Avec @sophie_montel, les affaires des petits producteurs de haine se portent bien… #FN #RN #LesPatriotes

Comme tout pourrait me paraitre  bon pour descendre l’ennemi,  je pourrais moi aussi après tout (je serais bien le seul à m’en priver…) m’en faire de bonnes feuilles de choux bien grasses, de ces dernières « révélations » de Sophie Montel, ancienne cadre du FN alors qu’il n’était pas encore pudiquement rebaptisé en RN pour tenter d’effacer frauduleusement les traces fascistes de son passé. Mais sous le tapis brun, toujours la même couleur, celle du seul moteur connu de la fachosphère, aux côtés de l’argent : la haine, leur seul liant… Et ça perce, encore, et encore, indéfiniment… Dernière illustration :

Capture.PNG
source

Mais comme je n’ai plus envie de me commettre à fouiller dans les poubelles ou à plonger dans le même caniveau empli d’étrons que ces gens là,  et que pour moi ce que cette vulgaire commère raciste raconte n’a visiblement rien à voir avec de la politique, mais bien plutôt avec un sanibroyeur, je ne le ferai pas. Aucun intérêt.

(ah merdre, je suis en retard sur sa promo… 😉

Capture

Je n’ai en outre nul doute sur la nature de ses motivations plus que médiocres, probablement de l’ordre  d’une basse vengeance personnelle… à moins que ce ne soit vilement vénal, pour payer ses frais de justice… vu qu’elle est en procès avec la terre entière, y compris ses amis d’hier. Les hyènes entre elles, qu’elles se bouffent, je continuerai de regarder tranquillement en grignotant des cacahuètes…

Et puis, plus important, j’ai une mémoire pour ces choses là, et des archives en cas de défaillance… je n’oublie pas à quel point cette affreuse personne n’a rien à envier à celleux qu’elle tente de salir… Elle qui a tenu si impérieusement à soutenir des propos ignobles, comme à son triste ordinaire,  du vieux Le Pen sur l’inégalité des races. Mes  archives sont  ici :

Capture.PNG
source : Bulletin officiel de la commune de Besançon

… sans parler du reste de son dossier déjà bien rempli, comme sa participation à l’affaire d’escroquerie aux emplois fictifs au parlement européen, pour laquelle elle a été mise en examen pour abus de confiance et recel, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux et travail dissimulé… J’attends d’ailleurs avec impatience l’annonce de sa condamnation définitive.

En attendant, je ne comprends même pas que le monde médiatique se fasse si complaisamment l’écho si empressé des commérages de cette immonde mégère, dont  la toxicité devrait plutôt nous faire fuir… Voudrait on faire la promo de son livre pour lui permettre de s’en sortir financièrement plus aisément, que l’on ne s’y prendrait pas autrement. L’industrie de la haine a encore de bons jours devant elle.

le #hijab sportif de #Decathlon réveille des monstres bien répugnants… #sexisme #islamophobie

Capture.PNG

Après avoir fait l’éloge officiel de la lutte contre l’antisémitisme, ce dont je ne peux que me réjouir, et si l’on enchaînait maintenant par une petite révolte bien française contre l’islamophobie, histoire de démontrer à quel point notre société est cohérente ? Désolé pour cette fausse joie, aujourd’hui, ce sera plutôt #Oupas…

 

je ne voulais pas commenter cette énième polémique  à propos d’ un sujet sur lequel je me suis déjà exprimé, qui provient en droite ligne d’une fachosphère hystérisée  par toujours la même chose, pour qui un morceau de tissu fait davantage scandale que les méfaits d’un sexisme qui tue tous les jours.

Capture

Mais peut-être que cette scène de plus en plus tristement répétitive nous en dit après tout bien plus long que de beaux discours sur une société française tellement malade du racisme et des discriminations qu’on la dirait exposée à dessein à une mise sous tension de plus en plus visible et médiatisée de tous contre tous, et d’une trop puissante minorité raciste, sexiste et homophobe (ça va souvent bien ensemble)  contre toujours les mêmes… Cette histoire de hijab de sport que Décathlon voulait commercialiser, et dont on nous dit qu’ils ont du y renoncer sous la pression des infidèles… 😉 a été l’occasion d’un beau déluge de merde raciste…

D0Wm5W3X0AA97tq

J’ignore quelles étaient les intentions de Décathlon, dont je doute fortement des réelles motivations, en lançant ce produit.  Volonté de bad buzz ? Tentative de récupération commerciale  détournée ? Besoin de se démarquer de la concurrence ? … je ne sais. Mais ce qui est sûr, c’est que cela a engendré la survenue d’un monstre bien répugnant, dont on aurait apprécié qu’il nous épargne sa sale gueule tout comme son haleine pestilentielle. C’est pourtant le cas à chaque polémique de ce genre, toujours et encore avec la même bande d’acteurs grotesques et si pathétiquement prévisibles, mes ennemis en politique : l’extrême droite et les républicanistes, dont le Printemps républicain, ces réacs toujours dans le sillage des chemtrails  des fachos.

Capture.PNG
source et suite du thread

Les médias devraient pourtant avoir une certaine habitude de ce genre de phénomènes, ce qui leur permettrait idéalement d’ améliorer leurs capacités d’anticipation tout en leur permettant de changer leurs pratiques de manière plus déontologique. Et le tout avec d’avantage de recul et de discernement que nécessite la recherche de la vérité. Mais que nenni. En réalité, on assiste encore et toujours à l’épandage de lisier habituel, avec encore et toujours la même industrie de la haine à l’œuvre, et la mise en tête de gondole de tous ces inusables petits boutiquiers de la haine tristement habituels…  Des produits sûrs pour stimuler les émotions négatives plutôt que la si nécessaire et salutaire réflexion collective  (spoiler : elle ne fait pas vendre…) :

Capture.PNG

Capture.PNGCapture.PNG

Pourtant, précédent Décathlon, Nike l’avait déjà vendu avant, sans que cela ne déclenche la même crise d’indignation totalement irrationnelle…
Capture

 

Et puis, rappelons judicieusement à l’intention des bas du front qui n’aiment rien tant que tout mélanger que le hijab n’est pas une burqa, qui elle couvre tout le visage, ce qui est interdit en France  » pour des raisons de sécurité ». Il est autorisé y compris dans les établissements publics, alors à fortiori sur des espaces privés… De plus, personne ne force les athées dont je suis ou les croyants d’une autre religion à en acheter… Mais il est certains masculinistes même pas honteux, sûrs de leur fait, qui savent très bien comment montrer leur féminisme habituel, aperçu en de maintes occasions  : en montrant publiquement comment ils entendent disposer du corps des femmes à leur guise, et sans entraves… Ainsi, cet incertain journaliste qui dès qu’il sort de son champ d’incompétence habituelle, volontiers économique à la sauce libérale orthodoxe excluante ¹, qui a son idée sûre et incontournable sur la question :

Capture.PNG
source

Qu’une femme souhaite se soustraire volontairement au regard et aux désirs des hommes (comme je comprends que cela puisse peser un peu trop lourdement, parfois..), comme les religieuses catholiques également, pour seul autre exemple qui lui le chagrinera visiblement beaucoup moins (les racines chrétiennes de la fRance, toussa), et voilà que le pauvre petit macho blanc si propre sur lui se sent exclu, comme si sa propre sexualité était tragiquement en berne, le pauvre… Comme je ne suis pas triste de voir sa masculinité si terriblement archaïque exposée en place publique, et l’objet de tant de railleries des principales concernées.

Capture.PNG
source

Si cela pouvait l’aider un peu à se reconstruire plus intelligemment sur le sujet… que visiblement il ne maitrise absolument pas. Faut réfléchir, avant de parler en public, Jean… Car à présent, tout le monde sait combien tu pues, idéologiquement parlant.

.

¹ … excluant toute hérésie en la matière, véritable taliban des puissances dominantes en place à Bruxelles, qu’il défend bec et ongles contre vents et marées. Bref, une marionnette des marchés, comme Macron, probablement l’une de ses idoles…

 

Post-scriptum : et une fois de plus, voilà encore ce pays devenu la risée du monde libre…  Pourtant, on sait bien ici combien les States ne sont vraiment pas à l’abri du racisme… surtout avec un aussi méprisable président que l’est Trump.

Capture2.PNG
source

le problème Mélenchon

Dans la série faisons nous encore des amis dans notre « propre » famille politique, je demande le fils  : il est rebelle, indiscipliné, dans la contestation permanente, ne connait pas le sujet dont on cause mais entre quand même dans le débat  pour le plaisir de critiquer et de se confronter à la parole adulte. Car enfin, faisons l’effort de sortir un peu de l’entre-nous des gens politisés et (sur) informés. Mettons nous donc  un instant à la place d’un individu lambda peu politisé, tel que ce jeune homme, demandons nous ce qu’il pense et ressent lorsqu’il écoute la radio, regarde  la télé, lit dans les journaux ou sur des sites d’information des choses sorties de leur contexte  sans les arguments qui vont avec… S’il ne va pas plus loin que les titres, comme le veut  la pratique courante à logique hautement consommatoire à débit rapide qu’est le le fait de surfer sur internet, quel va en être l’impact sur lui ?

Capture0Capturesource

 … ou ceci :

Capturesource

Que croyez vous que le jeune rebelle en question  puisse penser de Mélenchon, et par rebond du front de gauche s’il le rattache (comme c’est le cas de beaucoup)  à ce mouvement, n’en connaissant probablement pas (statistiquement parlant)  d’autres personnalités aussi visibles qui pourraient contrebalancer son jugement ? Ne court-on pas là le risque  de le voir rester, lui ou un(e) autre, à la surface de ces déclarations isolément choquantes ?   Son premier réflexe ne va-t-il être de se dire : « ce Mélenchon là nous demande donc de nous acoquiner avec un dangereux dictateur sanguinaire ? Il ne vaut pourtant pas mieux que ceux qu’on prétend combattre ! ».  N’y a-t-il pas un danger à produire cette autre déclaration qui en écho, dans la tête du passant de l’information qu’est ce jeune dilettante risque de  penser qu’on lui demande d’aller risquer sa peau pour l’équilibre du monde, alors qu’il n’a même pas les moyens de partir en vacances ? Croyez vous qu’ayant vaguement entendu parler en outre de l’histoire de Nemstov et de celle de Buisson, il va se faire une opinion particulièrement exacte et positive de ce qu’est le front de gauche ? Et si on y rajoute, pour en remettre un couche, le story-telling habituel construit par ses adversaires et des médias peu scrupuleux ¹, croyez vous que cela incite beaucoup le jeune homme que j’évoque ici à devenir sympathisant du front de gauche, quand bien même il aurait éventuellement la vague envie de s’engager ? Je pose là cette question, sur ma table personnelle… A vous de vous en emparer, ou pas. Pour certains, aveuglés par leur attachement inconditionnel à un homme plutôt qu’à des idées, ils balaieront ce billet d’un revers de la manche. Voire pour les trolls habituels, m’agresseront sans réfléchir. Pour d’autres, ils s’attacheront à me convaincre que tout cela est accessoire, futile, qu’il ne faut pas personnaliser la politique, que le culte du chef, c’est fini, etc etc, et que je fais fausse route. Tout cela est étranger à ce que je tente de faire passer ici comme message, et ne m’atteindra donc pas. Je dis simplement sans entrer dans le fond (sur lequel j’ai bien sûr moi aussi mon opinion personnelle) qu’à force de s’adresser aux gens comme s’ils maîtrisaient parfaitement certains sujets, comme s’ils étaient aussi politisés que nous (ce qui n’est clairement pas le cas de la majorité de nos concitoyens malgré le développement formidable de l’accès à l’information par le biais d’internet) on finit par ne plus être en phase avec son potentiel électorat et ses sympathisants. On ferait mieux de se la fermer. Car la majorité de ceux qui les reçoivent  perçoivent ce genre d’interventions de manière  négative, et choquante. Surtout si l’on tient compte de surcroît  du fait que ces déclarations passent ensuite par des filtres médiatiques et personnels qui sont les leurs… Quand ce ne sont pas ceux  qu’une presse médiocre a mis en place pour eux. Un système médiatique donc qui dessert le front de gauche. Il faudrait cependant arriver, enfin,  à penser que ce n’est pas du seul fait d’une mauvaise presse. C’est aussi de la responsabilité d’un homme de plus en plus isolé, ou qui n’agit pas suffisamment en concertation avec les autres acteurs clés du Front de Gauche, et se perd dans des prises de position personnelles ou « partisano-centriques ». Un homme qui, il faudrait bien qu’il s’en aperçoive et en tienne compte dans son mode d’intervention, de par sa grande visibilité, n’est plus THE candidat à l’élection présidentielle, mais un membre parmi d’autres de notre famille politique. Et cette famille ne pourra évoluer favorablement si elle n’est perçue qu’à travers les déclarations habituellement fracassantes de Monsieur Mélenchon, qui sont un frein à notre évolution politique, je le maintiens, persiste, et signe. Le mouvement social, politique et sociétal d’ampleur (dans la lignée de Syriza et Podemos) que nous souhaitons tous voir advenir pour mettre un coup d’arrêt à la politique désastreuse de Hollande comme ce fut pareillement le cas de celle, précédente, de Sarkozy, implique et oblige au dépassement d’un homme seul, fut-il brillant. Surtout quand ce dernier prétend avoir une grande maîtrise de sa parole (cf. sa réputation de tribun) et de l’utilisation des médias… Alors qu’il occulte la dimension de l’impact de sons discours sur les gens faiblement politisés. Par ce genre de déclarations dont il est si coutumier, il met en danger l’expansion de nos idées. Les positionnements personnels doivent s’arrêter, et la parole du collectif front de gauche, si elle peut encore exister et perdurer (ce dont je doute en l’état actuel des divisions partisanes) se faire davantage visible de manière multiforme, par différentes autres voix alternatives. Le renouveau du Front de gauche est à construire. Et pas sur un homme seul, ni même sur d’autres, hommes ou femmes, qui font de la politique une profession à vie. Les gens, dans leur immense majorité, même s’ils sont silencieux, souhaitent un vrai renouvellement, et ne veulent plus de cette ancienne façon dépassée de faire de la politique. Et pas seulement à gauche d’ailleurs…

¹  médias dont en passant la doctrine libérale et les intérêts matériels et financiers risquent fort de pâtir du développement des idées du Front de gauche, les bousculant un peu trop dans leurs habitudes et leurs pratiques, et qui donc ne ratent jamais une occasion de le salir…

le journalisme atteint par ebola

cornu

source

Il n’y a pas qu’une crise du politique, dans notre pays. On pourrait aussi multiplier à l’infini les exemples d’irresponsabilité du système d’information français (presse papier, sites d’information sur internet, autres médias) dont je relevais hier les méfaits à propos de la banalisation de la parole raciste, islamophobe, xénophobe et homophobe. Pour faire court, la surmédiatisation des discours d’extrême-droite, pourtant si marginaux dans la diversité des opinions politiques et sociales, mais qui prend tant de place en ce moment  sur les plateaux de télé et dans les journaux, avec des Unes si ignoblement racoleuses. Un autre exemple nous est encore aujourd’hui donné par la manière dont on communique dans notre pays sur ebola. Hier, on lançait l’alerte à tout va sur une suspicion de cas à Cergy. C’était un faux. Aujourd’hui, c’est au tour de l’hôpital Bichat… Quelques heures plus tard, on apprend que c’est encore une fausse alerte… La déontologie journalistique ne voudrait-elle pas qu’on attende que les cas soient confirmés, avant d’alarmer inutilement le pays ? Et de créer ainsi des mouvements de panique, justement dénoncés par Patrick Pelloux, l’urgentiste bien connu et néanmoins judicieux ?

Patrick Pelloux

C »est une question de respect de l’intérêt collectif, que les différents organes de presse et d’information bien français me semblent avoir un peu trop oublié. On nage en pleine pagaille, sans contrôle, sans règles, sans conscience globale des intérêts en jeu, ni de la moindre notion des conséquences de ses actes… c’est grave. Très. Une preuve encore de l’immaturité de notre système d’information français, qu’on ne peut guère sans le trahir qualifier de journalisme, tant le recul, la distance et l’analyse nécessaire au métier sont devenus quasi inexistants…. au plus grand détriment de tous. Et après, les journalistes viendront se plaindre qu’on ne les respecte plus….. Ne récoltent-ils pas ce qu’ils sèment ?

L’irrésistible ascension qui défrise Libération… (et d’autres :-)) #melenchon

gauche-caviarCertains ont donc cru, dans leur immense naïveté ou leur petite bêtise mesquine, sans grand intérêt donc, qu’il leur suffisait d’instrumentaliser  le départ de Marc Dolez du Parti de Gauche pour décrédibiliser Jean-Luc Mélenchon, comme nous nous y attendions un peu. Certains ont foncé tête baissée dans le panneau, comme une grenouille happe frénétiquement un chiffon rouge, avec bien peu d’arguments, tordant de surcroît la réalité pour la faire servir leur cause : le buzz, et rien d’autre, comme en témoignent leurs titres exagérés.

Animés en outre par leur si peu glorieux esprit de revanche,  tant les coups pleuvent il est vrai (et ce n’est pas fini) sur la politique hollandaise, ils ont donc pensé détenir là l’outil du rituel sacrificiel, déjà prêts à l’égorgement. Comme je l’ai déjà dit, à mes yeux et de bien d’autres,  si les critiques pleuvent sur ce gouvernement, c’est à juste titre. La baisse de la côte de popularité du Président, et encore plus fortement de son premier Ministre,  n’interviennent pas par hasard, aussi vite, surtout auprès des catégories d’électeurs qui ont permis à Hollande de l’emporter.

Capture 1

Source

On ne trahit pas en effet l’esprit de la gauche et les promesses d’un candidat se revendiquant d’elle sans en subir fort logiquement les conséquences…

Capture 4

J’ai déjà dit ce que je pensais du départ du co-fondateur du Parti de Gauche et n’y reviendrai donc pas. Par contre, l’ami Sidné vient d’attirer mon attention sur la curieuse concomitance ma foi fort arrangeante pour le parti hégémonique et ses blogueurs de gouvernement entre le succès de Mélenchon dans les sondages et la manchette de Libération qui ne fait rien qu’à le discréditer, quitte à trafiquer la réalité, en l’arrangeant un peu (beaucoup) à sa sauce.

Capture 3
… Où l’on va constater que Mélenchon n’est pas si inaudible que Libération veut tenter de le laisser croire au grand public moins bien informé…

Cette réalité est qu’il y a de réelles divergences idéologiques entre Marc Dolez et le Parti de Gauche, comme il peut en exister entre tant individus et leurs partis respectifs. Par contre, Libération a clairement choisi de ne pas faire son travail en insistant d’avantage sur ce qui apparait comme un papier à charge contre Mélenchon qu’une réelle analyse des causes du départ de Dolez, et éventuellement des orientations politiques du Parti de Gauche. Dommage, ce journal autrefois de gauche a perdu une occasion de nous faire réfléchir, d’accord ou pas avec l’analyse. Nous n’en aurons pas même senti l’odeur, de cette pensée de la gauche de droite, cette gauche Cahuzac, et ses curieux rapports avec les milieux d’affaires, comme Tapie en fut un temps un exemple si frappant… si magiquement revenu sur le devant de la scène aujourd’hui, après ses déboires avec la justice.

Si Libération avait fait un travail plus sérieux de ce sujet, avec de vrais journalistes, et non des rapporteurs d’agence AFP ou Reuters, comme peut nous y habituer plus volontiers Médiapart contre lequel les gens visés par ce billet sont si remontés, et pour cause…), il nous aurait été au  moins possible de débattre, argument contre argument. Mais non, rien que des ragots, des approximations, et des on dit : Mélenchon est inaudible. Ah ?

Capture 2

Désolé, M’sieurs Dames, de vous contredire…

Capture 3

La vérité est ailleurs : un autre monde est possible.

.

Bloguer n’est pas (que) jouer.

 

source : Fix (cliquez sur l’image)

Erwann Gaucher publie comme à son habitude Le Top 50 des sites d’infos, grâce aux données fournies par l’OJD. Une chose m’étonne dans ce beau palmarès : le Lab, d’Europe 1, ce meilleur site d’infos certifié 100 % innovant par Vincent Glad ne serait donc pas dedans ? Voilà qui me surprend.  Pourtant, on m’avait certifié que c’était le meilleur…  Pensez-vous, un site si sérieux, si réputé pour la qualité et la déontologie de ses articles… Me serais-je laissé abuser ? Il convient d’être sérieux, quant on est blogueur politique. De la qualité des sites auprès desquels on s’approvisionne dépend forcément la qualité de nos billets, n’est-ce pas. L’affaire est grave. Heureusement, il n’est nulle question de qualité là dedans, cher Gédécé,  mais uniquement de quantité…  de visiteurs sur Internet. Ouf. L’honneur du bloguage est donc sauf. Pour le reste, quant à ce dur métier qu’est celui de bloguer, je me suis déjà exprimé ici, et n’en retire pas une ligne. Toujours autant d’actualité. Plus que jamais, par ces temps de crise, où le marché du billet à bon marché fait tant rage…. qu’il faut savoir raison et liberté garder.

.

Colporteur de rumeurs, une nouvelle compétence du journaliste multi-médias ?

Blogueur ou journaliste : qui est le plus rigoureux ? Le professionnel ou le bénévole ?

 … Où il est démontré que la web réputation ne pâlit que lorsqu’on la ternit

 . 

Il paraîtrait que les députés du PS qui ont eu le courage (il en fallait…) de voter non au TSCG – qu’on surnomme donc les « nonistes », seront sévèrement sanctionnés. Certains disent même connaître la nature de cette marque d’infamie pour manquement à la discipline collective. Ainsi, l’article de Pure player (beurk) de ce jeune homme sur le Lab, qui se baserait sur une info du Canard  enchaîné d ‘hier (je n’ai pas eu le temps de l’acheter, et donc de vérifier. Sorry). La sanction serait financière : on leur sucrera leur réserve parlementaire, laquelle sert  essentiellement à subventionner telle ou telle association de leur choix, comme l’évoque cet article du Point (lequel n’est toutefois pas l’une de mes lectures favorites). L’auteur  est tout aussi dubitatif que moi quant à la véracité de cette information. Et pour cause : les résultats d’une telle décision  dépasseraient les seuls parlementaires, compte tenu de l’usage de cet argent, et risquerait d’ameuter une bonne partie de la société civile… Surtout par temps de crise.

 Pourtant, il semble qu’il y ait des  perroquets à l’intérieur même de l’auguste assemblée. Mais d’où vient cette embrouille,  cet enfumage ? De la droite ou d ‘ailleurs ? Probable qu’on ne le saura jamais, c’est le propre de la rumeur. Mais le propre d’un journaliste, c’est de vérifier les informations qu’il colporte. Surtout quand on s’autoproclame « journaliste multimédia », et qu’on en profite pour étaler ses jacasseries un peu partout : son blog, qui n’est plus alimenté depuis février 2012 et transféré pour cause d’élections sur France télévisions,  pour laquelle il a du faire des piges le temps d’un scrutin (ce site lui-même n’est plus réactualisé depuis le 17 juillet 2012), un  blog de Médiapart,  sans oublier bien sûr Twitter ,  facebook (cherchez vous-même), et j’en passe…  et donc, ô suprême consécration, journaliste à… Le Lab d’Europe 1 :

 

 Et donc, Monsieur le journaliste multimédias rapporte une rumeur. Car c’en est une.  Qu’il m’a fallu  seulement deux mails et quelques recherches sur internet pour casser en moi. Non, la sanction ne sera pas celle là. Puisque les nonistes en question disposent toujours  au moment où je vous écris de leur réserve, sur laquelle ils ont déja programmé un budget de subventions tout à fait transparent, (conformément aux vœux de Monsieur Bartolone), qu’ils doivent communiquer avant la fin de la semaine, afin qu’il soit transmis au rapporteur général du budget, le socialiste Christian Eckert. Lequel aurait, en plus de ses états d’âme,  à expliquer sérieusement  aux administrés des nonistes ainsi stigmatisés que leur député n’avait qu’à ne pas voter en son âme et conscience

Alors, mon petit Sébastien , avant de pousser les (vieux) blogueurs gauchistes¹ à conclure au meurtre de la démocratie, peut-être pourrais-tu faire ton travail plus sérieusement, non ? Bon, tu as bien tenté de te rattraper en creusant un peu plus l’affaire, mais trop tard : le mal est fait. Et rien dans le nouveau papier sur cette accusation. D’où la mention sur ton dossier de la part du jury populaire de blogueurs que je préside sans en avoir l’air et dont je suis l’unique membre, ce qui m’évite de trop me contredire   : « peux mieux faire ». Esssaie encore… un petit rectificatif, peut-être ?

 

¹ Et pas que : j’ai ainsi vu Autheuil s ‘émouvoir sur twitter de cette information qu’il a prise pour argent comptant, prêt à crier au scandale… Trop belle occasion, n’est-ce pas ?

.