Quand le Canard montre la lune, Eckert et Sapin regardent le doigt

.

Capture

.

Le Canard enchainé du jour vient de publier une liste des 50 contribuables français les plus fortunés qui, en 2015, ont payé peu ou pas d’ISF, grâce à la règle édictant qu’au-delà de 75 % des revenus l’impôt devient « confiscatoire ».

Capture
source

Comme le dit Marianne (que je n’apprécie pas particulièrement (mais nécessité fait loi), cette démonstration du canard enchaîné met très clairement le Président Hollande devant ses responsabilités, et ses « effets de manche » pas vraiment suivis d’effets, qui en font indubitablement le roi des tartuffes, lui qui voulait alors singer Mélenchon…   :

« Mon ennemi c’est la finance ». Si on doutait encore que cette sortie de François Hollande n’était qu’un effet de manche, le Canard enchainé, document à l’appui, vient définitivement en faire la démonstration ce 8 juin.

Et au lieu de battre sa coulpe et de faire réétudier sérieusement notre modèle fiscal si manifestement défaillant, devinez quelle fut la seule urgence de ce  gouvernement face la révélation de ce scandale ?

CkarNa9XAAAhfLl.jpg large

Plutôt que d’agir en profondeur contre un tel scandale, punir le messager. On voit donc bien là quels intérêts ce gouvernement défend.. « Couvrez cet affreux corps du délit que je ne saurais voir… « . Mais c’est trop tard, tout le monde le voit : le roi est nu. CQFD

post-scriptum : et pendant ce temps là, l’un des leurs, Cahuzac, tente de limiter les poursuites... Honte de rien.

Dis, #Eckert, t’aurais pas du sang sur les joues ? (à moins que ce ne soit des tampons dans les oreilles ?)

Capture

source (et explications…)

Voilà une histoire qui ne saurait mieux illustrer la nécessité du renouvellement de la classe politique comme de la parité.  » L’Assemblée nationale a rejeté dans la nuit de mercredi à jeudi la demande de députés socialistes d’appliquer un taux de TVA à 5,5 % aux produits de protection hygiénique féminine. »

Cet amendement contre la « tampon tax », qui avait pourtant été accepté mardi en commission, était porté par la présidente de la délégation aux droits des femmes de l’Assemblée, Catherine Coutelle (ndlr. bravo à elle), qui considère ces produits comme « de première nécessité ». Elle relayait la demande du collectif Georgette Sand, qui a lancé une pétition ayant recueilli plus de 17.000 signatures.

Il se trouve que le collectif en question voit rouge. ya de quoi, au vu des motivations de bas étage du refus :

Georgette Sand regrette particulièrement la réaction du secrétaire d’Etat au Budget Christian Eckert pour qui les protections hygiéniques sont aux femmes ce que la mousse à raser est aux hommes.

Mais quelle bande de vieux cons ! Des « socialistes », ça ? Vivement que ça change !