le grand remplacement, ce concept d’ has been (l’immigration, c’est bon pour la santé !)

C’est une réalité démographique que bien peu de gens cherchent à mettre en lumière. Pourtant, je me souviens que plusieurs enseignants, dans ma jeunesse, nous y avaient déjà préparé.e.s, depuis de nombreuses années… Compte-tenu notamment du faible taux de fécondité dans les pays occidentaux, nous allons avoir besoin de main d’œuvre étrangère pour continuer à produire à un niveau équivalent de celui d’alors… qui s’est en outre significativement accentué depuis, avec un niveau de consommation exponentiel. Aussi ne suis-je pas étonné de ces propos d’un ministre espagnol, qui peuvent s’appliquer tout aussi bien en France :

Un discours qui va à l’encontre des propos alarmistes sur un soi-disant envahissement, résumé dans la théorie complotiste délirante du grand remplacement de Renaud Camus, qui justifie pourtant tant de violences et de massacres de masse, et contre lequel, bien sûr (c’est là son fond de commerce), la fachosphère s’insurge, puisque j’ai retrouvé cet article sur le torchon raciste qu’est Valeurs actuelles… avec les commentaires bien vomitifs qui vont avec, que l’on devine.

CQFD.

Quelque chose est pourri dans l’Empire d’Europe #LuxLeaks

On savait déjà que notre système démocratique national était agonisant, et qu’il convenait de trouver d’ autres moyens plus modernes d’associer les citoyens à la marche des affaires et des orientations politiques, au sens noble, de notre beau pays. On savait déjà que le monstre hystérique à l’haleine de souffre de la xénophobie avait atteint plusieurs pays et minait leur démocratie. On savait déjà que l’idéologie pernicieuse du libéralisme associé à la cupidité financière et à l’intrusion des lobbies dans tant de dossiers desquels il s’agissait de défendre les intérêts dominants plutôt que ceux des peuples de ce continent s’infiltraient sournoisement dans nos institutions européennes. Mais voilà que ce poisson indigeste qu’on tente de nous faire manger de force à grand renfort de sauce austéritaire indigeste pourrit à présent par la tête.

Juncker

source

A l’heure où l’on pourfend les conflits d’intérêts et les évasions fiscales qui rongent les économies nationales, et alors même que l’ on demande aux citoyens de faire des efforts, les socialistes français peuvent donc se flatter d’avoir porté à la tête d’une commission très à droite (ce qui constitue déjà un exploit en soi en termes de confusionnisme politique), un escroc? Et pas qu’un peu : grâce au dispositif pudiquement qualifié d’optimisation, fiscale, plus de 300 multinationales ont échappé à l’impôt, ce qui constitue   des milliards d’euros de recettes fiscales perdues pour les États où ces entreprises réalisent des bénéfices. De l’indécence morale et de l’injustice sociale portée à son point exaspération ultime, alors que tout un chacun voit sa feuille d’impôts, pour ceux qui peuvent encore en payer, ne cesser d’augmenter, et les services publics ne cesser de se restreindre, particulièrement dans les zones rurales… Et quand on sait que Jean-Claude Juncker a été jusqu’à promettre de « lutter contre la fraude et l’évasion fiscales », promesse réitérée en séance plénière, voilà qui atteint le comble du cynisme. Et vous pariez combien que le triste sire n’aura même pas la décence de s’éclipser en faisant profil bas, comme la moindre des pudeurs morales le commanderait ?

Alors, on les laisse faire jusqu’à quand, ces gens là, ici et ailleurs, hum ?

Consultez tous les documents des multinationales mis en lignes dans le cadre de l’opération #LuxLeaks

où il est clairement démontré que Poutine est vraiment cinglé

CaptureDepuis que Tim Cook a dévoilé son homosexualité, le 30 octobre dernier, ici, les événements s’accélèrent et prennent une tournure assez hallucinante en Russie, sous la houlette d’un tyran fascisant à la tête d’un pays miné par la corruption qui profite tant aux oligarques, dont la fortune s’est étrangement développée sous son règne….  On me dit dans mon oreille (très à) gauche que ce Monsieur Poutine serait préférable à Obama… Mouais. Faut voir…. La preuve : les orientations sexuelles du patron d’Apple semblent  considérablement mettre  en danger la santé démocratique de la Russie et sa sécurité intérieure, et si l’on en juge par la rapidité des décisions institutionnelles, davantage même  que le système de corruption généralisée qui gangrène ce pays… Capture2Après le démantèlement d’un monument en hommage à Steve  Jobs à Saint-Pétersbourg, Benjamin, du blog Gizmodo, nous apprend, comme si cela ne suffisait pas, que la Russie a officiellement décidé de bannir les iPhone et iPad de son territoire national à compter du 1 er janvier 2015. Raison invoquée : rien à voir avec la sexualité du patron, mais une nouvelle loi qui impose que « les services en ligne lancés dans le pays doivent obligatoirement stocker leurs données en son sein.  » Et comme les serveurs d’iCloud sont aux states, voilà pourquoi la cantatrice est chauve… Bien sûr, comme l’écrit Benjamin, cela ne concerne pas qu’Apple…. Mais cela en dit long tout de même sur le niveau de démocratie qui règne dans ce pays, et sa résistance à laisser entre des communications que l’on ne pourrait alors pas contrôler…. Suivez mon regard >

Capture3

En France, bientôt l’électricité la plus chère du monde ?

edf-electricite-reglemente-particuliers

A la lecture de cette nouvelle selon laquelle EDF allait (encore) augmenter les tarifs de  2.5 %, mon sang n’a fait qu’un tour et je me suis précipité sur mon clavier. Comment ? Cela ne révolte donc personne ? Les français sont-ils des moutons que l’on peut tondre indéfiniment ? Tous les ans, la note augmente au point que de nombreux français ne peuvent plus faire face à leur facture énergétique, et cela n’émeut personne ? Personne ne se révolte ? Voilà en tous cas l’un des principaux arguments du lobby Areva qui tombe de lui-même. Non, l’électricité française n’est pas la moins chère du monde grâce au nucléaire, lequel serait bien entendu le plus sûr du monde…. ben tiens. Il n’y a d’ailleurs qu’à regarder les infos fournies par EDF himself pour s’en convaincre. Ce graphique vu ici ne nous démontre-t-il pas que les tarifs de l’électricité dans notre pays augmentent plus vite que ceux de l’inflation ?

Capture

Voilà qui pourrait donc constituer une belle leçon de communication de crise… Vous voulez augmenter le prix d’un produit de 20 % en deux ans ? Plutôt que de l’annoncer officiellement de manière abrupte, au risque de provoquer du mécontentement allant jusqu’à la jacquerie, utilisez donc plutôt la méthode EDF, facile et sans inconvénients majeurs : augmentez de 2 % plusieurs fois par an  jusqu’à atteindre votre objectif, et tout passera comme une lettre à la poste…

le MEDEF demande. Le gouvernement fait. Les salariés trinquent.

672712-valls.jpg

je ne vois pas pourquoi Gattaz se priverait de demander toujours plus, ce qui passe (à tort au vu de la réalité du taux de satisfaction de ses exigences) pour des provocations insupportables aux yeux de beaucoup, puisqu’il obtient toujours mieux que ce qu’il escomptait. Si les militants du PS fuient en masse ce parti devenu pro-patronal, ce n’est pas un hasard, c’est aussi pour cela, puisqu’il abandonne si visiblement le terrain des valeurs de la gauche en opérant avec le patronat certaines proximités idéologiques. Ainsi, exemple choquant qui va à l’encontre de toute règle démocratique la plus élémentaire, le cas de la taxation des dividendes. il aura donc suffit, selon le Monde, de « quelques jours de lobbying patronal intense » pour que  » le gouvernement décide de renoncer, jeudi 30 octobre, à soumettre certains dividendes au paiement de cotisations sociales ». je serais curieux de savoir quel est le ressenti de l’auteur de l’amendement en question,  et rapporteur de la loi, le député PS Gérard Bapt. Cette disposition avait pourtant été votée par les députés dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2015. Elle « devait permettre de renforcer la lutte contre les pratiques de certains dirigeants d’entreprise qui choisissent de se verser à eux ou à leurs familles des dividendes, non soumis aux cotisations sociales, plutôt que des salaires. Cette pratique permet de verser des rémunérations soumises uniquement aux prélèvements sociaux sur les revenus du capital de 15,5 %, et non à l’ensemble des cotisations sociales, qui se situent autour de 35 %. »  Une mesure pourtant tout ce qu’il y a de plus morale… Retoquée. Mépris du processus démocratique, vérolé par le lobbying, vous dis-je…
Continuer la lecture de le MEDEF demande. Le gouvernement fait. Les salariés trinquent.

des solutions pour lutter contre les injustices sociales ? Une seule : le courage politique

4965875-les-banques-europeennes-ont-recu-1-600-milliards-d-aides

Qu’on soit de droite, de centre ou de gauche, c’est un fait, avec lequel il faut composer, ou pas :  les disparités de ressources dans le monde, malgré la crise (qui n’en est plus une puisque structurellement elle dure depuis 30 ans) n’ont jamais connu de tels niveaux d’indécence. Le dernier rapport d’Oxfam France est là pour nous le rappeler encore, et encore, jusqu’à ce que le besoin et la nécessité nous fassent ressentir le besoin d ‘agir, plutôt que de seulement réagir.. Quelques chiffres frappants :

– Les 1% les plus riches possèdent autant que les 70% les moins aisés de la population
– les 85 plus grosses fortunes mondiales détiennent autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale.
– 70% de la population de la Terre vit ainsi dans un pays où l’écart entre les riches et les pauvres est plus important qu’il y a trente ans.

-Pour ce qui concerne la France,  les fortunes cumulées de Bettencourt et Arnault représentent autant que ce que possèdent les 20 millions de Français les plus pauvres.

-La famille Bettencourt (L’Oréal) est tellement riche qu’il lui faudrait 102 ans pour dépenser sa fortune, à raison d’un million $ par jour.

– les 7% les plus riches sont responsables de 50% des émissions de CO2, tandis que les 50 % les plus pauvres ne sont à l’origine que de 7 % des émissions dans le monde.

source

Il ne suffit pas de le dire, de l’écrire et de le faire savoir en s’en alarmant. On reproche beaucoup à ceux de ma famille politique de n’avoir pas de solutions à proposer, de n’être que dans la critique infructueuse, non constructive. Pourtant, nous avons des propositions. Elles tournent toutes, c’est l’un des moteurs de nos convictions qui motivent nos luttes contre les injustices sociales, autour du concept de redistribution des richesses, qui sans aller jusqu’à une éventuelle logique de Robin des bois des temps modernes, peut parfaitement s’insérer dans notre contexte moderne. Ainsi, Oxfam a calculé que taxer la fortune de tous les milliardaires à hauteur de seulement 1,5% permettrait de dégager 58 milliards d’euros. Suffisant à la fois pour combler les déficits de financement nécessaires à la scolarisation de tous les enfants et pour fournir une couverture santé universelle dans les 49 pays les plus pauvres. Contrairement aux cris d’orfraie des dominants libéraux qui actuellement crient au scandale de l’émigration des plus fortunés (et donc les plus méritants, plus créatifs, plus créateurs d’emplois, plus…. tout ça quoi) de notre France spoliatrice, je n’ai pas l’impression que ces malheureux 1.5 % les priveraient outre mesure…

ces cacahuzac qui flottent par milliers dans le lit du FN… #M6R

imagesje me souviens… Cahuzac. Que de foin n’a-t-on fait. Comme je l’avais écris alors, ce n’était manifestement pas un cas isolé.

je ne saurais laisser ces gens là s’exonérer aussi facilement de leurs multiples compromissions avec le monde de l’argent en prétendant si énormément qu’il s’agit d’un cas isolé. NON. Cela est faux. Il s’agit uniquement de la face émergée d’un iceberg… »

Depuis, les cas Cahuzac défilent devant nous jusqu’à l’écoeurement. Rien qu’à l’Assemblée Natioanle, ils seraient 60…  Cela semble avoir atteint à présent  son point culminant, assez terrifiant pour la santé de notre démocratie, avec le « propre » président de la commission des finances du groupe UMP à l’Assemblée Nationale, Gilles Carrez,  qui passe à côté d’une disposition qu’il a lui-même votée, l’empêchant ainsi assez opportunément de payer l’ISF. Pas de bol, l’administration fiscale l’a rattrapé, apparemment plus efficace que sous le règne de Sarkozy si l’on en juge par le cas Balkany, dont il est prouvé qu’étrangement sa fortune personnelle a prospéré entre 2007 et 2012… Simple coïncidence. Mais de tout cela, pour la droite, il conviendrait de ne surtout pas parler, et encore moins de s’y étendre : cela « ne fera qu’entretenir le Front national ». L’argument ultime. Comme si tout cela n’était que coïncidences et successions d’incidents sans intérêt. Non. Je répète, persiste, et signe  : c’est un système, un phénomène structurel, étroitement consubstantiel à notre modèle politique national, qu’il s ‘agit de réformer. Quand ils sont en situation de pouvoir, l’histoire nous montre que les élus FN ne font guère mieux, si ce n’est pire.  Quand on contrôlera aussi efficacement nos élus que les chômeurs actuellement désignés à la vindicte populaire, qui seraient donc les seuls fraudeurs en France dont il s ‘agirait de s’occuper en priorité, le monde ne s’en portera que mieux. Mais pour cela, il faudrait réformer plus profondément notre modèle politique, le mode de désignation de nos élus, et notre constitution.  Mais si l’on compte sur le « personnel » (sic) politique actuel, on peut attendre longtemps… Ce ne sont pas eux, dont les intérêts sont si évidemment concernés, qui s’en chargeront… D’où mon adhésion au mouvement pour une 6ème république. L’actuelle est profondément dépassée. Pire : bouffée par les termites. Nous devons la réclamer. Devant l’urgence de la situation, par millions. Insistez. Avant qu’il ne soit trop tard…

la stupidité à Très Grande Vitesse de nos dirigeants politiques successifs

Bésot
source : cliquez sur l’image

Quand j’ai entendu cette histoire selon laquelle la Cour des Comptes venait de brocarder le modèle tout TGV de la SNCF qui ne serait plus rentable,  les bras m’en sont tombés des épaules. Car comme je l’ai déjà évoqué ici, je suis fils de cheminot et ce sujet est donc pour moi porteur de sens, d’émotion et d’histoire, notamment syndicale. Suffit de taper le mot SNCF dans le moteur de recherche de ce blog pour en avoir une idée plus précise.

Sur la base de cette information, des gens que le ridicule ne tue pas et heureusement pour eux se piquent d’un socialisme assez idiot qui consiste à s’intéresser au transport des pauvres en commettant l’idée grotesque (aux arrières pensées très anti-sociales) de les faire voyager en autocar. Bien des internautes en ont ri sur les réseaux ferrés de France sociaux. Si l’idée n’était venue que de Macron (et on comprend donc maintenant mieux pourquoi aujourd’hui), on s’en serait tenu là. En matière de socialisme et d’appréhension du réel, ce mec ne semble en effet pas très crédible. Mais quand d’autres personnalités de la majorité reprennent en cœur l’idée saugrenue, j’ai envie de sortir mon fusil à gros sel : y a-t-il encore un pilote dans l’avion ? Ces gens ont-ils toute leur raison ? Pourquoi les journalistes ne font-ils pas leur boulot sur le sujet ? Y a-t-il encore une véritable politique des transports en France ?  Et un ministre de l’écologie ? Pourquoi l’aberration totale de cette proposition n’apparait-elle pas plus visiblement dans le débat public ? Pourquoi toutes ces questions de ma part ? Rappelons quelques évidences. L’histoire du rail en France lors de ces trente dernières années a été ponctuée par le rythme des fermetures de lignes secondaires, des manifestations d’élus et de citoyens qui ont tenté (en vain) de les empêcher, des grèves de cheminots directement concernés, des disparitions de gares transformées en jolis petits pavillons de campagne et le tracé des lignes supprimées en pistes cyclables ou voies vertes, dans le meilleur des cas. La plupart furent rendus à la nature. C’est bien. Et maintenant, pour remplacer ce qui avait une aussi évidente utilité sociale, on remettrait des bus sur les routes, comme s’il n’y avait pas suffisamment de matériel roulant comme cela qui encombre  la circulation partout en France ? Les conséquences écologiques ne sont-elles pas à prendre en compte ? Si l’on ajoute à tout ça l’immense gâchis de la suppression de l’écotaxe, dont une partie des sommes recueillies devait servir à créer ou rénover les infrastructures routières et ferroviaires, franchement, là, on marche sur la tête. Nos politiques sont devenus fous. On notera toutefois que ce rapport de la cour des comptes tombe à pic pour Guillaume Pépy et notre cher gouvernement. Il permettra ainsi d’éluder les questions embarrassantes et les réactions plus vives des élus ici et là concernés par des projets de ligne à très grande vitesse (comme ici) qui trouveront ainsi là leur réponse toute trouvée : ça sert à rien et ya plus de sous. Dossier clos.

Reste à trouver une solution pour le transport les pauvres, ce qui demeure un réel problème. Le TGV, ça coûte cher, en effet. Il serait temps que nos têtes pensantes manifestement bien déconnectées du réel s’en aperçoivent enfin.

NB. si je ne craignais d’être médisant, je me risquerais bien à proposer l’hypothèse selon laquelle,  quant à cette idée d’autocars qui surgit soudain dans le débat public, venue d’on ne sait où, les lobbies de transporteurs routiers ont donc sur ce point  bien mené leur barque… On sait maintenant qui nous gouverne.

Quand les sans-dents tapent des pieds dans les gradins de tweeter #fauxcialisme

tweet FilocheFace à tant d’injustice sociale, il fallait bien ça, même si cela peut vous paraître bien dérisoire… Hier soir, dans un grand élan spontané qui faisait plaisir à voir, des centaines de comptes twitter se sont mis sans que l’on sache trop pourquoi à dupliquer le fameux tweet de GG Filoche qui a horrifié le bourgeois au cul serré et  aux lèvres pincées qui trône à présent au Parti Dominant, et aux figures interchangeables (UMP et PS, même combat économique : saigner les classes populaires jusqu’à l’os ?). Leur discours est toujours le même : le patron le salarié est trop payé, le smic devrait être supprimé ou contourné, les employés ont trop de droits et les patrons pas assez, trop de contraintes, le code du travail est un frein à l’emploi, les fonctionnaires sont trop nombreux,  coutent trop cher à la nation, le CDD et le CDI doivent disparaître, il faut contrôler plus sévèrement les chômeurs, les gauchistes sont des monstres préhistoriques qui empêchent de faire des profits colossaux sur le dos des salariés qui n’ont plus aucun droit sinon celui de se taire la société d’évoluer et de se diriger vers davantage de modernité en dépassant les clivages partisans. Nous ne sommes plus dupes de toutes ces belles paroles qui bien que souvent dites de manière doucereuse par Valls ou Macron comme par Copé ou Lemaire, n’en sont pas moins porteuses d’une violence sociale inédite. Le peuple qui ne se reconnait plus dans ces partis et ces discours dominants, et pas davantage nécessairement, contrairement aux idées reçues (que fait-on dire aux abstentionnistes, à présent le parti le plus populaire de France ?), dans les idées à vomir du FN et de ses conjoints, se sent abandonné. Aussi, quand il voit avec effarement cet emballement médiatique et politique, les deux à l’unisson dans une confondante complicité, se répandre dans une touchante unanimité en discours larmoyants sur la bonté et la grandeur du grand patron de l’une des sociétés les moins éthiques qui soit,  et de plus fondre comme un seul homme sur sa proie, le bouc émissaire pourtant (malgré lui)  parole du peuple qu’est Filoche, il a peut-être le droit de ruer (un peu) dans les brancards,  en se sentant injustement désigné à la vindicte médiatique. Pire, il est révolté par l’injustice qui consiste à envoyer le soldat Filoche au tribunal militaire alors que les plus coupables et responsables de ce parti, la bande de la MNEF, les Le Guen, Les Cambadélis plusieurs fois condamnés, les Guérini et autres socialistes bon ton en délicatesse avec la morale et la justice, eux, ne sont jamais inquiétés.  Le dernier communiqué d’Ensemble, la formation politique à laquelle j’appartiens dit tout cela bien mieux que moi.  Alors, oui, nous nous reconnaissons dans le combat de GG à travers son tweet, malgré ses outrances, malgré l’incompréhension de le voir encore et toujours dans ce parti si éloigné de nos idéaux communs, et nous le faisons savoir, sur twitter, par centaines (et non quelques poignées, Juan), en reprenant en écho le tweet de notre GG national, à qui l’on fait dire ce qu’il ne dit pas. Non, nous ne crachons pas sur les morts, mais sur Total, ses magouilles, son fonctionnement capitalistique prédateur et incontrôlé, et le fait qu’il ne paie aucun impôt en France. Pire, malgré cela, l’Etat devrait peut-être lui faire un chèque pour les bons services qu’il a rendu à l’économie française. En ne payant aucun impôt. Et il faudrait se taire, ne rien signifier, ne pas broncher. Et ben non, nous avons nous aussi une morale, une conscience, un combat. Nous en avons marre que la lutte des classes soit gagnée chaque jour un peu plus par les riches, dont Monsieur De Margerie était un représentant. Et nous le faisons savoir comme nous pouvons, puisque nous ne sommes plus entendus. Il ne faut pas le dire, mais la guerre est là : elle est économique, et nous en faisons les frais chaque jour un peu plus, en plus grand nombre. L’ex patron de Total est mort dans un accident d’avion, pendant que des milliers de paysans se suicident, des centaines de salariés sont victimes de burn-out sous des pressions insupportables, vont jusqu’à s’immoler… Des milliers d’emplois sont supprimés, les trains de licenciements n’émeuvent même plus… Et nous pleurerions la mort d’un homme, un seul, fusse-t-il grand patron et « capitaine d’industrie » ? La mort de Margerie en vaut une autre, surtout quand elle est sacrifiée sur l’autel du grand profit international. Et de cela, nul ne pipe mot parmi les nantis, les ceusse qui ont une bonne conscience malgré les dégâts sociétaux et personnels irréparables. Et donc, dans ce contexte, dans ce flot de tweets nourris de tout ou partie de cela à la fois, voir paraître ce tweet raisonne comme une provocation à notre conscience de classe :

Juan

Monsieur De Sarkofrance, tu ferais mieux d’avoir honte de ce que ceux qui ont choisi le camp de Margerie font de sa mort. Tu ferais mieux d’avoir honte de commettre la même erreur que ceux de ta classe et de ton champ idéologique font en réduisant le combat d’un homme à un malheureux tweet, dont je ne partage pas nécessairement la forme, mais le fond. Tu commets la même en réduisant l’ami Pourrito, que tu balances comme ça en place publique (mais il est assez grand pour se défendre tout seul) à un seul tweet. Si tu ne le comprends pas, c’est que tu n’es pas franchement du même monde….. Sais tu ce que c’est seulement, de rechercher un emploi, de connaitre la galère de se voir désigné par les pouvoirs en place comme l’ennemi à abattre bien davantage que le grand patron qui fait des profits incommensurables et part tranquilou en retraite avec son parachute doré et sa retraite chapeau malgré les pertes considérables de son groupe et les milliers de licenciements ? n’est-ce pas plutôt ça l’insulte faite à notre société, et à notre pays ? Tu as choisi ton camp, permets nous de choisir le nôtre. Nous ne sommes pas du même monde. ce qui ne m’empêche nullement, comme tu le vois, de communiquer. Paix à ton âme.

le monde de Valls est vieux. C’est celui des rapaces.

20141023-manuel_valls_le_liberal_image

source

On ne peut même pas dire que le masque tombe et qu’il révèle son vrai visage, puisqu’on le connaissait déjà depuis longtemps. Simplement, comme un rat acculé dans une voie sans issue, il fait face et montre les dents, en recourant au caporalisme, à l’exclusion et l’arbitraire. Vrais socialistes,  gaffe à vos gorges. Sa proposition de changer le nom du Parti Socialiste ? Ce n’est pas une première, il nous l’avait déjà faite. Le concours pour en trouver un autre a aussitôt démarré sur les chapeaux de roue, sur les réseaux sociaux. je propose quant à moi P.P., pour Parti Progressiste, histoire qu’il colle à mon propos comme au sien… Pour ma part, je peux avancer des dizaines d’arguments (comme je l’ai déjà fait ici, dans des centaines de billets ) qui peuvent démontrer combien la voie que suit Valls est d’un autre âge, et le capitalisme une impasse. En effet, contrairement à ce qu’il pense (mais sait-il de quoi il parle, lui qui ne connait même pas les paroles de l’Internationale ?), c’est le capitalisme qui est un peu vieillot, au point que nous sommes de plus en plus nombreux à souhaiter le voir tomber. Car comme chacun peut le constater, il est véritablement à bout de souffle. Dans notre gauche à nous, la vraie, la seule (l’autre est de droite, et il vient de le prouver en demandant à Bayrou de le rejoindre), d’autres pistes économiques sont en débat, des alternatives à ce système devenu fou de l’avis de tous sont proposées, une véritable vision d’une société plus juste sont dans les têtes. Et ce type là se dit socialiste ? Rappelons lui les fondamentaux :

déclaratin principes PS

 

Si lui et ses semblables étaient restés fidèles à ces principes, pourtant simples, nous n’en serions pas là. Ce parti ne se serait pas coupé si gravement de l’électorat populaire, je serais encore au PS, les gens croiraient davantage en la politique de ce parti, et le désastre en ses rangs ne serait pas si prononcé.  Au point qu’aussi isolé, il veuille en changer un nom qui dérange fortement son idéologie libérale pur jus. Mais pour reprendre encore et encore Brel, « chez ces gens là, Monsieur, on ne pense pas : on compte ». L’économie est d’ailleurs leur seule obsession, au détriment le plus clair de nos vies. Alors, Monsieur le premier Ministre (et toi aussi, Macron) je vous regarde droit dans les yeux et je vous le dit : oui, un autre monde, moins égoïste, plus juste et plus équilibré est tout à fait possible. Et les hommes du passé ne sont pas ceux qu’on croit. Surtout quand ce sont des femmes.