Les électeurs du #FN sont-ils des veaux ? (A moins que ce ne soient plutôt des porcs ?)

952af2250462c8f39c0f7f45ee148d4a
source

Quand diantre a commencé ce climat délétère de lent pourrissement du paysage politique français, gangréné par les affaires judiciaires au point que plus aucun parti ne semble épargné ? Inutile de vous dire que cette lente banalisation de la corruption et des conflits d’intérêts est un terreau particulièrement favorable à l’installation durable de la peste brune, comme l’histoire nous l’a déjà clairement démontré… Le PS le sait bien, qui a par sa négligence coupable laissé un territoire promis à la gauche à Hénin-Beaumont emporté par le FN pour cette raison… Alors, les français sont-ils des veaux ? Certainement, à en croire les sondages et les reportages auprès des militants du FN comme de LR, partis directement touchés actuellement par des affaires qui en d’autres temps auraient contraints leurs auteurs à la démission. Pourtant, cela ne semble pas les déranger outre mesure, cette image de pourrissement qu’ils balaient généralement d’un revers de manche en criant au grand complot malgré l’évidence tenace des faits. Comme si ces porcs se plaisaient à se vautrer dans leur fange… Pire, on dirait franchement qu’ils s’en foutent cordialement, ce qui ne me rassure pas vraiment sur le niveau de conscience morale de mon époque et de mes congénères, encore moins quand ceux sensés montrer l’exemple en donne un si triste, sinistre… Seul un indice témoigne du retentissement de ces affaires auprès du grand public : plus de la moitié des électeurs ne savent pas, à quelques semaines seulement des élections, pour qui ou quoi voter. Il parait même qu’un politologue renommé  a inventé un acronyme pour les désigner : les PRAF, pour Plus Rien A Foutre.  On les comprend… davantage que l’on ne comprend par contre des gens prêts à voter pour un parti qui, comme je l’ai entendu dire ce matin sur France Info, est l’objet d’instructions judiciaires pour chacune des élections auxquelles il a participé depuis 2012… et dont 10 membres ont déjà été inculpés pour cette seule raison. Le FN est en effet le parti le plus poursuivi de France. Et ce n’est pas fini, le dernier en date n’étant autre qu’un proche de Marine Le Pen, Frédéric Chatillon, renvoyé en correctionnelle avec d’autres cadres du parti, comme le trésorier Wallerand de Saint Just, pour répondre sur le financement des législatives de 2012. Les juges soupçonnent en effet Riwal d’avoir obligé les candidats frontistes aux législatives à acheter des kits à des prix largement gonflés. (source). Et si l’instruction judiciaire d’une autre affaire moins connue celle-là d’emploi fictif dévoilée par un ancien comptable du FN, Gaël Nofri, suit son cours normal, voilà qui en ferait l’un des partis les plus pourris et corrompus de l’histoire de France. Et l’on me dit que les français voteraient donc massivement pour un parti encore plus pourri que les autres ? Et qui  au racisme et à la xénophobie, ajouterait le népotisme, les conflits d’intérêts, la corruption, les affaires judiciaires à répétition ? Et donc un pourrissement encore plus généralisé de notre vie politique ? Il me semble que nous méritons mieux, par delà nos convictions politiques personnelles respectives…

#FN : le maire d’#Hayange ENCORE mis en examen

Mains propres, tête haute, c’est la devise du FN chaque jour plus brillante… A l’heure où les emplois fictifs du FN au parlement européen font un peu tache pour un parti qui tente de se présenter plus blanc que blanc, le maire d’Hayange vient de nouveau de s’illustrer sur le terrain judiciaire :

Le maire d’Hayange a été placé en garde à vue cette semaine par les hommes du SRPJ de Nancy qui croulent sous les dénonciations et les plaintes déposées à l’encontre de l’élu du Front national. Cette fois, il s’agit d’une histoire de marché public (source)

Rappelons qu’il n’en est pas à son coup d’essai puisque peu de temps après son élection, le parquet de Thionville avait déjà ouvert une enquête préliminaire sur les comptes de campagne d’Engelmann, à la suite d’une plainte de son ancienne première adjointe, Marie Da Silva, pour abus de confiance, abus de bien social et harcèlement. On arrête pas une équipe qui perd…

L’extrême-droite invente des viols de migrants à #Francfort #PesteBrune

Quand la réalité ne colle pas assez précisément à leur vision xénophobe du monde, l’extrême-droite ne répugne jamais à la trafiquer, en Allemagne comme chez nous. Tout comme Desport, cadre du FN qui n’hésitait pas à brûler des voitures sur son secteur de Seine et Marne pour accroître le sentiment d’insécurité, un restaurateur et une jeune femme de 27 ans racontaient avoir assisté à des violences sexuelles commises en groupe par des étrangers à Francfort. Problème : à aucun moment, la police n’a confirmé ces faits.  Et après vérification, le quotidien allemand Bild, qui avait  diffusé le 6 février cette fausse information,  a admis hier s’être trompé Les agressions sexuelles, décrites à Francfort la veille du Nouvel an par les deux témoins, n’ont en réalité jamais eu lieu. (sourcesourcesource)

« Le premier témoin, sympathisant du parti d’extrême droite AfD, serait connu pour ses opinions xénophobes sur les étrangers. Une enquête a été ouverte pour faux témoignages. » 

A qui profite le crime… CQFD.

(On attend un démenti de FDesouche… #Oupas ;).

#PesteBrune dans la police : justice pour #Théo (et tous les autres)

Dans un contexte particulièrement tendu suite au viol de Théo à Aulnay, qu’une soi-disant police des polices (l’IGPN) a tenté si maladroitement de requalifier en accident sous les railleries unanimes (moins un : le FN) des réseaux sociaux, ce syndicaliste policier a bien mal choisi son heure pour se livrer à son racisme si personnel…

capture
source (voir la vidéo)

Interrogé sur les insultes (“négro”, “bamboula”, “salope”) adressées à Théo par les policiers lors de son interpellation, Luc Poignant – dont le compte Facebook (public) vaut le détour à condition d’avoir le coeur bien accroché- estime tout simplement que “bamboula, ça ne doit pas se dire mais ça reste à peu près convenable”. La présentatrice de l’émission Caroline Roux l’interrompt immédiatement par un “non” ferme. Poignant rétorque alors: “Enculé de flic ça n’est pas convenable non plus“. Réponse de Caroline Roux: “Dans les deux sens ça n’est pas convenable“.(source)

Les Inrocks m’ayant ainsi mis la puce à l’oreille sur d’éventuels dérapages sur le compte facebook de ce Monsieur apparemment si propre sur lui avant qu’il n’ouvre la bouche et qu’en sorte cette pestilence, j’ai voulu aller voir…

capture

Compte supprimé, visiblement…

capture

(rappel utile d’Olivier Cyran sur twitter :

capture

Quelques minutes après, sur le même registre de cette belle police irréprochable que l’on tente de nous vendre en dépit de certaines réalités

capture

Ah ? La Police Nationale aurait donc… des valeurs ?  Ce qui suit  ne me le démontre pas très clairement…

capture
source (voir la vidéo)

(Voilà qui me rappelle quelque chose….)

Capture.PNG
source

Quand on sait ce que l’on sait et que l’on voit ce que l’on voit, on a bien raison de penser ce qu’on pense… 😉

Pour Goldnadel, l’anti-racisme est un racisme… anti-blancs. Soupirs…

Dans ce torchon extrêmement droitier condamné à plusieurs reprises pour incitation à la haine raciale qu’est « Valeurs » (rires)  « actuelles » (et re), le très réac procureur Godlnadel se sent obligé de brandir la menace judiciaire pour assoir son accusation de racisme anti-blanc, dont on ne sait que trop bien  la bien sombre origine idéologique toxique. Elle n’honore guère ses souteneurs…  Il entend ainsi protester  contre la mise en procès, à mon sens légitime puisque clairement caractérisée, de Georges Bensousan pour provocation à la haine raciale. Cet historien de la Shoah avait prétendu que « dans les familles arabes en France, et tout le monde le sait mais personne ne veut le dire, l’antisémitisme, on le tète avec le lait de sa mère ».  Cette généralisation excessive, attribuée à toute une communauté, n’est-elle pas en effet la marque d’un racisme évident ? Il suffit pour s’en convaincre de remplacer le mot arabe par juif, et antisémitisme par anti-musulman, et l’indignation des mêmes en serait compréhensible, et logique. Mais ce genre de tartuffes ne se préoccupe nullement de cohérence intellectuelle, mais avant tout de défendre ses idées moisies, quitte à tordre la réalité et à présenter les anti-racistes comme des racistes, une contre-rhétorique à laquelle je suis habitué. Qui en effet peut douter de ses arrières pensées politiques extrêmement droitières ? Il suffit de considérer la cible :  Madame Assia Benziane, qu’il dit proche de Jean-Luc Mélenchon (je n’en sais rien, n’ai pas vérifié) qui aurait  tweeté : “Fillon La Villette : que des blancs, que des hommes, que des costards, que des mythos…” On en pense ce que l’on veut, mais il ne m’est pas apparu qu’écrire cela présentait le moindre contenu raciste, mais juste une évidence et un constat.  On ne peut pas dire en effet que l’entourage du candidat de LR soit particulièrement représentatif.

c4fmthtw8aeyiry

C’est le moins qu’on puisse dire, quand on sait comme moi qui le compose… et qui le soutient.  A moins de penser que l’extrême droite blanche et catholique traditionaliste soit à l’image de la fRance… Mais on n’en voudra pas, n’est-ce pas,  à l’extrêmement droitier Goldnadel de défendre son camp… 😉

#LePen ce nom définitivement entaché de l’infamie suprême #PesteBrune #FN #Montebourg

NON, Monsieur Montebourg ne sera pas condamné pour avoir dit la vérité, Monsieur Le Pen… Encore raté. Vous avez définitivement basculé du côté obscur de l’histoire. Fait suffisamment rare pour mériter d’être signalé, je vais publier ici in extenso un article duquel il n’y a rien à ajouter ou retrancher. Tout est écrit. La vérité, rien que la vérité, toute la vérité :

capture
Fait rare, la justice a débouté Jean-Marie Le Pen jeudi en retenant « l’exception de vérité », expliquant qu’Arnaud Montebourg disait la vérité quand il l’accusait de « faire l’éloge de la Gestapo ».

La cour d’appel de Paris a débouté jeudi Jean-Marie le Pen, qui poursuivait en diffamation Arnaud Montebourg pour avoir affirmé que le président d’honneur du Front national avait « fait l’éloge de la Gestapo ». La cour a totalement confirmé le jugement de première instance, qui avait, fait rare, retenu « l’exception de vérité » soulevée par la défense, expliquant en clair qu’Arnaud Montebourg ne pouvait être poursuivi car il disait la vérité. L’ancien dirigeant du parti d’extrême droite a aussi vu confirmée, compte tenu de sa « mauvaise foi », sa condamnation à verser 3.000 euros à l’ancien ministre du Redressement productif, pour procédure abusive.

Condamné pour contestation de crime contre l’humanité. Le 23 février 2014, en pleine campagne pour les municipales, le ministre socialiste avait débattu avec Marine Le Pen, fille et héritière politique du cofondateur du FN : « Moi je n’oublie pas que le président d’honneur du FN a fait il y a quelques années l’éloge de la Gestapo et de l’occupation allemande », avait-il alors déclaré. Allusion, notamment, aux propos de Jean-Marie Le Pen sur l’occupation allemande, qui n’aurait pas été « particulièrement inhumaine ». Propos qui lui ont valu, au terme d’une longue procédure, d’être définitivement condamné à trois mois de prison avec sursis et 10.000 euros d’amende, pour contestation de crime contre l’humanité.

Une exception de vérité rarement retenue. A l’audience, la défense de l’ancien ministre a produit plusieurs décisions de justice, desquelles il ressortait, selon le tribunal, que Jean-Marie Le Pen a bel et bien fait l’éloge de la Gestapo et de l’occupation allemande. La cour d’appel a confirmé jeudi que « l’offre de preuve remplissait les exigences » prévues par la loi. L’exception de vérité n’est que très rarement retenue par la justice, car la preuve doit être « parfaite, complète et corrélative aux diverses imputations formulées », selon une jurisprudence constante au moins depuis 1948. Jean-Marie Le Pen, 88 ans, a déjà été plusieurs fois condamné pour des propos considérés comme négationnistes ou incitant à la haine.