Sleeping Giants versus #Breitbart : One point (bientôt en fRance ?)

Voilà une initiative que j’observe avec intérêt, bien que je ne sache pas d’où elle vienne précisément, ne maîtrisant pas couramment l’anglais. Il s’agit de celle de Sleeping Giants Europe (lien vers la page facebook), observée sur twitter. Malgré mon anglais très approximatif, j’ai cru comprendre que dans le but d’agir contre les discriminations (racisme, sexisme, homophobie), ils  réalisent des campagnes de lobbying afin de dénoncer la présence de certaines marques  sur le média Breitbart, d’extrême droite, particulièrement puant. Le président exécutif de ce foyer de peste brune n’était autre que Stephen Bannon, devenu conseiller de Trump depuis son élection. A la faveur de la candidature de ce pire des américains là, le site s’était fait remarquer dès 2015, pour ses nombreux articles racistes, islamophobes, anti-immigrants :

Régulièrement, le site relaye des informations fausses, complotistes ou vulgaires, comme en février où il affirmait que la charia allait remplacer la Constitution américaine si rien n’était fait ou encore que l’islam recommandait la « culture du viol ».

Dans un autre article, le site soutient qu' »il n’y a pas de discrimination contre les femmes à l’embauche, elles sont juste nulles en entretien » ; ou encore que « la contraception rend les femmes peu attractives et folles »… Un de ses journalistes, Milo Yiannopoulos, auteur de nombreux tweets haineux, avait fait scandale après avoir tenu des propos racistes à l’encontre de l’actrice noire Leslie Jones. (source)

Et donc, Sleeping Giants Europe signale par des campagnes de tweets relayés par de nombreux internautes aux entreprises présentes sur Breitbart en quoi cela leur est préjudiciable. Ils interviennent ainsi dans plusieurs pays européens. Exemples :

en finnois :

capture

.

en allemand :

capture

… et bien sûr en anglais :

capture

Fort heureux, ce média extrêmement droitier n’existe pas encore en français, mais la rumeur court depuis quelques semaines qu’un projet en ce sens est en cours. Aussi, je trouvais intéressant de faire connaitre cette initiative de défense des droits humains dans notre pays. S’en prendre aux sources de financement de ces haters plutôt que d’opérer comme d’ordinaire des discours moralisateurs qui n’ont aucune prise sur  les bas du front dont il s’agit me semble en effet particulièrement efficace. Utile et nécessaire. Faites passer.

(Pour creuser le sujet, aller voir cet article en anglais qui vous en dira plus sur la manière dont vous pouvez devenir un géant…. 😉

.

#Medef : le patronat français malade de la #PesteBrune (le cas breton).

Comme la théorie libérale carnassière s’affranchit de toute règle quand les réfugiés eux voyagent à pied, le Medef s’accommode fort bien des idées les plus pestilentielles de notre pays, qui ne contrarient pas trop son petit business, notamment celui de la peur :

capture
source

Aussi, je tiens à porter votre attention sur cet article d’un antifasciste breton portant sur les collusions du patronat local avec une figure extrêmement droitière du paysage politique français, Aymeric Chauprade, qui s’est notamment distingué (outre ses mensonges sur ses diplômes) pour avoir adhéré publiquement aux  théories complotistes et islamophobes du « grand remplacement » et de la « remigration ».

capture

Le fait que ce facho en costard cravate bon teint ait migré (sic) vers l’aréopage tellement teinté de brun d’un candidat qu’on nous présente frauduleusement comme républicain n’y change rien. La peste brune est toujours là. Et elle pénètre visiblement tous les milieux. Urgent, agir.

.

#JLM2017 vole au secours du #FN, pauvre parti injustement ostracisé (rires)

Résumons. Un parti d’essence anti-démocratique ¹,  blindé de casseroles judiciaires jusqu’à plus soif, qui a escroqué à la fois l’état français (donc les contribuables) et le parlement européen, tout en pratiquant l’évasion fiscale,

(pouf pouf)

un parti tellement démocratique et irréprochable qu’il s’est, grand patriote,  approvisionné en monnaie sonnante et trébuchante auprès de l’étranger :  tout d’abord la Russie (un prêt qu’il n’a pas réussi à rembourser et qui lui vaut d’être l’objet d’une plainte de ladite banque russe), puis qui a tenté de le faire également auprès des émirats arabes unis (ah ? Une islamophobie à géométrie variable en fonction de ces petits intérêts, alors ? Ne pas rire…Il fait froid et j’ai les lèvres gercées),

(pouf pouf pouf)

un parti en phase active de dé-diabolisation , normalisation et ripolinisation avec la complicité active de médias gauchiasses qui l’ostraciseraient honteusement (re-rires) alors qu’il a beaucoup et tant changé en se séparant du méchant papy raciste et grossier qui faisait tache, cet ancêtre fondateur si peu fréquentable… tout en allant lui emprunter la bouche en cœur, toute honte bue, encore, et encore, malgré les promesses qui n’engagent que ceux qui y croient, 6 millions d’euros

(soupirs)

un parti qui se révèle incapable de gagner la moindre élection à la mesure de ses ambitions démesurées afin de rentrer dans ses monstrueux frais de campagne de com, mais qui se plaint donc de l’ostracisme banquier dont il serait si honteusement la (pathétique) victime :

capture

Non, décidément, on ne comprend vraiment pas pourquoi les banques sont si frileuses à prêter à un tel parti,  si vertueux et présentant de tels gages de moralité et de  capacités de remboursement…

Mais  qui donc, je vous le donne en mille comme en cent, en grand chevalier blanc qu’il est, si soucieux du respect absolu de la vie démocratique française comme elle va si  mal, vole à son secours ?

capture
source

On arrête pas le progrès. Fin de la plaisanterie. Le roi des insoumis est nu. Et c’est pas beau à voir. Comment accepter pareille déclaration sans ressentir l’envie de vomir, quand on a tant et trop lutté comme moi et bien d’autres,  depuis tant et tant de temps, contre la bête immonde dont on s’occupe ici ? Voilà bien là une faute tactique et morale majeure. N’en déplaise aux habituels trolls mélenchonistes ridicules sans grand sens critique. Qu’ils dégagent, eux aussi.

 

¹ … puisque basé sur les discriminations, raciste,  xénophobe, qui a un projet éducatif relevant de l’apartheid, autoritaire et pratiquant allègrement le népotisme, et la régression sociale, économique et sociétale.

L’argent du #FN : une longue histoire de haine.

Les finances du parti d’extrême-droite aux mains de l’étranger ? Sourire… Le FN soumis à la mondialisation qu’il dénonce, voilà qui est succulent !

L’un des derniers liens (hormis celui du sang impur qui abreuve nos sillons) qui unit encore le « nouveau » et  l » »ancien » FN est-il en train de se rompre ? Ceux qui se prévalent de bien connaître ce parti d’extrême-droite ont tendance à relativiser la guerre entre père et fille du clan frontiste (le FN, cette entreprise népotique…) en arguant du fait qu’il n’en demeure pas moins,  par delà les épisodes médiatiques spectaculaires qui relatent la lente mais certaine déliquescence de leurs rapports (pour des gens qui célèbrent à tour de bras la valeur famille, ça fait sourire),  que le père nourrit toujours financièrement le FN. Il semblerait que même cela soit en train d’être remis en question, soit de moins en moins vrai. Voilà ce que disait le père hystérique du FN il y a peu :

capture
source

Mais depuis, la direction du FN a donné des consignes très claires à ses sections locales :

capture
source

Voilà qui donne en filigrane une vision plutôt claire de la situation financière du FN. Il incite fortement à se passer du financement du vieux facho, mais pas au point de l’ interdire totalement. Manquerait-il donc quelques millions à ceux empruntés aux autres tyrannies du globe, entre ceux empruntés aux russes et aux émirats arabes unis ?

capture

(capture d’écran provenant du compte twitter d’un membre du PNF, antisémite #jeunenation )

Derrière la belle vitrine de Noël, le #FN pète de partout. Ici à #Cogolin

Partout, dans toutes les villes gérées par le FN (ou dans celles où il fait partie des équipes municipales), le scenario a tendance à se répéter quasiment à l’identique. Luttes de pouvoir fratricides, népotisme, décisions incohérentes et amateurisme, conflits d’intérêts, affaires judiciaires à répétition, tensions inter-communautaires, troubles à l’ordre public, et démissions subséquentes des élus frontistes. (ainsi, pour exemple, ici, à Marseille, en masse). Et oui, même eux peuvent être dégoutés par le bassesses d’un certain fonctionnement politique de bas étage. Mais que ces gogos découvrent soudain que leur parti n’est pas vraiment d’essence démocratique et que leurs élus ont une fâcheuse tendance à l’excès de pouvoir me fait bien marrer. A Cogolin, la situation est si conflictuelle entre le maire bling-bling et ses « partenaires » (rires) élus du FN et la situation a tellement dégénéré qu’elle échappe à tout contrôle, au point de risquer une nouvelle élection :

Capture.PNG
source

L’article nous décrit dans le détail les péripéties immobilières suicidaires dont le maire a le secret. Fier capitaine d’un navire que tous les rats désertent, le voilà seul maître à bord de son petit Titanic. Tout cela prêterait à rire si des habitants ne risquaient fort d’en faire les frais. Peut-être que la prochaine fois, ils y réfléchiront  un peu plus,  avant d’élire pareille équipe de bras cassés. Fallait sûrement ça pour leur apprendre ce que gérer intelligemment  une ville veut dire…

Un monde meilleur, est-ce trop demander au politique ?

capture

.

De Patrice Vergriete, le maire de Dunkerque, je ne connaissais rien ¹ avant de tomber sur cet article dans la Tribune. Il n’a peut-être l’air de rien, entonne un refrain qui peut paraître balayer des lieux communs, mais n’en demeure pas moins authentique et pragmatique à mes yeux. On y sent une fibre réellement de gauche. Parole d’élu local :

Une compétitivité qui se gagne sur le dos des salariés

Il est facile d’expliquer depuis un salon parisien que nos entreprises doivent gagner en compétitivité mais la réalité sur le terrain est que cette compétitivité se gagne essentiellement sur le dos des salariés. Les ouvriers de l’industrie n’en peuvent plus des plans de restructuration à répétition ! Les intérimaires et les sous-traitants n’en peuvent plus d’être les laissés pour compte de tous les plans sociaux ! Les employés n’en peuvent plus de toujours faire mieux avec moins ! Dans la guerre économique mondialisée, ils sont en première ligne, réduits au rôle de chair à canon et ils se révoltent dans les urnes.

Je confirme. Dans les conversations sur le terrain, avec les gens pour de vrai, l’inquiétude économique y est sourde, et sous-tend, en toile de fond, bien des rapports. Les plus solidaires se préoccupent de la situation de tel ou tel de leur proche, de leur ami, de leur conjoint, d’un membre de leur famille, et même d’une vague relation dont on peut avoir peur, collectivement, qu’elle sombre… Plus personne n’est à l’abri, pas même les cadres, et ça, tout le monde en a éminemment conscience, au point que la peur de perdre son emploi, et la volonté de le conserver -parfois d’ailleurs à tout prix, y compris celui de sa propre santé, jusqu’au burn-out – devienne si prégnante.  Aura-t-il fallu une crise qui concerne aussi directement les intérêts personnels de certains journalistes pour qu’on s’en préoccupe enfin ? Tant que cela ne concernait que des ouvriers provinciaux, le mal était encore lointain, presqu’ exotique… On pouvait l’étudier comme un phénomène sociologique suranné. Fini. Toutefois, et c’est là où Patrice Vergriete se plante, se superpose de plus en plus dangereusement à ce phénomène qu’est la peur de perdre son emploi et du déclassement, risque bien réel  ( j’en sais quelque chose) un autre tout aussi réel et inquiétant qu’il évacue bien vite, que je nomme peste brune...

Ce qu’ils rejettent en bloc, ce ne sont ni les élites, ni les migrants, ni les partis politiques mais bel et bien leur condition de sacrifiés d’une mondialisation économique à deux vitesses.

Il a tort. Le peuple rejette fortement les élites, dont il n’a jamais vu aussi crûment, directement, sans filtre, les travers, les erreurs, les approximations, les faux semblants, les comportements malhonnêtes et les conflits d’intérêt que l’heure d’internet ne permet plus d’ignorer à quiconque. Le peuple parle jusque dans mes chères randonnées hebdomadaires dont j’aurais tant voulu qu’elles demeurent des havres de paix, des oasis d’insouciance, de la question des migrants, qui fait s’inquiéter (souvent par ignorance du sujet) de la mise en concurrence des pauvres envers de plus pauvres encore, si pernicieusement véhiculée par les porteurs de peste brune, alors que sa réalité est extraordinairement discutable… Le peuple se détourne de plus en plus massivement de la politique en général et surtout des politiques en particulier, qu’ils perçoivent globalement non sans raison comme des individus mus essentiellement par des intérêts personnels ou de classe sociale qui n’est pas la leur… Les types de politiques menées ces dix dernières années ne leur demandent nullement tort. De là à adopter le parti du pire… Rappelons utilement que le premier parti de fRance, c’est l’abstention, et le désintérêt pour le vote. C’est là où la vision et  les préoccupations du maire de Dunkerque et la mienne divergent. Il ne suffit pas de réindustrialiser des villes petites et moyennes, reconstituer un tissu économique local comme il le souhaite, remplissant ainsi son rôle. Ce genre de projet purement économique, de surcroit sur un modèle tendant à disparaitre, ne répond en aucune manière, ou si peu, à cette « colère sourde » dont il trace une ligne sur le sol allant de Trump au Brexit pour atterrir à Dunkerque. Ce n’est pas d’un projet exclusivement économique, dont on voit trop ben ce que celui à l’échelon européen, si exclusivement libéral, a donné – un autre rejet populaire – dont notre pays a besoin. Mais d’un projet sociétal, plus motivant que le simple fait de travailler le plus intensément, le plus long temps dans la semaine et le plus tard possible -jusqu’à la mort, vraiment ?) pour le plus petit salaire possible. Avec la haine de l’autre, de l’étranger, du noir, de l’arabe, du musulman, de l’asiatique. Avec la violence machiste, sexiste, homophobe, transphobe. Avec le mépris du différent, l’irrespect allant jusqu’au rejet du pauvre (on est toujours celui d’un autre…).  Un monde meilleur, est-ce trop demander au politique ?

.

¹ Rassurez-vous, depuis, j’ai comblé cette lacune

J’ACCUSE @BCazeneuve de brader nos libertés à #Amesys #NONauTES

[devoir de suite] Vous me voyez ici complètement effondré et atterré. je pensais bien naïvement, comme beaucoup d’autres, je présume, que devant la bronca provoquée par certaines dispositions attentatoires à nos libertés fondamentales, qui avaient indigné jusqu’au sein du gouvernement, ce dernier était revenu à de vraies considérations démocratiques. je me suis trompé. C’était sans compter sur l’entêtement autoritariste et si peu soucieux des droits humains de notre petit ministre de l’intérieur. Une crise de virilisme ? Voilà ce que j’apprends, coup sur coup, à propos du TES, et qui me fait à la fois bondir et me décourager devant tant d’indécence, et d’impuissance démocratique :

Un aller-retour de trois jours. C’est le temps qu’il aura fallu au ministère de l’Intérieur pour faire plier Matignon, en l’obligeant à revenir sur les engagements pris pourtant publiquement le 10 novembre.

Selon nos informations en effet, une partie des gages accordés jeudi dernier aux Français soucieux à l’idée de voir leurs infos perso atterrir dans un même fichier centralisé, le TES (Titres électroniques sécurisés) s’apprêtent à voler en éclats.

Nos empreintes seront ainsi collectées quoi qu’on en pense : nous ne pourrons refuser que leur ajout à la base de données informatiques. Et le décret qui a tenté de faire passer la pilule en loucedé ne sera pour sa part pas forcément modifié par un nouveau texte. (source)

Conjointement, ce qui me fait littéralement froid dans le dos (Bernard Cazeneuve, vous n’avez pas honte ? ), j’apprends aussi par Marc Rees que cette société aux mœurs si coupables  va bien travailler à la mise en œuvre du TES :

capture

capture

(vidéo ici). De quoi être encore plus rassuré sur la protection de nos données personnelles et de nos libertés essentielles, avec un tel prestataire de services… si dénué de toute considération morale. La fRance, pays des droits de l’homme ? Ils viennent d’être décapités. Pays de merde.