journalisme, « merdia » n’est pas ton nom.

« Respecter la vérité et le droit que le public a de la connaître constitue le devoir primordial du journaliste. » A en juger par le code de conduite international de la profession, que je vous invite à consulter attentivement tant il me semble éclairant, s’il  était scrupuleusement respecté par chacun(e) de ceux qui se revendiquent de ce beau métier de journaliste, avec ou sans carte de … Continuer de lire journalisme, « merdia » n’est pas ton nom.

Évaluez ceci :