Contre la mondialisation des nationalismes xénophobes et leurs petits producteurs de haine

[Découvert grâce à Pierre…]

Voilà une analyse globale pertinente comme je les aime, et qui gagnerait à être diffusée sur un sujet qui est le cœur de mes combats, la lutte contre l’extrême-droite et ses idées. Je n’en connaissais pas les auteurs, rassemblés par Catherine Tonero, rassemblés sur le plateau de CQFD (Ce Qui Fait Débat), une émission de RTBF Info visible ici. Je me suis dans la foulée aussitôt abonné au compte twitter de l’un d’entre eux, dont j’ai remarqué au passage l’ image d’en-tête, tellement porteuse de sens à mes yeux :

Et voilà ce qu’en débat avec Catherine Xhardez nous dit cet auteur belge (dont j’aimerais lire l’ouvrage si j’étais plus riche…), qui sait admirablement bien s’extraire de la situation politique de son seul pays pour nous apporter un éclairage qui fait sens sur la visibilité politique de ces mouvements dont je combats les idées comme leurs petits porteurs, partout en Europe :

Pour Arnaud Zacharie, ces trois mouvements répondent du national-populisme, avec des stratégies différentes: « il y a les partis d’extrême-droite traditionnels comme le Vlaams Belang, le Rassemblement National en France ou le FPÖ en Autriche, qui sont dans une stratégie de dé-diabolisation et essaient d’être plus fréquentables, paraître comme des partis de gouvernement, et puis il y a les partis qui n’ont aucune filiation avec l’extrême-droite au départ, la Lega issue de la Ligue du Nord en Italie, mais aussi le Fidesz de Viktor Orban qui est membre du PPE, qui sont des partis qui se sont radicalisés, alors qu’ils étaient de droite modérée ».

« Le courant national-populiste est à la fois un repli souverainiste et identitaire », explique Arnaud Zacharie, « il consiste à opposer les intérêts du peuple à ceux des élites et des minorités […] On cible des boucs émissaires qui profiteraient du système: les immigrés, les assistés, les homosexuels, voire les femmes. Et on essaie de remobiliser le peuple contre ».

« Leur point commun, c’est le discours anti-immigration », poursuit Catherine Xhardez, « et ils en font un problème politique de premier plan. L’offre politique joue beaucoup ici: ce sont parfois les partis eux-mêmes qui créent les problèmes politiques […] Et l’extrême-droite est un entrepreneur politique de premier plan pour politiser l’immigration et en faire un problème, alors qu’il n’y a pas toujours d’opinion publique ou d’événement contextuel défavorable. Il faut être conscient de cette construction qui a des conséquences importantes sur le débat politique, en normalisant des opinions racistes, xénophobes », explique la politologue.

Arnaud Zacharie pointe un tournant dans ce contexte: la crise de la mondialisation néo-libérale en 2008. « Jusqu’en 2008, les partis d’extrême-droite ont pu jouer un rôle contestataire mais sans avoir suffisamment d’adhésion pour accéder à des gouvernements », explique-t-il. « Après la crise de 2008, doublée des conflits au Moyen-Orient qui ont entraîné leurs lots de réfugiés, tout cela a créé un contexte favorable au discours national-populiste dont le succès est lié au fait qu’il retraduit en enjeux culturels des enjeux économiques […] Plus on parle d’immigration, et de surcroît de manière négative, plus le national-populisme va remporter de succès électoraux ».

Catherine Xhardez pointe aussi la responsabilité des autres partis: « Il y a beaucoup de partis traditionnels ou modérés qui ont pensé que se réapproprier ces termes du débat serait rentable, ce qui n’est pas le cas. Et on l’a vu avec le Vlaams Belang et la N-VA, on préfère l’original à la copie, mais il y a aussi des études longitudinales qui montrent que quand des partis plus modérés adoptent les discours des extrêmes, ça se traduit par des pertes électorales ».

La réponse des Sardines

Le mouvement des Sardines, né à Bologne après que la Lega de Matteo Salvini ait remporté les élections régionales en Ombrie, fief historique de la gauche italienne, entend s’opposer à l’extrême-droite populiste en réinvestissant les places publiques d’Italie. La manifestation de samedi dernier a rassemblé des dizaines de milliers de sardines à Rome, mais aussi à Paris, Amsterdam, Londres, Berlin et Bruxelles, où le mouvement est représenté par le groupe Facebook « 6000 Sardine in Belgio ».

Parmi ses membres fondateurs: Nada Ladraa-Krit, une jeune italienne résidant en Belgique depuis 4 mois, étudiante à la VUB, explique vouloir réveiller les consciences face aux populistes: « J’espère que les gens se rendent compte que Salvini est là parce qu’il a su donner des réponses à des nécessités vécues par les Italiens… Et qu’il faut s’engager, créer d’autres solutions et trouver une alternative à Salvini ». Le future de ce mouvement est difficile à prédire à ce stade et la jeune femme le reconnaît: « Le problème, c’est qu’on s’est rassemblés en tant qu’anti-Salvini et on le voit déjà, c’est difficile de créer des propos et de construire quelque chose avec tout le mouvement. J’espère que les gens vont profiter de ce mouvement, pas juste pour se déclarer anti-Salvini, mais aussi pour proposer des alternatives ».

« Le problème aujourd’hui, c’est que les partis extrémistes contrôlent l’agenda médiatique, mais aussi la compétition partisane », commente Catherine Xhardez, « et c’est pour ça que l’initiative des Sardines est importante, car ça montre qu’avec plus de politique, on peut aussi résoudre la question, imposer d’autres discours, débattre, s’engager, et construire un autre récit sur la société ». 

source

… et je me prends alors à rêver d’un autre mouvement d’ampleur à l’image de ces sardines dans mon pays qui en aurait tant besoin, lui aussi, alors que se développent et se banalisent si insoutenablement les discours xénophobes, y compris dans certains mouvements qui se prétendent républicains, mais qui ont de plus de mal à cacher le racisme plus ou moins explicite de leurs positionnements envers l’immigration et les musulmans.

Que ce soit Catherine Xhardez ou Arnaud Zacharie, tous deux ont souligné à quel point les partis politiques (1), chacun selon le contexte spécifique de leur pays d’origine, sont en train de thésauriser sur le dos de la souffrance économique et sociale, avec pour simple levier un discours anti-immigration de plus en plus violent, en espérant cyniquement des retours électoraux sur investissement. Un point d’analyse politique qui entre en résonance particulière en moi avec ce que je nomme personnellement ici l’industrie des petits producteurs de haine : des personnalités, des espaces numériques et des structures médiatiques qui constituent, avec le personnel politique en regard, un écosystème politique certes, mais également économique, cohérent, avec une logique intrinsèque qui contribue à ce que les intérêts matériels, et en termes de pouvoirs et d’influence, de ses acteurs/trices soient étroitement imbriqués. Le tout forme un continuum qui s’est retrouvé dans mon pays, comme par hasard, fortement dérangé par l’action pourtant modeste et désintéressée des Sleeping Giants. Normal, nous touchons leur talon d’Achille, leur point névralgique : l’argent n’est-il pas le nerf de leur guerre ? Alors qu’il n’est pas le nôtre, ce qui fait notre force. Nous ne militons pas pour quelque profit, même d’estime, que ce soit. Mais parce que nous sentons tous que le danger est là, à notre porte. Quel que soit le nom dont on l’affuble, la bête est toujours aussi immonde, son haleine toujours aussi fétide, et ses projections mentales nous salissent un peu tous

Aussi, Ensemble, comme nos cousines, les sardines italiennes, nous devons donc trouver un front uni, pour lui faire mordre la poussière. Qu’importe le nom et la forme qu’on lui trouvera, j’appelle de mes vœux ce sursaut humaniste et populaire dont ce pays a tant besoin.

(1) … et pas seulement les partis politiques d’extrême-droite, il est fort utile de le souligner. Un autre point précis m’a interpellé dans les propos d’Arnaud Zacharie, c’est lorsqu’il précise que « Le courant national-populiste est à la fois un repli souverainiste et identitaire » . C’est à mon sens intéressant de s’arrêter une seconde malgré notre appétit consommatoire, empli d’immédiateté, de notre recherche d’information, qui nous fait tout dévorer un peu trop vite… Car sans cet arrêt dans l’attention, on ne comprend ni ne saisit les raisons pour lesquelles un antifasciste lambda comme moi peut éprouver le besoin de s’en prendre non seulement à l’extrême-droite, mais également aux mouvements souverainistes et nationalistes, ceux qui se disent « républicains« , tout comme aux mouvements identitaires. Ces deux notions ne s’excluent d’ailleurs pas dans certains groupuscules, y compris dans une certaine gauche qui n’est vraiment pas la mienne…

le Siel de Renaud Camus et SA solution finale… je les vomis.

Capture.PNG
source

On ne va pas ergoter 107 ans sur la dangerosité de cet individu pestilentiel dont les idées complotistes grotesques mais néanmoins criminelles ont nourri l’inspiration du tueur de Christchurch ¹.    D’autant plus que l’information dont il s’agit n’est pas de toute fraîcheur... Juste pour dire qu’il y a des mesures, dans son programme,  qui font froid dans le dos, et sans vouloir banaliser l’histoire de la Shoah,  qui ressemblent étrangement à une esquisse de solution finale…

D3n4Q0VWwAEOWKE.jpg

Un tel délire in-humaniste, forcément, ça nous titille le point Godwin. Donner pareil signal aux meutes de bas du front qui sillonnent nos mers et nos montagnes, forcément, ça ne pouvait pas passer chez moi… Et je le fais savoir. Même si les probables 0,5 % de sa liste immonde devraient suffire à lui claquer le beignet, c’est encore bien trop pour moi. Des graines de terrorisme raciste, juste. Renvoyons les aux oubliettes de l’histoire. Forçons ces rats à rejoindre le caniveau qu’ils n’auraient jamais du quitter sans la complaisance coupable des médias. Faut que ça cesse. ça déborde….

 

Post-scriptum : j’apprends ce jour, 22 mai 2019, que le grand gourou du terrorisme international d’extrême droite vient de retirer au dernier moment sa liste, la ligne claire. De mauvaises langues prétendent que, loin de l’explication qu’il a donnée sur twitter selon laquelle une mauvaise déclaration de l’un de ses co-listiers aurait justifié cette mesure, cela correspondrait plutôt à une stratégie de com. Grâce à cette candidature, il aurait en effet réussi à faire parler de lui à peu de frais, et à populariser ses idées… Je ne sais qu’en penser. La suite au prochain épisode…

PS2. on en apprend un peu plus sur la raison supposée : il s’agirait de Fiorina Lignier, cette identitaire qui a servi d’effigie aux gilets jaunes pour avoir été éborgnée par un LBD, prise la main dans le sac à dessiner des croix gammées. J’apprends avec stupéfaction que cela offusquerait Renaud Camus. première nouvelle, tiens… Quelle hypocrisie.

¹  Quand bien même il le nie pour sauvegarder ce qui lui reste de conscience, en se prétendant non-violent, ce que la violence de ses idées ne m’a pas démontré.

 

Ce que pense l’ #UPR des #antifas… et de la gauche en général (attention, pur bullshit inside 🤮)

Si on reconnait sa compétence antifasciste militante au niveau de haine, et donc de gêne  occasionné à l’ennemi sur le front de la fachosphère, nul doute qu’elle est ici bien présente…

Au début, je pensais à un compte parodique. En effet, tout a commencé par une immixtion de ce grossier personnage dans une conversation…  Une caricature, tant l’expression est cliché (raison pour laquelle je l’avais reprise ici, dans mon titre)  :

Capture.PNG

… mais de fil en aiguille, la couturière en question a sérieusement dérapé au fur et à mesure qu’elle déroulait son petit tapis sur twitter…  :

Mépris des jeunes et virilisme à deux balles,  si terriblement ordinaire dans la fachosphère…

Screenshot_20190306-155256

 

… Prosélytisme plutôt grossier sur l’air de la bonne parole et du droit chemin, avec le passage antisémite obligé chez ces gens là, (qui ont toujours de petites cases complotistes bien prêtes à côté d’eux pour tout expliquer, et si volontiers par un grand complot) ,  par  la mention de notre employeur et maître à tous…;), ainsi que la référence bien dégueulasse au meurtre de Clément Méric :

Screenshot_20190306-155306

… Un peu de cette grasse et  vulgaire provocation à deux balles pour troll débutant, qui tomberait dans le panneau tête baissée en s’emportant, grave erreur …

Screenshot_20190306-155445

… jusqu’à devenir carrément insultant,  à ras des pâquerettes ou du caniveau que cet odieux personnage n’aurait jamais du quitter  :

Aussi, je tenais absolument à vous faire profiter de ce petit phénomène de foire, dans ma grande magnanimité. Un condensé de toutes les conneries qu’on peut entendre, ou plutôt lire, sur les sites d’extrême droite et complotistes/confusionnistes, sur les antifas et la gauche … Pur bull shit ridicule habituel dans la fachosphère, qui justifie ce que j’ai gravé en haut de ce blog… Et dire qu’il faut que l’on supporte de tels énergumènes. On n’est vraiment pas cher payé pour. Mais que voulez vous, c’est pour la cause…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le parlement européen enfin conscient de l’ampleur du Mal ? #NONazis

Il serait temps…

Capture.PNG
source

L’article nous décrit l’ampleur de l’incendie, y compris dans notre pays…(dont certains événements dont j’ai déjà parlé ici, et , notamment).

Capture.PNG

 

Je constate que cet article reprend en grande partie les constats des antifas, notamment au travers de cette phrase : « La collusion entre dirigeants politiques, partis politiques, services répressifs et néofascistes/néonazis dans certains États membres inquiète les élus européens. »

(#acab….. Mais puisqu’on vous dit que sont les antifas et les black blocs,  l’ennemi !).

Je note également que mon cheval de bataille perso est également mentionné, tant je me suis fait de la traque aux propos racistes, sexistes et homophobes (cf. le phénomène des  haters)  sur le net une spécialité (ce qui n’est visiblement pas du goût de tout le monde…) et de celui de la modération des réseaux sociaux, un champ de connaissance spécifique  (si quelqu’un.e veut m’embaucher, d’ailleurs, je suis preneur…. je ne crains visiblement pas la pollution mentale, puisque depuis le temps, je suis toujours en vie… et heureux) :

Ils réclament aussi des mesures pour lutter contre la propagation du racisme, du fascisme et de la xénophobie via internet, en coopération avec les entreprises de médias sociaux.

Mais n’est-il pas déjà un peu tard, quand dans certains pays les représentants de ce genre d’idéologie toxique sont déjà au pouvoir ? Suivez mon regard…

Je serais d’ailleurs curieux de savoir qui sont les 90 pays qui ont voté CONTRE cette résolution pourtant salutaire…

(On notera au passage dans cet article la mention de « résolution non contraignante« … Fin de la blague. Une ambition de bulot… La route est encore longue ! ).

#Hongrie @nadine__morano #LR tombe à pieds joints dans la #fachosphère en soutenant #Orban

En mai 2016, j’écrivais ceci :

Ce pays a déjà commis l’horreur impensable d’installer un mur de barbelés particulièrement inhumains (de type Concertina, arborant des lames de rasoir…) autour de ce pays. Mais voilà qu’il va encore plus loin à présent sur l’échelle de l’horreur. La possibilité vient d’être donnée à l’armée par Orban de tirer sur les migrants

En 2017, je notais que le gouvernement de ce pays avait décidé d’envoyer en prison tout migrant ou réfugié comme si c’était un vulgaire délinquant :

Capture
source

A la suite de ce billet, mes mots étaient alors sévères envers cette Europe là… :

Une Europe qui tolère cela ne mérite pas de subsister. Une telle décision est digne d’un régime autoritaire, de nature fasciste. La Hongrie contrevenant à toutes les conventions internationales, elle devrait en être expulsée, sans états d’âme. Mais l’impuissance des instances technocratiques de Bruxelles étant notoire, je doute que cela soit possible un jour… Honte sur nous, qui ne faisons rien pour que cela change.

Aujourd’hui, je suis heureux que l’histoire me donne tort :

Capture.PNG
source

Le parlement européen vient en effet de décider de déclencher la procédure contenue dans  l’article 7 des traités de l’Union  à l’encontre du gouvernement de Viktor Orban, toujours actuellement membre du Parti conservateur européen (PPE),  mais devenu coqueluche des droites extrêmes européennes en raison de sa politique hostile aux migrants.

Capture.PNG
source

Comme il en aura fallu, de déclarations antisémites, d’atteintes aux droits humains, de violences envers les migrants,pour en arriver là ! Que de temps perdu…. Et encore n’est-on pas sûr que ce vote aboutisse concrètement à une évolution positive dans ce pays fascisant…

Par ce vote, hautement symbolique, le Parlement de Strasbourg dénonce des « risques de violation grave de l’Etat de droit en Hongrie ». Mais la procédure de l’article 7 est longue, et son efficacité n’a encore jamais été prouvée : pour l’heure, Varsovie a refusé d’amender substantiellement ses réformes de la justice, jugées problématiques par la Commission. (alors que la Pologne avait déjà été visée par ce même article 7, en 2017)

Mais que dit exactement ce fameux article 7 ?

En son alinéa 3., que le Conseil peut décider de suspendre certains des droits découlant de l’application des traités à l’État membre en question, y compris les droits de vote du représentant du gouvernement de cet État membre au sein du Conseil.

Diantre ! Comme le petit Mussolini peut avoir peur…

Pour l’heure, ce qui est intéressant, c’est de regarder de plus près la répartition des votes…

Capture.PNG

Que des partis d’extrême-droite votent contre, quoi de plus logique… Mais que des membres de LR, comme Angélique DELAHAYE, Franck PROUST,  ou encore, plus connue, Nadine MORANO votent contre ce processus historique auquel aurait du s’attacher tout élu préoccupé de démocratie et de droits humains, voilà qui est plus problématique… A mes yeux (les miens seulement ?), ces gens là sont tombés du côté obscur, dans la fange brune, raciste et xénophobe, colportée par Orban et son gouvernement.

Capture.PNG
source

Mais ici, en Lorraine, on ne sait que trop bien quoi penser des positions de Morano… .si terriblement solubles dans celles de l’extrême-droite. Il n’y a franchement pas de quoi être étonné. Plus étonnant par contre, c’est que son parti en perdition continue de garder de pareils individus dans ses rangs…  Mais il faut dire qu’avec un Wauquiez à leur tête, la situation n’est pas prête de s’améliorer… Même peste brune, à rebours de l’évolution sociétale pourtant souhaitable. Encore une démonstration factuelle de l’évolution d’une droite dure qui sombre de plus en plus dans le camp de la fachosphère, pour en emprunter les mêmes voies.

Génération identitaire crache sur les morts à #Toulouse

(merci à @ExtremeVeille pour sa vigilance quotidienne :

Capture.PNG

Leur fiasco identitaré qui a tourné à la farce burlesque avec leurs ronds dans l’eau de la Méditerranée pour un tel échec final,  qui a fait d’eux la risée du monde libre,  ne leur a donc pas suffit. Ils en redemandent…. A l’heure où un journal allemand vient de publier les noms des 33 000 morts sur le chemin de l’Europe, voilà qui est proprement indécent. Cela s’appelle, au propre comme au figuré, cracher sur les morts. Alors qu’ils prétendent précisément s’indigner d’autres morts… Quelle vision hémiplégique extrêmement droitièrement orientée…

Capture

Chacun sa vision, en effet.

Capture

Les nôtres avant les leurs, alors, c’est ça le projet terrifiant qui en rappelle un autre  ? Une vie ne vaudrait pas une vie ?  Si j’étais ce que je ne serai jamais, l’un de ces militants d’extrême droite racistes au front bas, je me ferais tout petit, raserais les murs, ne me donnerais même plus la peine d’exister. Bien qu’il soit probable que mon flagrant inhumanisme me conduirait à  nier le poids de ma toxicité sociale envers l’humanité toute entière, que je conchierais par mes idées pourries. Mais heureusement, je suis moi, juste,  anonyme antifa. Ouf, je l’ai échappé belle… Bien qu’ encore un peu vacillant d’avoir côtoyé même en pensée cette misère idéologique sans nom, mais avec des visages…

Capture.PNG

source [at]http://infostoulouse.over-blog.com/2016/03/sur-les-ponts-de-calais-temoignage-d-aymeric-militant-toulousain-de-generation-identitaire.html

.

Capture
source : [at]https://lechatquifouine.wordpress.com/2015/01/25/rencontre-avec-generation-identitaire-2/

.. des visages parmi d’autres, d’une génération que je vois autour de moi fort heureusement majoritairement si peu identitaire, mais merveilleusement cosmopolite, brassant les cultures, les idées, jonglant avec les modes de consommation et les systèmes économiques alternatifs chaque fois qu’elle le peut,  goutant à toutes les musiques du monde, s’inspirant de ce qu’il y a de bon à prendre de partout, n’en déplaise à ces esprits recroquevillés sur leur étroite petite personne, leur si exigu petit monde empli d’injonctions paradoxales,  enfermés dans les contraintes de leur tribu primaire, les Onéchénous.

Aussi, peut-être serait-il plus sage après tout,  pour la paix de mon esprit,  que je laisse cette poignée d’irréductibles à leur fange :  celle d’un communautarisme identitaire bien connu,  dont on sait qu’il est si éminemment susceptible de forger des risques de consanguinité (ça va finir par se voir… ), pour vaquer à mes occupations quotidiennes bien moins stériles.  Oui, c’est ça : cultiver mon jardin…

@causeur, organe de propagande officiel de l’extrême-droite hexagonale #antifa

Capture
source

Rendons grâce à Libé de se remettre une fois  de plus à l’ouvrage en débunkant cette théorie idiote qui consiste à tenter de faire croire que la population « d’origine musulmane » (surtout, ne pas rire, ça les énerve, et quand facho énervé, toujours faire ça :

stressandfrustration-e1492411128988

 

Il y a pour ma part bien longtemps que j’ai démonté factuellement, chiffres à l’appui, cette légende urbaine extrêmement droitière qui ne tient pas la route une seule seconde. Et répondu comme il se doit à la médiocrité intellectuelle de ce petit facho au crâne rasé là, Messiha, à qui on a donc du apprendre qu’il était lui-même l’un de ces immigrés qu’il poursuivait de son discours de haine et de rejet. C’est assez situer,  là exactement,  la bêtise du quidam. Quant à Causeur, et l’outre pleine de vomi et d’aigreur rance qu’est Babeth Lévy, j’ai déjà dit mon sentiment sur le sujet à plusieurs reprises également, inutile d’y revenir. Je constate juste qu’on passe donc ici, par ce biais là, de journal réac assez classique, qui tente fallacieusement de se donner des airs de (fausse) jeunesse,   à torchon de propagande de la fachosphère, what else ? De la merde, juste. Qui charrie les fake news habituelles de la fachosphère, rhabillés en (faux) concepts bien  creux pour mous du bulbe. Tenter de les re-modéliser par des chiffres qui leur donneraient un faux air de respectabilité et de pseudo-scientificité ne change rien à l’affaire : quand on est con, on est con.

la dernière lâcheté de l’irresponsable #Farage

On notera au passage de l’aventure tumultueuse du brexit l’incroyable désinvolture du responsable du parti d’extrême droite anglais Ukip. Voilà qui relève en effet de la plus pure irresponsabilité, si ce n’est de la lâcheté, après avoir foutu un tel bordel dans son pays et proféré tant de mensonges voire de tromperies envers son propre électorat, que de démissionner et de se laver les mains de ce que l’on a semé.  Mais qu’ attendre d’autres de gens pas précisément connus pour leur sens élevé de la morale publique…

je soutiens les sanctions économiques envers la Russie.

Depuis des années, les positions des uns et des autres sur le conflit ukrainien n’ont guère changé. Dans ma famille politique, on en est toujours à considérer qu’il convient de ménager, sinon de se rapprocher de la Russie, en vertu d’un anachronique refus de l’impérialisme américain, préférant sans doute l’impérialisme russe… Qu’importe la couleur du régime pourvu qu’on ait l’ivresse, alors ? Un appel passé totalement inaperçu (et c’est tant mieux) de personnalités plus ou moins rouges et plus ou moins brunes mais dont le point commun est un amour immodéré du souverainisme, parent pauvre du nationalisme aux accointances douteuses et dangereuses avec l’extrême droite, vient d’appuyer cette thèse grotesque. La décision de l’Union Européenne de prolonger de 6 mois les sanctions économiques envers la Russie vient relancer le débat. Personnellement, tout en gardant mes distances et mon sens hautement critique envers les institutions européennes que je ne porte franchement pas dans mon cœur (surtout avec à sa tête un malfrat qui a fait de l’évasion fiscale l’une des richesses nationales de son pays..), j’approuve cette décision. Le cas de l’UKraine est un casus belli, et Poutine n’a qu’à rester à sa place, plutôt que de tenter peu à peu de restaurer les gloires passé de la grande Russie. Il est important et stratégique de lui opposer une résistance déterminée. Partisan du non-alignement, serait-ce une tare, aujourd’hui ? Nous sommes si peu nombreux… Et c’est bien dommage pour la conservation de l’esprit démocratique à travers le monde, qui ne saurait souffrir de compromission avec les régimes dictatoriaux.

#Autriche : bientôt le retour des fachos ?

Merde. j’en reviens pas. Bientôt le retour des fachos du FPÖ ?

Capture
source

ça fait peur… Ceci écrit, je suis ravi d’avoir mouché des bas du front qui hurlaient déjà au bourrage d’urnes, en leur apportant cette info utile :
Capture

Enregistrer

Enregistrer