venir. « Nous vivons au-dessus de nos moyens », telle est la rengaine que l’on nous ressasse dans les grands médias. « On n’a pas le choix, il faut rassurer les marchés financiers ».

Nous refusons ces discours culpabilisateurs. Nous ne voulons pas assister en spectateurs à la remise en cause de tout ce qui rendait encore vivables nos sociétés, en France et en Europe.

NB1 : Un email de confirmation vous sera envoyé une fois que vous aurez cliqué sur le bouton de signature. Prenez garde à ce qu’il ne soit pas bloqué par votre filtre à spam.
NB2 : La «politique de confidentialité» est celle d’une pétition classique : seuls vos nom, ville, pays et commentaires sont considérés comme des informations publiques.

Premiers signataires:

Marie-Laurence Bertrand (CGT), Jean-Claude Chailley (Résistance sociale), Annick Coupé (Union syndicale Solidaires), Thomas Coutrot (Attac), Pascal Franchet (CADTM), Laurent Gathier (Union SNUI-Sud Trésor Solidaires), Bernadette Groison (FSU), Pierre Khalfa (Fondation Copernic), Jean-François Largillière (Sud BPCE), Philippe Légé (Économistes atterrés), Alain Marcu (Agir contre le Chômage !), Gus Massiah (Aitec), Franck Pupunat (Utopia), Michel Rousseau (Marches européennes), Maya Surduts (Collectif national pour le droit des femmes), Pierre Tartakowsky (Ligue des droits de l’homme), Patricia Téjas (Fédération des Finances CGT), Bernard Teper (Réseau Education Populaire), Patrick Viveret (Collectif Richesse)

et Philippe Askénazy (économiste), Geneviève Azam (économiste), Étienne Balibar (philosophe), Frédéric Boccara (économiste), Alain Caillé (sociologue), Benjamin Coriat (économiste), Cédric Durand (économiste), Susan George (écrivain), Jean-Marie Harribey (économiste), Michel Husson (économiste), Stéphane Hessel (écrivain), Esther Jeffers (économiste), Marc Mangenot (économiste), Jean-Louis Laville (sociologue), Frédéric Lordon (économiste), Dominique Méda (sociologue), Ariane Mnouchkine (artiste), André Orléan (économiste), Dominique Plihon (économiste), Christophe Ramaux (économiste), Denis Sieffert (journaliste), Henri Sterdyniak (économiste)…

Source :  THE  site

J’invite en outre tous les blogueurs de la liste ci jointe (les autres aussi) à réagir sur cette initiative, nous dire ce qu’ils en pensent, d’accord ou pas d’accord ? Le débat est ouvert.. (« j’ai pas dit tout vert, Maurice ! »)

(et Nicolas, fait pas la gueule, tu peux te greffer, j’ai pas le temps de chercher ton lien, je dois aller chercher le gosse à 30 bornes, bordel, et je suis à la bourre, tu peux comprendre ça, non ? toi et mes tiens.. Bye ! et sans rancune, hein !)

Sur le front des luttes, la politique autrement

cliquez sur l'image pour consulter le sommaire

Après avoir découvert cette initiative, je voulais dire (et en l’occurrence écrire…) ma fierté d’appartenir à ce mouvement qui ne se contente pas de faire dans le déclaratif et les bonnes intentions de principe mais qui joint le geste à la parole. Cela est important à mes yeux. Puis dire aussi combien j’apprécie la créativité du parti de gauche  et du front de gauche (remue-méninge, andouillette AAA, etc…).  Aller au devant des gens là où ils sont (devant les pôles emploi aussi  j’espère ?) et ne pas se contenter d’avoir du mot peuple plein la bouche en restant entre soi, voilà qui me va droit au coeur et dans le bon sens, pour contrer l’ennemi sur son propre terrain. Il nous reste encore moins de 6 mois pour convaincre… Agissons !

Présidentielle / Législatives : Le Front de gauche lance son « Front des luttes »

Mardi, 25 Octobre
Laurence Sauvage

Aujourd’hui, mardi 25 octobre à 12h00, le Front des Luttes organise une rencontre-débat à la gare d’Austerlitz avec des syndicalistes cheminots. A cette occasion, Marie-George Buffet présentera l’équipe qui animera avec elle le «Front des luttes » dont l’objectif sera, dans la campagne présidentielle et législative de 2012, de combiner exigences sociales et propositions politiques alternatives.

Cette campagne sera marquée par la présence du Front de gauche dans les luttes sociales et la rencontre avec les salarié-e-s pour mener une campagne citoyenne dans les entreprises.

Les Fonderies du Poitou, Fralib, Continental Nutrition, Still Montataire, Maternité des Lilas, Florange, Papeteries M’Real… autant de conflits sociaux où le Front de gauche a déjà eu l’occasion d’apporter son soutien et d’engager le débat avec les salarié-e-s sur les propositions fortes du Programme «L’humain d’abord ». Avec le Front des luttes, le Front de gauche veut donner d’avantage de pouvoir aux salariés et au peuple face à la loi des banques et des actionnaires.

Le Front de gauche avec son candidat commun, Jean-Luc Mélenchon et ses candidat-e-s aux élections législatives, ont l’ambition de construire une grande mobilisation politique dans le monde du travail sur la base d’exigences sociales fortes. C’est la condition pour faire reculer l’abstention, battre la droite et l’extrême droite, et gagner une véritable alternative à gauche. (la suite ici)

Sur le sujet, lire aussi…

Publiez cet article sur votre réseau social préféré !

Contre la règle d’or : ils ont signé.

source : cliquez sur l’image

.

Attac, le PCF, l’Union syndicale Solidaires, la fondation Copernic, le Parti de gauche… Une quinzaine de partis et associations ont lancé  sur Mediapart le 28 juillet 2011 un appel contre l’inscription dans la Constitution de l’objectif de l’équilibre budgétaire.
  ———-

puceinvite.jpgL’Union européenne et les gouvernements utilisent les dettes publiques pour imposer aux peuples d’Europe une véritable purge sociale. Alors que les banques et autres opérateurs financiers n’en finissent pas de spéculer sur les dettes publiques, il faudrait que ce soit les populations qui payent une crise dont les marchés financiers sont les premiers responsables et uniques bénéficiaires.

 C’est pour cela que les gouvernements de l’Union, la Commission et le Parlement européen, avec la participation active de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international, veulent imposer une nouvelle gouvernance économique asservie à la finance avec pour objectif de mettre sous surveillance accrue les budgets nationaux, de durcir les sanctions contre les Etats en cas de déficit dit excessif et de réduire les dépenses publiques.
 
Le pacte «euro plus» utilisait déjà la crise de la dette pour imposer l’austérité, la baisse des salaires, des pensions et des retraites, la diminution du nombre de fonctionnaires, la flexibilité du travail, le recul de l’âge du départ en retraite, la casse des systèmes de protection sociale, tout en réduisant les pouvoirs des organisations syndicales. Le tout, au seul bénéfice des actionnaires des grandes sociétés et du système financier international! Une mesure déjà prise, le «semestre européen», vise à soumettre au Conseil et à la Commission les budgets des Etats avant même qu’ils soient débattus par les parlements nationaux.
 
Pour essayer de verrouiller totalement ce montage, les gouvernements européens veulent intégrer dans la loi fondamentale des Etats l’objectif de l’équilibre budgétaire, ce que Nicolas Sarkozy appelle «la règle d’or». Stupide économiquement –que se serait-il passé si cette règle avait été appliquée au moment de la crise financière où les Etats ont renfloué les banques–, cette proposition est une agression contre la démocratie, car les politiques économiques seraient ainsi totalement soustraites au débat politique et à la décision citoyenne. Une telle disposition, adoptée par les parlementaires des deux chambres, ne doit pas être intégrée dans la Constitution française comme le veulent le président de la République et l’Union européenne.
 
 Les citoyens et les citoyennes ne doivent pas payer les dettes qui sont le résultat de la soumission des Etats aux marchés financiers. Ces dettes sont illégitimes et les peuples ne doivent pas en faire les frais. Il faut exiger aujourd’hui un moratoire et des audits citoyens sur les dettes publiques. Dans l’immédiat, les organisations signataires appellent les citoyennes et les citoyens, leurs organisations associatives, syndicales et politiques à se mobiliser contre la constitutionnalisation de l’austérité et les parlementaires à voter contre ce texte si Nicolas Sarkozy osait malgré tout convoquer le Parlement en congrès à Versailles. 
 
 ATTAC, CGT-Finances, FASE, FILPAC-CGT, Fondation Copernic, GU, Les Alternatifs, Marches européennes, MPEP, NPA, PCF, PCOF, PG, République & Socialisme, Union syndicale Solidaires
.
 
Sur le même sujet, ne pas s’abstenir de lire également cet intéressant billet de Vogelsong, et celui d’Elmone, qui prête à discussion…