#Sarkozy n’a plus d’amis.

paris-le-toucan-106601Hortefeux, fidèle lieutenant de l’ancien Président de la République, et qui est  à l’initiative de la création de l’association des amis de Nicolas Sarkozy, a voulu rassembler ses troupes en prévision des futures échéances électorales. Il a donc envoyé un sms à tous les militants et sympathisants du parti. Contenu :  « Comme convenu avec Luc Chatel, nous vous proposons de nous retrouver pour une réunion le 12 janvier à 9 h 30 au Toucan  » (une brasserie du 15ème). Résultat le jour venu : 37 personnes. (source). Manifestement, il ne mobilise plus guère les foules, c’est le moins qu’on puisse dire… Et c’est tant mieux. On n’a tout de même pu y apercevoir (ce qui donne une petite idée des personnalités qui le soutiennent encore) Luc Chatel, Eric Woerth, Laurent Wauquiez ou encore David Douillet, Eric Ciotti et Christian Estrosi.  La présence de ce dernier en dit  long sur son niveau d’hypocrisie la sincérité de ses déclarations convenues à l’occasion des dernières élections. Je me souviens en effet des nombreuses piques qu’il avait adressées à Sarkozy, notamment sur sa trop grande proximité avec le FN, contre lequel il prétend pourtant lutter, malgré des positions étrangement (ou pas) communes… Et c’est ainsi que l’on voit que le roi, comme sont prince dérisoire et ridicule, sont nus. 

le point sur le Qi d’Eric Woerth

Capture » L’immigration est aussi une immigration religieuse […] Il y a des gens qui ont d’autres religions que la religion catholique ou la religion juive. C’est une immigration qui vient d’autres pays donc qui pose des problèmes d’intégration toutes ces questions doivent être abordées avec le conseil français du culte musulman. […] Nous ne voulons pas l’automaticité dans l’acquisition de la nationalité française. » (source)

Eric Woerth invente donc en direct, devant nos  yeux ébahis, et nos oreilles qui n’en croient pas leurs yeux, et notre cerveau qui se méfie de tous nos sens, un nouveau concept d’extrême-droite : « l’immigration religieuse »... Moi qui croyait que c’était surtout une question de survie, à la fois physique et économique… Aussi, je propose donc la dictée suivante aux apprentis républicains qui souhaitent obtenir leur diplôme de francitude dans les meilleurs délais :

« Ivre virgule le délégué général en charge du projet du parti Les Républicains virgule annonce aux français que la voix du muezzin de la mosquée de Paris porte si loin que des habitants d’Erythrée ou du Soudan l’ont entendue et sont venus occuper la France par millions pour être plus près de leur prophète.  Point final. « 

Connaissez-vous la différence entre journalisme de connivence et journalisme d’investigation ?

Hier, j’ai reçu un mail de Médiapart me faisant savoir que cet article serait publié en accès libre et qu’il s’agissait d’en faire bon usage… C’est ce que je fais donc ici, en le faisant savoir haut et fort. Et en vous invitant à faire de même sur tous les médias, réseaux sociaux et blogs auxquels vous avez accès. Pour qu’enfin nous advienne un véritable journalisme, non pas de connivence,  ou partisan, de manière larvée ou plus explicite, comme celui que nous avons connu pendant ces 5 trop longues années. Mais comme un élément essentiel constitutif d’une démocratie saine et équilibrée, où toutes les sensibilités politiques démocratiques peuvent s’exprimer avec la même possibilité de visibilité. Un journalisme qui respecte en outre, enfin,  les règles de sa profession… Qui doit renouer plus fortement avec sa déontologie pour retrouver sa crédibilité, et son attractivité auprès du grand public. Celui à qui je parle se reconnaitra.

.

Les 10 questions de Mediapart à Nicolas Sarkozy

publié le 17 Avril 2012 Par La rédaction de Mediapart

Mediapart avait invité Nicolas Sarkozy à une émission exceptionnelle, en direct et en vidéo-streaming sur notre site, à la date de son choix avant le premier tour de l’élection. Le président-candidat a refusé. Pourtant, parmi les nombreuses questions que nous souhaitions lui poser, il en est 10 que nous estimons particulièrement importantes pour que les citoyens puissent voter correctement informés. Nous nous permettons donc d’insister en posant publiquement ces questions et en publiant nos échanges de courriels avec l’équipe du candidat UMP.<--break->

1. Vous avez déclaré avoir acquis un appartement sur l’île de la Jatte en 1997 grâce à des prêts contractés auprès de l’Assemblée nationale. Selon votre présentation du montage financier, ils se seraient élevés à 3.530.000 francs. Or l’Assemblée nationale affirme que vous n’avez pris qu’un seul emprunt immobilier à cette époque, de 1.680.000 francs. Avez-vous réellement payés le 1,85 million de francs manquant ? Si oui, comment ?

2. Dans son journal intime, à la date du 26 avril 2007, le photographe François-Marie Banier prête ses propos à Liliane Bettencourt : « De Maistre me dit que Sarkozy demande encore de l’argent ». Le même jour, 400.000 euros sont retirés en espèces des comptes suisses cachés de la milliardaire. Avez-vous demandé de l’argent aux époux Bettencourt dans l’entre-deux tours de l’élection présidentielle de 2007 ?

3. L’enquête judiciaire menée à Bordeaux dans le cadre de l’affaire Bettencourt a permis d’établir que le 18 janvier 2007, le gestionnaire de fortune M. de Maistre a reçu 150.000 euros en liquide, la veille d’une rencontre avec Eric Woerth, le trésorier de votre campagne présidentielle de 2007. Le 5 février de la même année, 400.000 euros ont été débités en liquide de l’un des comptes suisses des époux Bettencourt, deux jours avant une nouvelle rencontre entre MM. Woerth et de Maistre près de votre siège de campagne. M. Woerth, mis en examen dans ce dossier, a-t-il pu financer à votre insu par des fonds en espèces votre campagne présidentielle ?

4. Les enregistrements du majordome de Liliane Bettencourt font apparaître que l’héritière de L’Oréal a signé, le 4 mars 2010, un chèque à votre ordre. Quel est le montant et l’objet de cette contribution, qui ne peut être un financement politique puisque vous êtes à cette date président de la République depuis presque trois ans ?

5. Votre ancien collaborateur Thierry Gaubert, mis en examen pour « recel d’abus de biens sociaux » dans l’affaire Takieddine, a-t-il pris en charge durant les années 1990 vos vacances à Venise et à Miami, comme l’indiquent des témoignages recueillis par la justice ?

6. Votre directeur de cabinet Claude Guéant a noué d’importantes relations à partir de 2003 avec le marchand d’armes Ziad Takieddine, en le mandatant auprès de dirigeants libyens, syriens et saoudiens pour des opérations de diplomatie parallèle et des ventes de matériels de sécurité, alors que vous étiez ministre de l’intérieur. Avez-vous cautionné ces contacts occultes, généralement prohibés par l’administration ?

7. Selon les notes de Ziad Takieddine saisies par la justice, une réunion s’est tenue le 16 mai 2009 à l’Elysée en présence de Claude Guéant et de votre avocat personnel, Thierry Herzog, afin de « mettre de côté » le mandat d’arrêt visant M. Abdallah Senoussi, l’un des patrons des services de renseignement libyens, condamné en France à une peine de perpétuité par contumace, dans l’attentat terroriste du DC10 UTA, en 1989. Vous êtes-vous engagé auprès du colonel Kadhafi à blanchir judiciairement M. Senoussi, aujourd’hui réclamé par la Cour pénale internationale ?

8. Selon des documents saisis en France et au Luxembourg, vous avez autorisé, alors que vous étiez ministre du budget, la création de la société Heine, par où ont transité, le 7 février 1995, 20,3 millions d’euros. Cette société basée au Luxembourg était chargée de distribuer, pour le compte de l’entreprise d’Etat DCN, des commissions occultes à deux hommes d’affaires (MM. Ziad Takieddine et Abdul Rahman El Assir) actuellement mis en examen dans l’affaire des ventes d’armes du gouvernement français au Pakistan et à l’Arabie saoudite. Vous avez également validé, au sein de l’organisme de garantie d’Etat Coface, le montant de ces commissions accordées, tant par la DCN que la Sofresa, à ces intermédiaires. Pouvez-vous soutenir n’être pas impliqué personnellement dans cette affaire ?

9. Au lendemain de la sentence arbitrale, le 7 juillet 2008, qui a octroyé 403 millions d’euros d’argent public à Bernard Tapie, l’Etat aurait pu faire annuler cette décision prise par cette justice privée. En novembre 2008, la ministre des finances, Christine Lagarde a été informée que l’un des trois arbitres n’avait pas respecté l’obligation de « révélations étendues » à laquelle il était astreint, et n’avait pas déclaré qu’il avait déjà participé par trois fois à des arbitrages auxquels était partie Me Maurice Lantourne, l’avocat de Bernard Tapie. Christine Lagarde pouvait donc suspendre le versement de cette somme. Pourquoi ne lui avez-vous pas donné des instructions en ce sens ? Pourquoi, au contraire, ce fait a-t-il été caché au Parlement ?

10. Selon des documents et témoignages réunis par Mediapart, des sommes importantes – jusqu’à 50 millions d’euros – auraient été versées en 2007 à votre entourage par le régime de Mouammar Kadhafi, ce que l’ancien dirigeant de la Libye, son fils Saïf al-Islam et Abdallah Senoussi, l’ancien chef des services secrets libyens, avaient affirmé publiquement. Seriez-vous favorable à l’ouverture d’enquêtes judiciaires sur ces soupçons ? 

——————————

Après avoir reçu dans le cadre de notre émission “Mediapart 2012” quatre candidats à la présidentielle (François Bayrou, Eva Joly, Jean-Luc Mélenchon, François Hollande), Mediapart a proposé à Nicolas Sarkozy un grand entretien diffusé en direct et en vidéo-streaming sur notre site. Edwy Plenel en a fait la demande, dès le 6 mars, auprès du conseiller presse de Nicolas Sarkozy, Franck Louvrier. Voici le verbatim de cette demande :

Le jour même, Franck Louvrier accusait réception en ces termes : « Merci pour votre invitation. Je prends en compte votre demande et vous tiens au courant.
Bien cordialement »

Après trois semaines d’attente, Edwy Plenel relancait Franck Louvrier, le 30 mars :

Franck Louvrier répondait le jour même : « À ce jour, je ne vois pas d’opportunité pour faire un entretien. Je vous tiens au courant,
Merci »

L’opportunité ne signifie pas l’occasion, en français, mais ce qui apparaît opportun. Tout était donc dit… À défaut d’un Nicolas Sarkozy faisant le choix de s’expliquer en direct devant une presse indépendante, nous venons d’adresser par écrit à son équipe nos dix questions. Il nous semble impératif que le président sortant daigne s’expliquer sur ces affaires révélées durant son quinquennat mais dont on s’aperçoit qu’elles ont accompagné une bonne partie de sa vie politique.

L’original est ici.

Il est ma foi certainement un peu tard pour répondre à autant de questions, si affilées, en si peu de temps. Aussi, il vous appartient, à tous et toutes (mais je sais que je peux avoir confiance en vous sans quoi vous ne seriez pas ici), de faire en sorte que si l’actuel Président/candidat ne veut pas répondre devant des journalistes, ou devant le peuple, il y réponde devant la justice qui ne manquera pas de l’interpeller, dès que cela sera possible… A moins qu’il ne choisisse de s’exiler dans un pays avec lequel il n’y a aucun accord d’extradition ? Je dis ça, je dis rien…

.

Mr Woerth existe comme il peut. C’est à dire mal.

  

Eric Woerth, dans l’émission de Ruquier samedi dernier ( « On n’est pas couché« )  a  déclaré que  « Sur Internet […] Il y a un nombre de détraqués qui est assez colossal« . Voudrait-il dire qu’il y aurait donc davantage de (je reprends ses termes)  « détraqués » sur le net qu’ailleurs ?  Voilà une assertion qui mérite réflexion…  et vaut son pesant d’irrationalité !

 Mais cela n’est guère étonnant de la part d’un mouvement soi-disant populaire qui n’a cessé de remettre en cause la liberté d’expression sur le net, cherchant sans cesse à ficher, fliquer et contrôler toujours plus, à travers la loppsi2, Hadopi et, encore plus récemment, l’e-G8… Rejetant aux oubliettes les propositions de Kouchner visant notamment  à protéger les blogueurs des dérives anti-démocratiques et autoritaires de certains pays. Et ne permettant pas aux mouvements de défense des libertés individuelles, y compris sur le net, de participer à ce sommet.

 En outre, si Monsieur Woerth est si vindicatif vis-à-vis d’un instrument et d’un univers dont je ne suis pas sûr qu’il soit si familier, comme bien des gens de sa génération (mais c’est là, je l’avoue un préjugé, je n’en sais rien) c’est aussi et surtout qu’il ne saurait oublier que c’est un site Internet, Médiapart,  qui a ouvert le dossier nécessaire et utile des conflits d’intérêts d’un ancien Ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique… avec, notamment, Madame Bettencourt, grande pourvoyeuse de fonds pour l’UMP devant la loi des hommes… et fraudeuse n°1 du fisc français devant l’opinion.  Comme on voudrait voir Mr Ciotti aussi efficace avec elle et ses semblables qu’avec les bénéficaires du RSA !.

 Il est bon en outre de préciser, comme le rétablit Numérama dans le lien précédemment cité, que l’article 6 IV de la loi pour la confiance dans l’économie numérique prévient que « toute personne nommée ou désignée dans un service de communication au public en ligne dispose d’un droit de réponse, sans préjudice des demandes de correction ou de suppression du message qu’elle peut adresser au service ».

 Il n’est donc pas vrai comme il le prétend qu’on puisse dire tout et n’importe quoi sur la toile… Il suffirait simplement de faire respecter la loi là comme ailleurs. Et que notre pays en ait les moyens. Pour ce qui me concerne, et cela me semble une règle de déontologie élémentaire de blogueur, j’ai toujours fait en sorte sur mon blog de ne laisser passer en aucun cas des commentaires de nature à transgresser la loi, comme le précise ma page avertissement, ci-dessus. A bon entendeur… Bien le bonjour par chez vous.

.

Woerth, le vampire de nos retraites

(je sais, ceci n’est pas un vampire !)

Histoire de jeter à la figure tout le mépris que ce gouvernement a pour ceux et celles qui triment et (de moins en moins hélas…) votent, voilà que j’apprends avec stupéfaction à l’occasion du premier jour de débats sur la réforme des retraites que ceux-ci vont se dérouler à huis clos. Même l’UMP s’en émeut (c’est pour dire !), pendant que l’inénarrable¹ Monsieur Woerth continue de vouloir avoir raison seul contre tous… en pratiquant le dialogue social a son étrange façon !

Un certain Lionel Tardy, Député UMP de Haute-Savoie (les montagnards sont !) va même jusqu’à s’épancher sur Rue 89 en disant tout le mal qu’il pense, à juste titre, de cette façon de faire la démocratie : dans le noir…

je fais là allusion à cette aussi belle que pertinente citation d’Agnès, du Monolecte , sur Twitter :  » la fausse démocratie est un vampire qui a peur de la lumière »…

Effectivement, le vampire se montre aujourd’hui sous son vrai jour, juste après l’affaire Bettancourt… ça la fout mal !

Et maintenant, on fait quoi ? On se résigne en jouant avec le simulateur² de retraites du Ministère ?

Ou on se retrouve ici, en attendant le 7 septembre ?

..

..

Post-Scriptum : Agnès, si tu me lis, merci de rectifier si ce n’est pas de toi et de m’en donner la source, pour moi et ceux qui me lisent, histoire de parfaire notre culture… Sinon, et bien.. bravo ! Et merci).

..

¹ clin d’oeil à Olivier Bonnet, de Plume de Presse, à propos de l’adjectif avec lequel il a eu quelques petits ennuis résumés ici

² merci à Jaheb pour la trouvaille…

Bookmark and Share

..


Le journal du dimanche (by GdeC)

HUMA_1968_06_01

.

Le journal du Dimanche (13 septembre 2009)

.

Certains français lambda qui fréquentent la fête de l’humanité ne se sont pas trompés sur la couleur de leur alcool (et accessoirement de leur positionnement politique) : Mitterand n’est pas François (quoique je me demande encore s’il était vraiment bien de gauche, lui aussi, vers la fin… et même au début) et Frédéric n’est pas de gauche, n’en déplaise au petit Nicolas S… et ne sait même pas de quoi il parle, surtout à propos d’hadopi. De quoi donner envie de rejoindre le Parti Pirate

***

Un autre Frédéric, Monsieur Lefebvre, préfère lui, conformément à sa posture favorite de hyène officielle qui a raté de peu (le pôvre) un porte-feuilles convoité de secrétaire d’état (on ne sait toujours pas de quoi !) railler le PS qui tente de sauver les meubles à l’occasion de son parlement.

Pourtant, malgré mon hostilité vis à vis d’une certaine gauche frelatée, je pense que ce parti que j’ai quitté pose de bonnes questions même si elles m’apparaissent comme secondaires : primaires, cumul des mandats et parité sont certes importants, mais l’essentiel, pour moi, est ailleurs.

***

Quant à Marie-Georges, qui lance un énième débat à gauche, en vue de réaliser une (effectivement) nécessaire unité, après Martine, Vincent, Robert, Paul et Marie-Noëlle, comme tant d’ autres qui tentent de créer un véritable front de gauche, mais seulement autour d’eux (c’est bien cela le problème !), on commence à être un peu… comment dire…Blasé.

***

je finirai sur une note optimiste en rappelant qu’à la fête de l’Huma (comme je regrette de n’y être pas !), ne sont pas attendus que Frédéric Mitterand ou Eric Woerth (protégé, Ô suprême paradoxe, par le service d’ordre du PCF !), mais aussi Manu Chao, Deep Purple, les Wampas, et Julien Clerc.

.