#LePen ce nom définitivement entaché de l’infamie suprême #PesteBrune #FN #Montebourg

NON, Monsieur Montebourg ne sera pas condamné pour avoir dit la vérité, Monsieur Le Pen… Encore raté. Vous avez définitivement basculé du côté obscur de l’histoire. Fait suffisamment rare pour mériter d’être signalé, je vais publier ici in extenso un article duquel il n’y a rien à ajouter ou retrancher. Tout est écrit. La vérité, rien que la vérité, toute la vérité :

capture
Fait rare, la justice a débouté Jean-Marie Le Pen jeudi en retenant « l’exception de vérité », expliquant qu’Arnaud Montebourg disait la vérité quand il l’accusait de « faire l’éloge de la Gestapo ».

La cour d’appel de Paris a débouté jeudi Jean-Marie le Pen, qui poursuivait en diffamation Arnaud Montebourg pour avoir affirmé que le président d’honneur du Front national avait « fait l’éloge de la Gestapo ». La cour a totalement confirmé le jugement de première instance, qui avait, fait rare, retenu « l’exception de vérité » soulevée par la défense, expliquant en clair qu’Arnaud Montebourg ne pouvait être poursuivi car il disait la vérité. L’ancien dirigeant du parti d’extrême droite a aussi vu confirmée, compte tenu de sa « mauvaise foi », sa condamnation à verser 3.000 euros à l’ancien ministre du Redressement productif, pour procédure abusive.

Condamné pour contestation de crime contre l’humanité. Le 23 février 2014, en pleine campagne pour les municipales, le ministre socialiste avait débattu avec Marine Le Pen, fille et héritière politique du cofondateur du FN : « Moi je n’oublie pas que le président d’honneur du FN a fait il y a quelques années l’éloge de la Gestapo et de l’occupation allemande », avait-il alors déclaré. Allusion, notamment, aux propos de Jean-Marie Le Pen sur l’occupation allemande, qui n’aurait pas été « particulièrement inhumaine ». Propos qui lui ont valu, au terme d’une longue procédure, d’être définitivement condamné à trois mois de prison avec sursis et 10.000 euros d’amende, pour contestation de crime contre l’humanité.

Une exception de vérité rarement retenue. A l’audience, la défense de l’ancien ministre a produit plusieurs décisions de justice, desquelles il ressortait, selon le tribunal, que Jean-Marie Le Pen a bel et bien fait l’éloge de la Gestapo et de l’occupation allemande. La cour d’appel a confirmé jeudi que « l’offre de preuve remplissait les exigences » prévues par la loi. L’exception de vérité n’est que très rarement retenue par la justice, car la preuve doit être « parfaite, complète et corrélative aux diverses imputations formulées », selon une jurisprudence constante au moins depuis 1948. Jean-Marie Le Pen, 88 ans, a déjà été plusieurs fois condamné pour des propos considérés comme négationnistes ou incitant à la haine.

violence anti-#migrants : la journaliste hongroise d’extrême droite condamnée

captureBien qu’elle date à  présent de plus d’un an, nombre d’entre nous auront encore présent en mémoire l’image incroyable de cette journaliste hongroise, Petra Laszlo, prise en flagrant délit de violences physiques envers des migrants, dont une enfant. Le monde entier en était stupéfié…. hormis ce genre de bas du front, bien sûr, sans morale ni conscience. J’apprends avec satisfaction que même en Hongrie (pays dont le premier ministre, ultra-nationaliste et anti-immigration n’est autre que le proto-fasciste Orban), la journaliste fautive vient d’être condamnée, et vous m’en voyez ravi. Dommage que la sentence soit si clémente : une simple mise à l’épreuve… Pour une facho pareille, j’aurais espéré mieux.

la vidéaste, qui a été licenciée pour son attitude, travaillait pour N1TV, une chaîne de télévision sur Internet proche du parti d’extrême droite ultra-nationaliste hongrois Jobbik.

Faites passer ! C’est pour La cause..  😉

@Sophie_Montel #FN piégée par l’#Europe pour escroquerie

Il est toujours savoureux de voir piégés les mêmes qui ne cessent de cracher sur les institutions européennes et qui demandent la sortie de l’Europe par la fRance pris en flagrant délit d’en profiter grassement. Et quand de surcroît ils font l’objet d’ une information judiciaire, ouverte le 15 décembre,  pour abus de confiance et recel, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux et travail dissimulé (excusez moi du peu), le plaisir est complet. Ces blancs qui dans leurs discours veulent laver plus blanc que blanc mais qui dans les faits sont si souvent  éclaboussés par des affaires crapuleuses, c’est toujours un plaisir. Il s’agit de la fameuse histoire   » des assistants « fantômes » du  Parlement européen qui touche le FN, lequel parti corrompu crie encore au complot et se pose en victime d’une chasse aux sorcières. Sauf que…  Les faits sont tellement indubitables ( son prétendu assistant parlementaire, le Mosellan Kevin Pfeffer ne travaillait pas à temps plein comme l’indiquait son contrat) que le Parlement européen, qui réclame à la députée européenne FN Sophie Montel, présidente du groupe d’extrême droite en Bourgogne Franche Comté,  de rembourser plus de 77.000 euros indûment perçus, a déjà commencé à ponctionner son salaire. Vous m’envoyez ravi. Ya une justice. (Coucou belle blonde, heureuse ? 🙂

capture
source

Tremblez, médiocres trolls racistes et homophobes !

David Perrotin pour BuzzFeed News France nous rend compte d’une séquence judiciaire du jour à la 17e chambre du TGI de Paris qui sort quelque peu de l’ordinaire. Plusieurs trolls   ivres de la toute puissance que leur anonymat tout relatif semblait leur procurer,  préalablement démasqués par la police,  et donc bien moins malins, devaient en effet rendre compte de leurs agissements racistes et homophobes bien gratinés. Il est vrai comme il l’écrit qu’ils peuvent  hélas bénéficier d’une certaine clémence de modérateurs de réseaux sociaux pas très regardants :

Sur Twitter par exemple, les trolls ont la belle vie et peuvent la plupart du temps injurier tranquillement.

j’observe en effet tous les jours sur ledit réseau « social » (vraiment ?) des propos délictueux violents et discriminatoires, allant jusqu’à l’appel au meurtre. Et les zozos bien bas de plafond en question ne s’en sont pas privé :

«Nous aussi on va égorger vos imams dans vos mosquées.»

«Salut la petite fiotasse, alors tu t’es bien fait enculer dernièrement par le fion lol?!»

Et toujours sur le même registre, qui a tout particulièrement attiré l’attention des médias compte-tenu de la visibilité médiatique et politique de la victime (Ian Brossat, Adjoint (PCF) à la Maire de Paris, en charge du logement et de l’hébergement d’urgence depuis avril 2014), cette bordée d’insultes homophobes :

sub-buzz-9779-1484067815-1

Décision attendue le 22 février. Que la justice fasse son travail.

.

#PesteBrune à l’école primaire Reynier de Six Fours : @JS_Vialatte (gravement) atteint #antifa

J’ai eu connaissance de cette histoire honteuse par le thread (exposé sur twitter)  de  @bismatoj. LCI confirme par cet article :

capture

Toutefois, Bistamoj demeure plus intéressant à mes yeux (et mon cerveau 😉 car il produit plusieurs pièces à conviction très factuelles qui permettent de mieux suivre le déroulement de ce cas cas singulier de peste brune dont JS Vialatte (« et c’est ainsi qu’Allah est grand« . Re 😉 est le misérable porteur. Tout a commencé en septembre dernier dans la commune de Six Fours (Var, Paca) après qu’un(e) abonné(e) de fesse de bouc qui n’a pas la lumière à tous les étages ait pris une option de cours d’arabe facultative pour une obligation.

capture

Il est gentil, @Bistamoj. Moi, je n’aurais pas flouté le neuneu. Inutile de préciser son orientation politique supposée, marquée par sa pathologie obsessionnelle, là où d’autres auraient pris ça pour une chance d’apprendre une nouvelle langue (perso, j’aimerais bien, un plus utile), quand bien même il n’en serait pas la cible d’apprentissage privilégiée. Passons… le paillasson. (n’oubliez pas de vous essuyer les pieds… Rires). @Bistamoj nous rappelle que les Décodeurs du Monde ont relaté cette histoire :

capture

On voit là le grand sens critique et la capacité de discernement, en action,  des gens dont il s’agit, à l’origine de ce feu de tous bois,  en raison sinon d’une orientation politique discutable, du moins d’une indubitable contamination par la peste brune. Mais l’information rationnelle n’y change rien : le cheval de bataille de ce genre de malwares dont je connais bien la psychologie (très) primitive relevant du pur fantasme, d’une maladie obsessionnelle, et d’une totale irrationalité, il n’a aucune prise sur leur comportement, comme la suite nous le confirmera. En effet, le maire (LR) lui-même, porteur de peste brune probablement soucieux de l’état de santé mentale de ses administrés, intervient tout d’abord administrativement auprès du rectorat pour faire cesser cette atteinte intolérable aux racines chrétiennes de la fRance dans lesquelles se dissimulent volontiers ces cancres là de souche éthique  si incertaine…

capture

Il est utile de préciser à cet état d’avancement du déroulé de l’histoire, pour apprécier l’éventuelle bienveillance à l’égard de certaines populations dont l’édile a AUSSI la charge qu’il n’est pas tout a fait blanc comme neige en matière de symptômes de  peste brune, ce  qui nous occupe à présent prioritairement sur ce blog :

capture

Ce haut fait d’armes (il a été condamné pour ce tweet évidemment et explicitement  raciste) devrait marquer la bienveillante neutralité dudit élu lorsqu’il se réfugie derrière certaines considérations juridiques pour justifier sa prise de position. Nul n’est dupe. La suite est édifiante. Tout d’abord, suite à la publication facebook précitée, la directrice de l’école a reçu des insultes ;

capture

… et comme de bien entendu, les chacals dont on connait les noms et les visages ont sauté sur l’affaire comme sur du pain béni 😉

capture

Etrange concordance des temps de l’action et de l’idéologie nauséabonde d’un parti soi-disant démocratique et si peu républicain (LR, parti du maire de Six Fours) et d’un autre parti réputé davantage d’extrême-droite à priori (et à postériori),  unis en une même contamination par la maladie psychique… La fin d’une légende urbaine : le pacte républicain. La puissance du mal a conduit inévitablement au pire. Jugez vous-mêmes : La suite du travail de Bistamoj (dont je tiens à saluer ici officiellement la rigueur intellectuelle qui me fait grand plaisir en cette période de totale déliquescence morale et journalistique), nous apprend, (incroyable mais vrai !) que   le préfet du Var se voit contraint de  déposer un recours devant le tribunal pour forcer à laisser l’enseignant faire son travail. Ya plus de mots ! (j’apprendrai à l’occasion, histoire de parfaire ma culture juridique que la procédure de référé préfectoral a été utilisée, dont voici la définition)

capture

LCI confirme donc ce que Bistamoj a si brillamment et « circonstanciellement » contribué, avec l’angle d’expertise qui est le sien, à révéler :

le député-maire de Six-Fours-Les-Plages, Jean-Sébastien Vialatte (LR), a envoyé la police municipale devant une école afin de signifier l’opposition de la mairie à la tenue d’un cours d’arabe facultatif. Contacté par LCI, l’élu confirme l’envoi des policiers municipaux.

Bien entendu, ce magnifique édile se jugera dans son bon droit… dans ses bottes,  qui ne sont pas véritablement de sept lieues puisqu’elles ne l’emmènent si visiblement que dans pareil caniveau où flottent de visibles et puants excréments idéologiques néfastes à l’intérêt collectif. Et comme le dit Bistamoj, à qui je laisse l’essentiel du mot de la fin puisqu’après tout c’est lui qui a fait tout le boulot :

a envoyé la police municipale dans l’école. Devant les enfants. Pour leur empêcher d’apprendre l’arabe.

Impossible de trouver un traitement médiatique de cette suite immonde. Mais c’est dans les rapports de police fournis devant le tribunal.

Je rappelle que nous parlons toujours d’enfants de 7 à 11 ans qui souhaitent apprendre une langue étrangère dans une école républicaine.

Il est très facile d’imaginer les impacts psychologiques de ce buzz monté de toute pièce, tant sur les enfants que sur le personnel.

Pour empêcher à des enfants d’apprendre, ce qui est leur droit. Vous auriez envoyé les flics pour des maths ou de l’espagnol ?

CQFD. Tout est dit. Un cas avéré de peste brune. ça pue très fort. Et ça fait froid dans le dos. D’autant plus que la justice, qui devrait être un garde fous, donne raison à ce fanatique. Il est grand temps que ce pays se réveille. Ce journal est celui du scribe de la mauvaise conscience d’une époque plutôt détestable et indigne de notre humaine condition commune.  Faites passer. Faut que ça cesse.

encore un délinquant alcoolique raciste au #FN…

Le parti d’extrême-droite a beau jeu de  suspendre ses élus dès qu’une affaire judiciaire pointe le bout de son nez, comme cela semble être leur procédure interne, afin qu’ils ne soient pas éclaboussés. Mais nul n’est dupe de leurs manigances qui dissimulent bien mal leurs très mauvais recrutements qui défraient régulièrement la chronique médiatique. ça commence vraiment à faire plus que tache… 😉  Encore un exemple peu ragoutant à verser au dossier à charge : celui de Roger Fruchart, encore élu FN d’opposition à Liévin (Pas de Calais) au moment des faits. Les voici :

capture
source

Et non content d’insulter les forces de l’ordre en faisant preuve de surcroît de racisme alors qu’il était dans un état d’alcoolémie avancé, voilà que le délinquant routier aggrave son cas en tentant d’échapper à la justice par une manœuvre dilatoire dont son avocat a le secret :

capture
source

La suite en mai, donc. je rendrai compte. J’ose espérer que ce bas du front là n’échappera pas à ses responsabilités en se jouant de la justice grâce au laxisme de Madame Taubira que les mêmes n’avaient pas de mots assez durs (et assez racistes) pour vilipender alors… 😉 Ce serait ballot…

un fou furieux exactement au #FN de #ClermontFerrand

captureEric Assad, 59 ans, numéro trois sur la liste Bleu Marine et élu au conseil municipal de la ville de Clermont-Ferrand le 30 mars dernier.

« Inculpé, selon le terme en usage en 1980, « d’assassinat et de tentative d’assassinat », l’homme, aujourd’hui âgé de 59 ans, n’a jamais été jugé. Le 1er décembre 1979, au hasard des rues du Palais, à Belle-Ile-en-Mer, il a tué d’un tir de 22 long rifle, un étudiant en droit de 23 ans; blessé grièvement un quinquagénaire à la face puis frappé à coup de crosse un jeune homme de 19 ans. 
Le 21 décembre 1979, un rapport d’expertise médico-légale indiquait que l’auteur était « en état de démence au moment des faits ». À la suite d’une ordonnance de non-lieu rendue par le TGI de Lorient, un arrêté de la préfecture du Morbihan prononçait, le 28 janvier 1980, son internement d’office en hôpital psychiatrique. Il a passé les sept années qui ont suivi entre différents hôpitaux spécialisés. Il s’en est même évadé pendant un an mais y est revenu de son plein gré.«  source
Après un tel cas clinique, que dire de plus qui ne soit vain ? Avec Eric Assad, dire que les neuneus sont de véritables fous furieux ne sera plus seulement une métaphore… Il y a vraiment de quoi avoir peur. Le FN emploie vraiment n’importe qui. (Et qu’on n’aille pas me rétorquer que le RBM, ce n’est pas le FN. Arrêtons de prendre les gens pour des cons. C’est kif kif).