affaire Griveaux : qui tire bénéfice de ce nid d’ordures là ? #fachosphère

J’aurais pu tout aussi bien titrer :  » Faut-il que le Revenge Porn touche la bourgeoisie dominante pour qu’on s’en préoccupe enfin ?  »

Car enfin, ces deux aspects, sur fond de sex tape et de fachosphère, sont inextricablement intriqués dans cette affaire, dans laquelle qu’importent les moyens, pourvu qu’on ait la fin : détruire le macronisme. Mes ennemis pourtant, aussi. Mais ni plus ni moins que l’extrême-droite et ses satellites.

Le teasing assez cynique (et quelque peu désabusé) inclus dans le sous-titre de ce billet est bien sûr inutile. La réponse est clairement oui pour toutes celles et ceux sensibilisés et/ou concerné/e.s par ce sujet préoccupant qu’est le harcèlement en ligne, la menace de divulgation de contenus sexuellement explicites, comme l’est toute autre manifestation hostile provenant des zinternets à l’heure du tout numérique.

Voilà en effet un univers spécifique, où les réseaux (a) sociaux, tiennent une place de choix, aux ramifications de plus en plus intrusives, qui se prolongent à présent dangereusement dans nos espaces mentaux et notre vie intime, alors que nos politiques pour la plupar, le connaissent visiblement fort mal et en sous estiment la portée réelle. Sauf quand, bien sûr (chassez le naturel il revient au grand galop), il s’agit de faire des campagnes de com à grands frais, et qu’ils se font piquer en flagrant délit de détournement de fonds publics pour faire le beau sur les réseaux… Feraient bien de se renseigner un peu, avant de dire tant de conneries. Et dire que ces gens là nous pondent des lois… ça fait peur, tant d’incompétence :

Alors que des journalistes (et des avocats, en l’espèce) ressortent leur grotesque tarte à la crème – à moins que ce ne soit le monstre du Loch Ness – qu’est la dénonciation du droit à l’anonymat, alors que ce n’est indubitablement pas le sujet du tout, puisque l’identité des protagonistes de l’histoire qui agite en ce moment le Landerneau politico-médiatique est tout à fait connue, remontons factuellement le déroulé de cette énième polémique ordurière là.

Si je prends le risque en dépit des mises en garde de certains, bien intentionnés, de me plonger dans le torrent particulièrement excrémentiel qui a suivi ce coup de théâtre, qui constitue indéniablement un séisme politico-médiatique – qu’on partage ou non les croyances dans la farce électorale qui se prétend démocratique – c’est qu’il ne fait que détruire un peu plus les fondements de notre société hexagonale. Tout au moins, il lézarde sérieusement sa façade institutionnelle, particulièrement hypocrite ( comme sait si bien l’être le macronisme (la duplicité étant sa marque de fabrique la plus certaine), minée de toutes parts qu’elle est par tout un flux de courants négatifs, mais traversée également par tout un tas d’autres mouvements potentiellement prometteurs. Chacun.e y mettra ce qu’il voudra derrière. J’ai mes idées.

Voilà le processus de propagation numérique et ses réseaux, en étapes :

Etape 1. : Pavlenski (et son avocat quelque peu com… promis)

Il y a deux ans, donc, l’impétrant Griveaux envoyait une vidéo de lui à une personne qui serait d’après certains médias consentante en train de se masturber. Cet « artiste » (à confirmer) russe exilé en France, qui bénéficie de l’asile politique depuis mai 2017, s’en empare et la diffuse pour ce faire sur un site créé par lui pour l’occasion nommé « pornopolitique » (inaccessible depuis la fRance, visiblement).

Il est intéressant pour la compréhension de la suite de l’histoire de noter que l’activiste russe est défendu par Juan Branco, ancien candidat de LFI, affabulateur, complotiste et confusionniste avéré. IL est également avocat du gilet jaune Maxime Nicolle, et ancien avocat de Mélenchon.

source

(il a depuis été désaissi de l’affaire, selon cette source… :

Pavlenski a d’abord contacté Mediapart en début de semaine pour fournir les vidéos compromettantes au site. Les journalistes expliquent avoir refusé de les utiliser « parce qu’à ce stade, il ne s’agit de rien d’autre que de vie privée et de pornodivulgation ». source

Ici, on s’en souvient pour l’une de ses performances qui auraient pu nous le rendre éminemment sympathique, sur le plan de la propagande par le fait… et le symbole visé :

Il s’agissait selon lui d’ « une performance artistique, intitulée « Éclairage ». « La banque de France, située place de la Bastille, c’est historiquement honteux », a justifié le prévenu, admiratif de « la France révolutionnaire qui était à l’avant-garde ». Il dénonce « le pouvoir de la finance ». « La seule chose que je veux, c’est déplacer la Banque de France de la place de la Bastille. Et vive les gilets jaunes! », a lâché Piotr Pavlenski, réfugié politique en France depuis mai 2017. (source).

On nous l’avait vendu à cette époque, en fRance, comme un anarchiste, opposant viscéral à Poutine, ce qui aurait pu attirer notre sympathie…

Sur cet article ci-dessus, on le voit les lèvres cousues en soutien aux Pussy Riot, en 2012 (une photo signée Maxim Zmeyev pour l’agence Reuters). D’autres performances sont visibles en photo là.

Il avait écopé à la suite de cela d’une condamnation judiciaire, plus sévère d’ailleurs ( trois ans de prison, dont deux avec sursis, et sa compagne, Oksana Chaliguina, à 2 ans de prison, dont 16 mois avec sursis) que celle que lui avait infligée la Russie pour avoir mis le feu aux portes du siège du FSB, les services de sécurité russes, en novembre 2015, l’ex-KGB, en plein centre de Moscou. Le tout avait été là aussi filmé et diffusé sur Internet. Il avait fait sept mois de détention préventive, puis, exigeant en vain d’être jugé pour « terrorisme », avait été condamné à une amende et libéré (source)

Etape 2 : Alexandre et Son-Forget

(include : un morceau de Benalla inside !)

Puis certains gros comptes sur les réseaux sociaux, comme l’est assez centralement twitter, ont pris le relais en démultipliant le pouvoir de nuisance propre aux contenus sur internet, ce que j’expliquais notamment ici à propos de l’affaire Mila. Les deux premiers incriminés sont Joachim Son-Forget (député non inscrit, ex-UDI, ex-LREM) et Laurent Alexandre.

… Mais il rétropédale à vive allure, effrayé par la tournure des événements. ( Hé oui, les publications sur le net ont un prolongement dans la réalité, faut dire, mon bon Monsieur… 😉

Ce n’est pourtant pas la première fois qu’il relaie de la merde, le pape du transhumanisme…

Ce trouble personnage si peu empli de règles éthiques personnelles ne répugne nullement en effet à la proximité de la fachosphère, comme l’histoire l’a déjà factuellement démontré.

L’autre relais de la fameuse vidéo compromettante en question, sur un site à présent à priori (en tous cas par moi) inaccessible, Joaquim Son-Forget, est une petite ordure sans scrupule ni éthique ni morale également (et je pèse mes mots, en cas de session de rattrapage judiciaire pour le cancre que je suis) que l’on connait bien ici aussi, notamment pour ses convictions politiques à géométrie variable qui l’ont si rapidement propulsé à l’extrême-droite de l’échiquier :

Et maintenant, voilà que ce petit lâche se dégonfle lui aussi, comme son ami le docteur Alexandre, et menace…

Sauf que c’est ballot, mais nous, on a des preuves de ce que l’on avance, ici, comme dab :

En outre, quand on sait quel attaché parlementaire il s’est choisi, avec l’immonde Hanouna comme tête de gondole pour le lancement de son parti imaginaire qui n’existe que dans sa tête embrumée d’égotiste halluciné… Son mouvement, baptisé « Je Suis Français et Européen », reprenait ses initiales « JSF » ( à la manière d’Emmanuel Macron avec « En Marche ! »). Il l’a depuis rebaptisé « Valeur Absolue ». Pour un libertaré, ça a du sens…

On se souvient aussi ici, en écho (ce JSF…) d’une certaine photo dans un bel appartement parisien qui avait tourné sur les réseaux sociaux sur laquelle on le voyait en compagnie du fondateur du groupuscule des gosses de bourges libertarés adeptes du suprémacisme blanc que sont les Jeunesses Lesquenistes…: Karl Lapointe (Parti National Libéral), en compagnie d’une jeune femme dénudée dont on avait peine à deviner l’âge… Une photo que j’ai choisi de ne pas divulguer ici, mais que je garde soigneusement par devers moi. Elle portait sur ses seins la marque du génie national raciste auto-proclamé soi-même maitre du monde : JSF. Immonde sexisme dégueulasse à tous points de vue.

Alors, le voir à présent rétropédaler comme le guignol qu’il est en prétendant avoir voulu aider Griveaux en le prévenant… Voilà qui est tout simplement grotesque et pathétique.

Et puis, d’étranges connivences libérales fascistes se font jour, par dessus le marché, qui éclairent ou pas l’histoire du jour. Pourquoi n’en suis- je pas étonné ?

Etape 3 : l’incontournable démultiplicateur de polémiques merdeuses pour gamers au cerveau avachi : JVC

La vidéo est passée également, après Son-forget et Alexandre sur twitter, par la triste ordinaire bouche d’égout qu’est le forum « 18-25 » de jeuxvideo.com, l’un des plus fréquentés de France. Il a été publié par un compte récemment créé, qui partageait beaucoup de messages anti-islam. (source) Un hasard…

Etape 4 : la récupération politique par la fachosphère

Autre développement marquant, alors que, pas plus que l’anonymat, la nationalité du responsable de cette diffusion de vidéo n’est le sujet dans cette histoire, on peut apprécier (spoiler : ou pas) la rapidité avec laquelle l’ensemble de la fachosphère s’en est emparée à son ignoble profit politique discutable. Alors quand c’est un.e quidam, on lève les yeux aux ciel, l’air dégouté, en se pinçant le nez…

…. mais quand ce même faux sujet provient de personnalités politiques, certaines de premier plan, voilà qui devient franchement plus insupportable :

Ce petit xénophobe patenté est Secrétaire départemental de DLF 06, le parti croupion du Rassemblement National de Nicolas Dupont-Aignan... CQFD.
lui, on ne le présente plus.. Un malfaisant notoire, et puis c’est tout.

Les polèmiques, dans ce pays, suivent donc un peu trop visiblement le même chemin… On a donc là tout un conglomérat de personnalités en proximité sinon carrément d’extrême-droite, qui avaient tout intérêt à porter atteinte à cette figure du macronisme. Alors, moi, je ne vais pas le plaindre, ni prendre sa défense, à ce méprisable arrogant et hypocrite là. Mais il ne faut pas être dupe de qui a intérêt à soulever ce torrent de merde là…

source (sur l’immonde Campion, lire...)

Etape 5 : l’issue fatale (retour à l’envoyeur…)

On peut penser tout ce que l’on veut de cette affaire. Mais en tous cas, quant à moi, je ne perd ni le Nord ni ma vision antifasciste viscérale. Et quand j’ai pris connaissance de ce genre de proximités là, forcément, pour un antifa, ça me donne envie de creuser davantage dans cette direction…

Et donc, je suis allé voir à la source…

source (sur le C14, voir ici)

A peine ces informations publiées ici, voilà que j’apprends l’arrestation de celui par qui le scandale est arrivé :

Les raisons et le contexte de cette arrestation ne sont pas anodines… On y retrouvera encore, comme protagoniste notable, un certain… Branco :

Pavlenski a donc été arrêté depuis, ainsi que sa nouvelle compagne (il est utile de le préciser puisqu’à’ l’instant où j’écris ces mots, plusieurs journaux mainstream ne le font pas, et l’on pourrait penser qu’il s’agirait de la précédente, présente sur de nombreuses photos relatant les exploits « artistiques » de son ancien compagnon…

Ce n’est pas elle qui a été arrêtée, suite à la plainte de Benjamin Griveaux pour « atteinte à l’intimité de la vie privée », comme on pourrait le croire également en parcourant trop rapidement cet article du peu ragoutant Figaro… qui donne cependant le nom de l’actuelle complice,

Alexandra de Taddéo, c’est elle, aux bras de Pavlenski, sur cette photo :

Si vous avez suivi attentivement le déroulé de cette affaire, elle a bon dos, l’extrême gauche…

En parallèle : la dimension de la menace numérique

Aux côtés du biais antifasciste de ma petite loupe grossissante habituelle qui m’a permis de débusquer l’ennemi derrière le rideau médiatique, il y a aussi cet autre biais que je voulais également suivre, qui m’est également cher : celui de la lutte contre le sexisme, le cyber-harcèlement et le revenge porn, que l’on pourrait éventuellement trouver judicieusement circonscrit ici….

… sauf que, c’est un peu embêtant, quand on veut lutter contre certaines discriminations, certains « détails « laissent songeur…

A creuser.

Next.

….

(bon, ça, par contre, c’est un peu gros, Manu, faut arrêter la coke, hein… 😉

le droit à l’anonymat est constitutif des droits humains, Robert (Je répète EN PARLANT FORT…) #OKBoomer

Assez régulièrement apparait, ici et là, cette polémique généralement initiée par des mous du bulbe – pour certains d’ailleurs faussement ingénus (la duplicité une marque du macronisme) – qui consiste à laisser penser que l’anonymat (et le pseudonymat) seraient le prétexte à se lâcher immodérément sur les réseaux sociaux en disant tout et nawak. Ce point nodal serait sensé expliquer l’essence même du phénomène de haine en ligne, ce poison anti-démocratique qui me préoccupe au plus haut point et dont j’observe attentivement les derniers développements (1). Ces gens là sont au choix : grotesques, idiots, incultes numériquement parlant, malveillants, anti-démocratiques et autoritaires, ne supportent pas la contestation, sont hostiles au principe de l’information libre et non faussée par des intérêts économiques, sont des non-sensibilisés au sujet dont on cause pourtant sur les zinternets, etc.etc.etc. (liste non exhaustive).

Car c’est un fait malheureusement insuffisamment perçu du grand public : le droit à l’anonymat est reconnu par plusieurs organisations internationales représentatives en matière de droits humains.

Le dossier complet est ici.

Seuls ceux qui n’ont pas préalablement creusé ce sujet l’ignorent encore. Ou alors, hypothèse également permise, ils le savent mais ont un intérêt personnel, politique, plus largement idéologique, ou matériel, financier, en termes de pouvoir et/ou de domination, d’influence, à faire croire que toutes celles et ceux qui ont choisi l’anonymat ou le pseudonymat sont de vulgaires trolls sans éthique personnelle, de dangereux asociaux, et des imbéciles et des incultes ivres de haine et de violence, prêts à sauter sur le quidam pour l’égorger sans autre forme de procès ni état d’âme. C’est à mon sens en effet une sorte de pensée magique assez régulièrement à l’œuvre dans l’inconscient des internautes, alimentée qui plus est par des événements réels, hélas. Car les pensées fausses ont souvent une origine, même ténue, qui elle ne l’est pas : on a tous été avertis des dangers d’internet, et des risques d’être interpellés IRL par des individus malveillants qui profiteraient de votre particulière naïveté, crédulité ou vulnérabilité intellectuelle ou psychique pour vous attirer dans un guet-apens, vous ou votre (notre) chère progéniture, il ne faut pas être imprudent. Les dangers sont bien réels, mais l’œuvre d’une minorité qui ne saurait édicter la règle ni sa loi.

Internet est à l’image de notre société, dont les maux y sont simplement parfois sur-représentés, ou rendus plus aigus, et certains aspects parfois outrageusement amplifiés, par la capacité de démultiplication démesurée (à une échelle internationale même, je préciserais, pour les irréfléchis) qu’apporte l’outil numérique. Tout peut donc y prendre une proportion hors normes qui n’existait pas à l’époque où cet outil était absent et où même les débats les plus suivis physiquement, dans telle ou telle salle des fêtes (allez, soyons fous, allons dans les cas les plus probants pour un quelconque palais des congrès parisien) n’avaient pas l’impact d’un sujet lancé aujourd’hui sur les réseaux sociaux. Internet a un effet loupe, grossissant certes, mais aussi déformé, plus ou moins volontairement selon les cas étudiés. Des biais cognitifs y sont très présents et installés, comme les travaux de Gérald Bronner m’y ont dans un premier temps initié, eux qui m’ont permis d’affuter davantage encore mon sens critique en lui donnant précisément des outils cognitifs, avant que je ne me détache de sa réflexion pour cause de militantisme divergent, et de conflit d’intérêts évidents. Sur ces réseaux sociaux que je connais bien, des groupes de pression plus ou moins visibles, plus ou moins masqués, voire carrément outrageusement trafiqués (les fakes), plus ou moins politisés et organisés sont à l’oeuvre, et certains se sont fait unespécialité de monter certains sujet en épingle pour assoir à la fois leur visibilité médiatique et leur influence idéologique. Il convient donc de n’en être point dupe, comme j’en vois à l’instant certains pris sur le fait. A moins de prendre le risque de croire que Damien Rieu est représentatif de l’ensemble du monde civilisé (je m’esclaffe, sachant à qui précisément j’ai affaire… ). Et dire que certain.e.s jugent bon de suivre les provocations racistes fortement toxiques de ce Damien Lefèvre pour l’état civil, en les prenant pour argent comptant, au point qu’elles en deviennent virales, et alimentent la turbine à lisier grâce à laquelle il vit si bien, visiblement… (payé par l’argent du contribuable européen via les emplois fictifs de son parti et les innombrables combines et affaires politico-judiciaro-financières dans lesquelles le parti corrompu jusqu’à la moelle qu’il sert si bien est embourbé…).

moi, gars, j’ai un pc antique à 150 euros d’occase qui ne m’empêche nullement de faire le job, vu que je n’ai pas besoin de trafiquer la réalité pour faire des photomontages de nature à me permettre d’assoir mon idéologie dégueulasse par le biais de fakenews en tous genres et une honteuse instrumentalisation du moindre fait divers pour satisfaire vos médiocres petits appétits électoraux. Et toc. Tu viens d’expérimenter le fusil a un coup Pandanslagueule.

L’exemple Mila en est la triste illustration, hélas. Et ceux qui se sont emmanchés dans cette polémique contemporaine là sont les dupes d’une escroquerie médiatique de gens mal intentionnés qui en internautes avertis en tirent à la fois les ficelles et les bénéfices électoraux. Car c’est mal connaitre le fonctionnement des réseaux sociaux que de penser que l’expression y est si spontanée que cela, certaines têtes de réseaux et comptes influents ayant un pouvoir d’attraction, et de capacité de conviction qu’ils n’auraient pas en réalité, physiquement, avec leur seule petite parole personnelle, et même suffisamment argumentée. Internet est le règne de l’illusion, et il faut y être armé à la fois sur le plan cognitif, intellectuel, affectif et en termes d’éthique pour y agir positivement. Car on ne le répétera jamais assez, sur internet, il y a vraiment de tout, et pas seulement le pire comme certains voudraient nous le faire croire. Comme disait je ne sais plus qui « on est contre la société mais pas contre l’annuaire du téléphone ». Pareil pour internet, qui à la fois nous simplifie considérablement la vie quotidienne, au point que certaines professions puissent en être entièrement dépendantes aujourd’hui, ce qui n’est pas sans poser d’autres problèmes, et engendrer des phénomènes (pas toujours positifs en termes de bouleversements de nos schémas mentaux et de nos capacités d’attention, de mémorisation, de gestion de nos émotions), qui ne sont pas tous encore correctement cernés précisément, de manière scientifique.

Et donc, où voulez-vous en venir, mon bon Monsieur Gédécé ? Me direz vous. Et bien, tout simplement au fait que je viens de rencontrer sur twitter une certaine personnalité publique et médiatique (dont il n’est pas anodin de connaître la longue carrière médiatique et le positionnement politique exact) qui nous tance donc ainsi vertement , en remettant une pièce dans la turbine à merde :

Voilà ce que je répondais déjà il y a 10 ans à l’un de ces tenants de la suppression de l’anonymat, qui en outre voulait aller plu loin en l’inscrivant dans une loi :

(On lira avec profit ce commentaire là, qui en dit déjà assez long sur un registre un peu brut de décoffrage il est vrai mais néanmoins bien concret et opérationnel sur les dangers de se trimballer sur les zinternets à visage découvert)

Mais depuis, sur ce sujet, ma réflexion, étroitement liée à ma pratique particulière et toute personnelle de l’usage d’internet, a significativement évolué, tout comme mon positionnement de vie professionnelle et personnelle ont changé, le tout me semblant étroitement lié et imbriqué, comme souvent chez moi. Une forme de cohérence personnelle. Je suis, défaut ou/et qualité, quelqu’un de plutôt entier. Sur le plan politique, mon engagement antifasciste est passé par là, qui a tout bouleversé, et certains combats frontaux laissés des traces encore présentes, qui m’ont valu de voir circuler mon pedigree complet sur certains réseaux de groupuscule nazifiants, le tout assortie de moult menaces de sévices physiques plus ou moins élaborés allant jusqu’à des menaces de mort sous les formes les plus tortueuses et cruelles qui soient.

Avec ces gens là, le pire est toujours certain. je ne peux donc plus vivre comme avant, dénué de toute considération pratique : même si je ne suis pas parano (un danger qui guette tous les antifas), il convient d’être (au moins, un peu, ma non tropo) prudent, et de ne pas faire n’importe quoi. j’ai ainsi commis dans ma trajectoire ici un petit manuel de survie numérique, histoire d’en prémunir d’autres contre mes propres erreurs de jeunesse. ..Si ça peut servir, je parle d’expérience… faites passer).

je sais que je contrarie par mes écrits et mes informations délivrées ici, pas tant sur les informations qui y sont diffusées, disponibles ailleurs (3), mais surtout dans sa dimension d’archivage méthodique, qui peut voir certains individus peu scrupuleux se retrouver confrontés à leurs actes passés, ce qu’ils/elles n’apprécient pas trop quand ils veulent se refaire une virginité drapée dans une certaine posture morale, et éthique, ces hypocrites (d’où ma sentence sur mon compte twitter ; « je suis l’accroc sur votre story telling »). Si vous saviez le nombre de personnalités connues, impliquées dans mes billets, qui m’ont demandé de retirer telle ou telle référence à leur nom, pour ne pas figurer sur les moteurs de recherche internet… ce qui nuisaient à leur carrière…. Ainsi, l’un des jeunes homophobes impliqué dans l’agression homophobe de la Roche sur Yon… Ou cette militante historique du FN canal hystérique qui m’a demandé de retirer une célèbre photo de quenelle en famille… sous le fallacieux prétexte que des enfants y figuraient, mais qu’elle ne voyait aucun inconvénient à instrumentaliser pour les besoins de sa cause détestable, mâtinée d’antisémitisme..

A ces tentatives de pression diverses et variées, plus ou moins sournoises, je reconnais mon efficacité : si mon blog est si anodin, alors pourquoi tout ça ?

Ce long préambule qui pourrait paraitre fastidieux à certains m’était éminemment nécessaire à la fois pour me préciser à moi-même les raisons du choix de mon anonymat, et de mon pseudonymat en fonction des circonstances, mais aussi pour expliquer à d’autres les raisons circonstancielles de mon choix conscientisé. J’ai mes raisons, d’autres ont les leurs : risques de perdre son travail, sur ses fonctions publiques ou privées, appréhension en raison de son appartenance ethnique, religieuse (donc susceptible d’agressions), idéologique, de ses dificultés psychiques, de son orientation sexuelle…. En outre, tout le monde n’a pas une assise personnelle et financière suffisante pour se prémunir contre les procédures baillon destinées à faire taire toute contestation, comme cela est un peu trop le cas sous l’ère macroniste, un autoritarisme. Le fait que cette demande de levée de l’anonymat précisément quand le contexte est si tendu, et tout si aisément criminalisable par un pouvoir aux abois en dit assez long sur l’état de notre société…

Une parenthèse encore, à propos du choix de mon titre. #OKBoomer... Une fois, alors que je me disais que je n’étais plus tout jeune et que les vrais pourraient à juste titre m’attribuer cette interjection contemporaine, il m’a été répondu en substance que ce n’était pas tant l’âge qui était visé qu’une certaine manière de penser, en fonction de contraintes et d’une culture valable à une certaine époque, mais plus très efficientes à la nôtre. Ces jeunes là ont en partie raison, nonobstant le fait que certains jeunes raisonnent déjà comme de vieux réacs tous pourris, avec des idées toute faites, des clichés jamais questionnés, des discriminations plein la tête, et une posture face au monde particulièrement rigide. Dans ce cas, du haut de ma cinquantaine passée, je peux leur dire, décomplexé : OK Boomer… 😉

(Alors, les djeuns, l’ai-je bien descendu, cet escalier, vers la victoire de nos idées ?

A vous de ouar… moi, je vais satisfaire un besoin urgent, après avoir répondu comme il se doit, de la manière la plus circonstanciée qu’il me soit permis, à ce médiacrate là… qui se prend pour le nombril du monde.

Faut relativiser gars. Twitter, c’est pas ton monde, visiblement. ET l’Irène, elle est médecin, pas précaire chez Cora, malgré tout le respect que je lui dois pour son combat contre l’industrie pharmaceutique, en effet. Et puis, dernier argument utile, comme dit l’autre, à qui j’aime à laisser le dernier mot pertinent pour passer le flambeau…

(La culture de l’excuse, vous dis-je, ma bonne dame… ;).

(1) d’autant plus préoccupant qu’il est susceptible de pénétrer profondément jusque dans nos cercles intimes et personnels, si l’on n’y met pas des garde-fous efficaces, opérants. Et parfois, même malgré cela.

(2) Son positionnement personnel et « scientifique » sur le principe de précaution m’est par exemple insupportable. J’ai du mal à considérer en effet qu’il n’y a aucun lien d’aucune sorte, ne serait-ce que sur le plan idéologique, entre son appartenance au Conseil Scientifique d’Areva et l’avancement de sa pensée sur ce concept à mon sens plus que pertinent, ce qu’il continue pourtant de nier en vertu du principe d’antériorité, son livre ayant été écrit avant. Et donc ? Qui de la poule a fait l’œuf ?

(3) j’utilise en général ici la presse main stream volontairement, afin d’utiliser des supports auxquels tout un chacun peut avoir accès, histoire de me mettre à dessein dans un bain de connaissances et d’information commune, non élitiste, pour parler au plus grand nombre et en être compris… ce qui ne dit rien de mes lectures par ailleurs.

l’avocat de la #fachosphère, @GWGoldnadel, ne supporte pas les @slpng_giants ? Supportons les !

Le célèbre avocat d’extrême-droite que le monde ne nous envie pas en raison de sa particulière propension à excuser l’inexcusable n’a pas de mots assez durs pour cette organisation, les Sleeping Giants, que j’ai appelée de mes vœux dans notre pays, tant son action dans son pays d’origine, les USA, me paraissait probante, efficace.  La preuve : il s’en agace, ici :

source : Figaro Vox [at]http://www.lefigaro.fr/vox/politique/goldnadel-au-sujet-d-une-nouvelle-forme-de-censure-20190815

De la censure ? Des « agresseurs de la liberté  » ? Comme il faut de perversité pour tordre à ce point les valeurs et les principes qui s’appliquent à tous…  Quelle censure ? Les sites en question sont tout à fait en droit d’émettre ce qu’ils veulent, y compris les pires dégueulasseries, comme ce Boulevard Voltaire qu’il entend défendre en premier lieu (normal : il en est l’un des contributeurs, et pas qu’un peu… ) alors même que certains de ses contenus plus que douteux n’ont franchement rien à voir avec un travail d’information, de journalisme, comme il ose le prétendre (Viiiiite, un fact-cheking de Libé !). La force des choses veut qu’ils en assument les conséquences,  y compris judiciaires (ce qui est hélas encore trop rarement le cas) et financières, voilà tout.  Et quelle liberté ? Celle de haïr ? De détester son prochain ?  De le traîner plus bas que terre en lui souhaitant les pires horreurs, comme je le constate quotidiennement en commentaires de chaque article qui provoque leur fureur rituelle, visibles sous les chiffons rouges tendus par une certaine presse putaclic complaisante, sous les mots musulman, burkini, hijab, voile, halalmosquée ? La liberté de le harceler, jusqu’à  le ou la menacer de mort, comme cela est un peu trop tristement banalisé sur les réseaux (a)sociaux ? La liberté d’interdire à tous ceux qui ne correspondent pas au canon suprémaciste et nationaliste de ces gens là (homme blanc, catholique, de droite, nationaliste) la possibilité même d’exister, ou du moins pas sur ce territoire que nous partageons pourtant, ce qui insupporte tant les fachos que je combats ici, dont Goldnadel est le défenseur ?

Si ce facho là veut parler de la liberté d’expression, ce totem que brandisse si volontiers les siens alors qu’ils seraient les premiers à la supprimer si par malheur ils parvenaient au pouvoir (on a déjà assez à faire avec Macron comme cela, merci bien…), j’ai déjà dit et écrit tout ce que j’en pensais ici. En gros, que la liberté d’expression des un.e.s s’arrête là où commence celle des autres de ne pas être inquiété.e.s de quelque manière que ce soit en raison de leur sexe, de leur origine ethnique ou géographique, de leur orientation sexuelle (entre adultes consentants, bien sûr) ou de leur religion. La liberté d’expression ne doit pas être celle de haïr et d’appeler à la haine, comme le font tous ces sites de la fachosphère que cet avocat acquis à une bien mauvaise cause prétend défendre. La plupart des contenus de ces sites – que je n’aurai de cesse de brocarder ici jusqu’à mon dernier souffle, tant ils contreviennent si frontalement à notre commune humanité  par leurs contenus grossiers, toxiques et bourrés de fakenews c’est à dire de fausses informations produites à dessein dans l’intention de nuire – sont qui plus est illicites sur le territoire national, comme Monsieur Goldnadel avocat devrait un peu plus souvent s’en souvenir … Mais il semblerait que si ledit avocat fait l’effort de prendre sa plume ou de taper sur son clavier (un peu trop rageusement : ça se voit…), malgré les contraintes d’un agenda probablement surchargé par son affairisme notoire, c’est que le petit commerce sur lequel il est assis est en train de battre de l’aile, comme j’en veux pour preuve les nombreux signes de détresse de certains sites de la fachosphère, dont leur navire amiral... Et je ne peux m’empêcher de penser que c’est grâce à l’action des géants endormis, dont je suis.

Bien sûr, rien que pour le faire chier, je tiens à sa disposition mon identité réelle, histoire de casser le dernier argument qui lui reste, celui, médiocre et rarement poussé jusqu’à son terme pragmatique, de notre légitime anonymat, protégé (et pour cause… quand on voit et sait à qui et quoi nous nous attaquons) par toutes les conventions internationales en matière de droits humains fondamentaux (voir ici).

source : figaro vox

Car si le monsieur choisit d’en sourire aussi sardoniquement, c’est que lui-même ne risque guère d’être confronté aux exactions, bien réelles celles-là, de ses semblables… Contrairement à votre humble serviteur, qui quant à lui sait de quoi il parle (et ce ne sont que quelques exemples) :

Mais plus loin dans « l’article » (ou  plutôt un pet de l’esprit de quelqu’un qui n’en a guère, si ce n’est particulièrement corrompu), on découvre quel est le vrai déplaisir de ce sombre individu. Pas tant les sleeping giants, ces précurseurs dont je me flatte d’être, qui ne font après tout qu’avertir des annonceurs de quel support médiatique douteux ils se font complices et co-responsables en terme de propagations d’idées vomitives, le plus souvent sans le savoir, par la grâce des aléas algorithmiques, mais aussi et surtout la loi Avia. Un projet de loi  à propos duquel il suffira aux lecteurs/trices de se rendre sur un moteur de recherche sur internet pour voir qui, précisément, y est le plus opposé… Instructif. Certains des sites auxquels Goldnadel collabore sont en effet en première ligne… CQFD. Des intérêts réciproques bien compris, assurément. L’industrie des petits producteurs de haine raciste dans ce pays se porte bien, visiblement. Grâce à elle, ledit avocat de la fachosphère (et de l’immonde Ulcan, soit dit en passant)  a d’ailleurs étoffé son petit camp idéologique détestable d’un petit nouveau,  Goldnadel TV, ce qui est pourtant passé inaperçu dans le Landerneau médiatique mainstream. Manquait plus que ça… Les titres parlent d’eux-mêmes, dont certains particulièrement ignobles à mes yeux. Les miens seuls ? On comprend de fait que les sleeping giants ou la loi Avia, cela contrarie quelque peu ses petits intérêts, et pas seulement idéologiques !

J’ai décrit ici le 24 juin l’appréhension que m’inspire cette loi Avia qui me paraît destinée, au-delà de son noble projet affiché de lutter contre la haine électronique, à vouloir réduire l’expression de la pensée dérangeant l’idéologie multiculturaliste encore en majesté médiatique. (source : Figaro Vox).

Nous y voilà… Bien qu’elle me sembla aller dans le bon sens, je ne suis pourtant pas très convaincu de l’efficacité de la loi en question, en regard de certains exemples très concrets… Monsieur Goldnadel voudrait-il donc protéger à ce point la liberté d’expression du nazi Le Lay ? (Voilà qui serait proprement stupéfiant, en vertu de ses propres combats personnels…).  Tremblez, vermines racistes, qui que vous soyez, quel que soit votre camp, et votre fonction. Cela m’est une grande joie, de vous voir ainsi vous agiter et tempêter. Employez tant que vous voulez les arguments les lus éculés qui soient… Nul n’est dupe. Chacun son camp, nous avons choisi le nôtre.

Quand à l’antienne du « politiquement correct » et de la soi-disant suprématie médiatique des « multi-culti« , va falloir trouver autre chose si vous voulez, médiocres réacs de bas étage,  ne pas paraître dépassés par les événements. Car si j’en juge par ce que je vois, entends et lis, voilà qui ne m’apparait pas très clairement pertinent comme indice  bien affirmé de ségrégation idéologique…  La facilité avec laquelle les tenants de votre camp raciste sont si omniprésents dans les médias, et sont si obstinément invités – à mon grand dam – sur tant et trop de plateaux de télé, et de radios, dans les journaux, vient clairement infirmer ce propos. J’en veux pour preuve l’aura insolente et désastreuse d’un Zemmour,  pour seul exemple concret de ces grands piliers de la petite industrie de la haine dans ce pays, qui se porte un peu trop à merveille. Des intérêts convergents auxquels tes honoraires et tes cachets rendent grâce si régulièrement, en dépit de toute morale.

Qu’on me permette pour une fois ici de ne point m’en affranchir, de cette morale commune, tout libertaire que je suis. Marre du politiquement correct de ce pays, un peu trop partagé impunément,  qui consiste à cracher systématiquement sur les arabes sans le dire aussi clairement.  Marre de votre hypocrisie sirupeuse. Marre de faux semblants. Marre de vos périphrases et de vos précautions oratoires. C’est assez. Faut que ça cesse. Vive les sleeping giants, et gloire à toutes celles et ceux qui comme nous se dressent contre la bête immonde. Ils/elles sont encore trop peu nombreux, IRL.

Pour soutenir les géants « endormis » (ma non tropo),  c’est par ici. Suivez le guide…

Leur compte twitter

Leur site dédié

Leur compte facebook

… et également présents sur YouTube

Si après tout ça, vous voulez nous rejoindre,  C’est par ici :

Les annonceurs dont les pubs apparaissent sur les sites extrémistes participent involontairement à leur financement.

Alertons-les !

FAQ: tinyurl.com/y8ys6wgx

CONFIRMÉS: tinyurl.com/y8u83ttg

TUTO ANNONCEURS: bit.ly/2nssAhJ

FACEBOOK: bit.ly/2q968aT

Do1v7N9XUAAgF6p

  1. Post-scriptum : Valeurs « actuelles » (rires) s’y met aussi. Comme je ne suis pas étonné, en considération de leurs multiples Unes racistes et xénophobes, et de leurs nombreuses condamnations pour incitation à la haine raciale. Et s’il n’y avait que ça…   Tremblez, vermines racistes !

Capture.PNG
source : Valeurs actuelles[at]https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/sleeping-giants-les-vigies-20-de-la-bien-pensance-109923