#PesteBrune : @dupontaignan le malfaisant a encore frappé (chez #ONPC)

Les contrôles au faciès sont une pratique inadmissible dans notre société. Ils relèvent à mon sens d’un racisme d’état dans la mesure où ce gouvernement l’a caractérisé en refusant de les voir disparaître : n’est-il pas allé – honte à lui – jusqu’à récuser une décision judiciaire le condamnant pour ses pratiques discriminatoires répétées ? La cour de cassation a pourtant tranché en dernière instance, le condamnant définitivement sur le sujet, décision pourtant honteusement passée inaperçue dans les médias. Malgré cela, quelle ne fut pas ma surprise d’entendre hier le porteur de peste brune dénommé Dupont-Aignan se faire l’apôtre de cette pratique détestable, tout en lui trouvant une bien étrange solution :

 « Il n’y aura plus de contrôle au faciès quand enfin les voyous seront en prison »

Passons le tour de force d’un si habile prestidigitateur qu’il se fait passer pour le maire d’une commune de banlieue difficile qui connait très bien le sujet alors que la ville d’Yerres (Essonne) est l’une des plus cossues qui soient. On aura aisément compris que dans la tête de ce Monsieur, il n’y a qu’un pas vers l’amalgame facile allègrement franchi à la vitesse de l’éclair : si tu es préférentiellement contrôlé, c’est que tu le mérites bien… Pour lui, les principales victimes des contrôles au faciès, noirs ou d’apparence maghrébine,  sont donc des coupables idéaux. Mais qu’attendre d’autre de la part de quelqun qui énonce pareille énormité qui l’apparente sans la moindre ambiguïté à l’extrême droite la plus détestable ? Je veux parler de ceci :

« Je n’accepte pas qu’on vienne dans mon pays (…) pour prendre de l’aide sociale sans travailler », a lancé celui qui voit dans « l’immigration non contrôlée » un « péril » pour « la cohésion républicaine ». (source)

Moix, que je ne supporte pourtant pas, aura  été fort pertinent de le questionner pour le coup sur son adhésion aux thèses de Renaud Camus et de son présupposé grand remplacement… C’est peut dire que je ne n’ai pas été convaincu par sa réponse alambiquée et ambigüe (voir la vidéo). D’autant plus que moi, j’ai une mémoire...

capture

Chez moi, ça porte un nom : peste brune.

encore un délinquant alcoolique raciste au #FN…

Le parti d’extrême-droite a beau jeu de  suspendre ses élus dès qu’une affaire judiciaire pointe le bout de son nez, comme cela semble être leur procédure interne, afin qu’ils ne soient pas éclaboussés. Mais nul n’est dupe de leurs manigances qui dissimulent bien mal leurs très mauvais recrutements qui défraient régulièrement la chronique médiatique. ça commence vraiment à faire plus que tache… 😉  Encore un exemple peu ragoutant à verser au dossier à charge : celui de Roger Fruchart, encore élu FN d’opposition à Liévin (Pas de Calais) au moment des faits. Les voici :

capture
source

Et non content d’insulter les forces de l’ordre en faisant preuve de surcroît de racisme alors qu’il était dans un état d’alcoolémie avancé, voilà que le délinquant routier aggrave son cas en tentant d’échapper à la justice par une manœuvre dilatoire dont son avocat a le secret :

capture
source

La suite en mai, donc. je rendrai compte. J’ose espérer que ce bas du front là n’échappera pas à ses responsabilités en se jouant de la justice grâce au laxisme de Madame Taubira que les mêmes n’avaient pas de mots assez durs (et assez racistes) pour vilipender alors… 😉 Ce serait ballot…

Ahhh… Vivement Mars 2017 ! #NOnazis #batskin #PesteBrune

Capture.PNG
source

[Sachant que cette ordure fasciste intégrale irrécupérable, pardon ce malade de la peste brune en phase terminale, a eu dans le passé des proximités aussi intéressantes que Marine Le Pen et son fidèle écuyer, Frédéric Chatillon,  Soral, et plusieurs blogueurs réacs zinzinfluents, devinez la peine encourue… pour la crédibilité démocratique et la santé mentale de ces gens là. Rires. Vivement mars 2017, qu’on rigole encore plus… en rendant compte ici ]

Sur le sujet, pour plus de détails, lire :

fiche wiki

La Horde va

ici

#FN : une école de voyoucratie et de terrorisme. Le cas #Desport

Et si vous voulez mesurer le sérieux des journaux et sites d’information…. Jugez sur pièces ! Ils en parlent :

Le papier de Vincent Matalon

Le Parisien

Le Monde

Libé (AFP)

La croix

Post-scriptum : ce jour, 16 septembre, j’apprends que Desport est condamné à 4 ans de prison dont 3 ans ferme. Jean-baptiste Nadji est condamné à 3 ans de prison dans 18 mois avec sursis. JB Nadji à 3 ans de prison, dont 18 mois ferme. Benjamin Attias est condamné à 6 mois de prison avec sursis. Inéligibilité 2 ans.

Chatel renonce à ses fiches infantiles

Montage d’après un dessin original d’Honoré trouvé sur le site Sauvons l’école

.

Suite à mon billet sur le fichage des enfants de 5 ans, je tenais simplement à vous signaler, en guise de service après-vente de blog que, compte-tenu de la bronca déclenchée par cette polèmique, tant chez les parents que dans les milieux enseignants et la société civile, Luc Chatel, Ministre (encore en exercice…) de l’éducation nationale, a décidé de faire machine arrière… Dont acte.

Qu’on me permette cependant d’en profiter pour exprimer combien je considère les arguments qu’il avance pour justifier cette reculade comme un cache-misère assez pathétique. En effet, cette logique tenace de la part des gouvernements sarkozystes succcessifs, depuis 4 ans, de vouloir à tout prix débusquer les potentiels fauteurs de troubles relèvent véritablement, à mes yeux, d’une obsession sécuritaire pathologique, et malsaine.

 

 

Délinquance des mineurs : ne pas confondre Justice et précipitation.

Source : Na ! sur Le Post.

Extrait d’ un excellent article de Laurent Mucchielli, sociologue spécialisé dans les questions de délinquance, dans lequel on apprend avec stupéfaction l’existence d’un outil juridique discutable de Michel Mercier, caché au grand public, qui prévoit  un « dossier unique de personnalité » qui rassemblera l’ensemble des informations recueillies sur le mineur à l’occasion d’une mesure éducative ou d’une précédente poursuite ou d’une mesure alternative aux poursuites, y compris dans un autre ressort (enquêtes sociales, expertises, rapport d’enquêtes de personnalité…)?  Voilà de quoi faire frémir les travailleurs sociaux de France et de Navarre. Enfin…  Ceux qui ont encore une déontologie.

Justice des mineurs : un nouveau seuil bientôt franchi dans la punitivité

La méthode : urgence et électoralisme

Où l’on apprend que la refonte totale du droit pénal des mineurs n’est pas enterrée : « Sans attendre l’écriture d’un code de la justice pénale des mineurs, dont la préparation est en cours, les mesures présentées par le ministre tendent à un traitement plus rapide et plus lisible de la délinquance des mineurs ». Ainsi donc les choses se feraient en deux temps. Un temps de l’urgence, probablement indexé sur l’agenda électoral, avant une refonte à tête reposée.

On rappellera ici que le rapport Varinard adopté en 2008 a donné lieu à un projet de code déjà en ligne sur le site du ministère de la Justice. Par morceaux déjà des modifications ont été apportées ces derniers mois. Ce fut le cas récemment avec la création de la mesure d’investigation judiciaire par arrêté du 2 février 2011 remettant à plat la totalité des mesures d’investigation jusqu’alors en oeuvre. Ou par la création d’une sanction éducative nouvelle (couvre-feu individuel dans la Loppsi 2) après l’accélération de la mise en place de cette même gamme de réponse pénale par la loi du 2 mars 2010. Il s’agit donc de réformer par bribes avant de… tout remettre à plat dans la foulée. Le tout dans une précipitation rare. Alors que le rapport Varinard est resté en sommeil pendant plus de deux ans, certaines de ses dispositions devraient être subitement votées avant l’été ? De fait, le gouvernement a fait le choix de la procédure parlementaire prioritaire (une seule lecture) sous-entendant une urgence à durcir une fois de plus la législation. Le paradoxe est d’autant plus saisissant que les derniers chiffres relatifs aux mineurs détenus (804 au 1er avril 2011, soit plus de 16 % d’augmentation depuis janvier 2011) montrent que la justice est déjà de plus en plus sévère.

[…]

Dossier unique ou dossier inique ?
Un curieux artifice est proposé par Michel Mercier pour pouvoir juger plus vite le mineur : « le dossier unique de personnalité ». Il s’agit « de créer, afin de juger plus rapidement les récidivistes, et avec tous les éléments de personnalité utiles, un « dossier unique de personnalité » qui rassemblera l’ensemble des informations recueillies sur le mineur à l’occasion d’une mesure éducative ou d’une précédente poursuite ou d’une mesure alternative aux poursuites, y compris dans un autre ressort (enquêtes sociales, expertises, rapport d’enquêtes de personnalité…). Un tel outil permettra notamment de développer un traitement plus efficace des mineurs « multiréitérants » ».
Cette proposition n’est rien d’autre que la reprise d’une des propositions du rapport Varinard, la numéro 53, dans un chapitre déjà consacré à la « célérité de la réponse pénale ». Evidemment ce n’est pas en soi le dossier unique qui est contestable mais bien l’objectif qui lui est imparti. Dès lors que l’on partage l’idée selon laquelle. (La totalité du texte et la suite ici)

.

les centristes aussi rêvent d’une autre France

Le Pen, Sarkozy, Hortefeux et consorts, votre France n’est pas la nôtre !

.

En voilà une nouvelle qu’elle est bonne ! Ce n’est pas tous les jours qu’en haut lieu, on se permette de contredire l’arrogant Nicolas ! Voilà qui risque bien de provoquer la colère de l’irascible autocrate : les sénateurs viennent de retoquer le projet de loi sur l’immigration, en refusant de déchoir de leur nationalité des personnes qui l’auraient acquise depuis peu, arguant de certains délits particulièrement graves. La mesure a été rejetée  par 182 voix contre 156, grâce à l’appui des centristes qui se sont alliés pour la cause à la gauche sur ce vote. Voilà qui augure plutôt bien des futures échéances si ce genre d’actes politiques forts, de nature à défendre une certaine idée de la démocratie,  se reproduisaient à l’avenir…

Les mots des centristes sont plutôt durs, jugez plutôt : « C’est Vichy qui a inventé la dénaturalisation » a notamment Nathalie Goulet, porte-parole des centristes au sénat. Au micro d’Europe 1, le centriste Jean Arthuis s’est exprimé lui aussi :  « il ne faut pas confondre immigration et délinquance. Il est important de respecter l’égalité des Français devant la loi« . Voilà qui me fait particulièrement plaisir, et cela va d’autant mieux que ce soient des centristes plutôt que des anti-sarkozystes primaires, gauchistes de surcroît, comme moi, qui le disent ! Cela a bien plus d’impact.

Le socialiste David Assouline est allé quant à lui encore plus loin, en évoquant le rapprochement avec le Front national, qui propose que la déchéance de nationalité puisse être étendue aux personnes condamnées à plus de six mois de prison ferme. « Une fois que vous aurez légitimé cette idée dans le droit, d’autres pourront plus facilement aller plus loin« . Il a raison, et je ne peux que le suivre dans cette crainte… qui est celle de plus en plus de gens aujourd’hui, bien plus démocrates que ne nous le démontre actuellement l’UMP…. Isolé qu’il est autour du cercle présidentiel, comme on a pu le voir lors des derniers événements marquants, que ce soit sur l’affaire de Laetitia, ou des événements en Tunisie, où les représentants du gouvernement français se montrent bien mal inspirés… et en complet décalage avec le reste de la population.

Espérons que les français sauront se souvenir, au moment du passage dans l’isoloir, en mars prochain comme en 2012, à quel point l’image de ce pays qui leur est certainement aussi cher qu’à moi à été dégradée par cette élite corrompue et en proie à des affaires si préjudiciables à notre nationalité… qu’on en arrive à regretter, de par leurs exactions, d’en être affublé. C’est pour dire !

Il ne fait pas bon  être français, en ce moment… Espérons que cela va changer, et qu’un mouvement de fond nous redonne notre fierté. Nous en avons bien besoin.

.

Bockel va s’occuper de vos têtes blondes…

Quand la gauche est si moderne… qu’elle penche dangereusement à droite, et s’en prend à présent à nos jeunes…

J’ai le plaisir de vous apprendre que j’ai renoncé à gratifier ce billet d’un titre digne d’une manchette de journal local des Vosges profondes,  qui aurait nourri facilement votre consternation, du style « Bockel dans la position du missionnnaire ».

( Ça, je l’avais déjà fait, avec une autre, Mme Boutin, le plaisir étant meilleur… si je peux m’exprimer ainsi !).

J’aurais pu également donner au texte qui suit un autre titre tout à fait adapté au sujet,  tel que « délinquant un jour, délinquant pour toujours ? » mais celui-là,  l’ami Slovar l’avait déjà judicieusement commis…  En nous remémorant au passage que l’UMP avait aussi eu l’intention de dépister les gênes de la délinquance dès trois ans, ce qui porte un nom qui réveille une terrible histoire : l’eugénisme, sans vouloir faire mon pédant.

Le grand Oncle Jean-Marie (tiens, tiens…) vient donc de se voir confier par notre grand démocrate en chef une « mission sur la prévention de la délinquance juvénile «  . Ledit secrétaire d’Etat à la Justice,  « compte organiser à la mi-octobre des « assises » réunissant tous les acteurs concernés ».

« Cette mission s’intéressera notamment à la prévention sociale et éducative de la délinquance des jeunes, à la recherche, tant en France qu’à l’international, de bonnes pratiques (sic…) et à la formulation de propositions innovantes en la matière », souligne la lettre de mission (source AFP).

Quand on étudie méticuleusement les 60 propositions du rapport de Mr Ruetsch, dont la mission de Mr Boeckel est la continuité,  deux d’entre elles retiennent l’attention. (Les autres ne sont qu’une redite de dispositifs déjà existants, je sais j’ai travaillé avec eux autrefois, et il m’est plutôt jubilatoire de vous faire savoir que justement, ça tombe mal,  certains ont été démantelés, en toute incohérence…comme le dénonçaient alors des syndicats de la protection judiciaire de la jeunesse, tel celui-ci) :

– La proposition N°13, qui consiste à inciter les jeunes des quartiers sensibles à se diriger vers des formations aux métiers de la sécurité… Ce qui peut prêter à sourire face à tant de fraîcheur et de naïveté.

– La proposition N° 25 qui s’intitule : « mettre en place un dossier unique dès la première mesure, sanction ou peine prononcée au pénal à l’égard d’un mineur »,

Cette proposition, tout particulièrement, constitue un fâcheux précédent qui me semble aller dans la même logique dangereuse que celle du dépistage des enfants délinquants dès trois ans dont parle Slovar, constitutive d’une idéologie dont il ne serait pas improbable que Mr Bauer, mentor sécuritaire de notre cher despote si peu éclairé, y soit associé… dans sa grande maîtrise de la Geste criminelle.

On attend donc avec une grande impatience, totalement dénuée d’arrière pensée, que le  gouvernement dont Mr Bockel fait partie (au plus grand mépris des valeurs de gauche, moderne ou pas), qui s’est montré dernièrement si attaché aux libertés publiques, nous concocte des camps de redressement pour délinquants récidivistes. Et ce, dès la sortie de la maternité… Les progrès de la science feront le reste… Avec l’heureux concours du secteur économiquement si rentable de la vidéo-surveilance – si habilement rebaptisée vidéo-protection – qui connaît une croissance exponentielle depuis l’avènement de notre cher petit président tant  vénéré… Simple concours de circonstance.

Donc, résumons nous : après les musulmans, les roms, les fonctionnaires, le syndicalistes, les journalistes, les sites et les blogs internet,  les vieux… Les jeunes sont à présent le cœur de cible de la tentative de désignation à la vindicte populaire…

ça commence à faire beaucoup de français, non ?

France, réveille-toi !!!

..

Lisez sur ce même sujet l’intéressant Communiqué de presse de M. Jean-Marie Bockel… Ne serait-ce que pour le plaisir de connaître le Numéro de téléphone de son secrétariat… Après, vous en ferez ce que vous voulez !

Bookmark and Share

la délinquance augmente d’autant plus que le regard recule…

Du traitement de l’information par temps de crise…

 Ce n’est pas la première fois que je m’interroge sur la manière dont l’information est traitée, non pas dans le discours, intellectuellement comme c’est souvent le cas (pour moi aussi….), sur la base de généralités partagées entre personnes de bonne compagnie, mais à partir de ce que je vois très concrètement au quotidien, dans mon activité de bloguage, qui suppose une investigation intensive des différentes sources d’information sur un sujet donné, que l’on aimerait traiter.

 Ainsi, cette fois, à partir d’une même dépêche d’agence (France Presse en l’occurrence), qui elle-même découle d’un sondage IPSOS¹ commandé par France-soir, on peut voir se dérouler un film bien différent selon le support médiatique utilisé…

 

  Il n’est pas inutile de savoir au préalable que France-soir appartient au milliardaire russe Sergueï Pougatchev, dont vous pouvez si le cœur vous en dit examiner le pedigree ici. Il a dernièrement défrayé la chronique en dépensant plus de 20 millions d’euros pour redonner une santé à ce titre.  Celui que l’on nomme le « banquier de Poutine » n’a bien entendu aucun lien avec les élites dominantes en place… et encore moins avec notre gouvernement. Ce serait médire.

 Pourtant, on peut s’interroger sur l’intérêt qu’il y a (et il y en a toujours un pour un journal, ne serait-ce que de faire vendre… et l’on sait que le thème est porteur, surtout depuis l’émergence… du FN !), le jour même de la tenue d’une réunion sur le sujet tant décrié du comportement de certains    à lancer une telle boulette dans la marre, sans aucune précaution. Ni arrière pensée ?

 Plus effarant, se voir laisser à croire, si l’on est un citoyen lambda (c’est-à-dire quelqu’un qui a autre chose à fiche dans la vie que de se livrer à notre monomanie obsessionnelle de la traque d’informations), qu’il y aurait à la fois dans le même temps 59% de français qui ont peur et une majorité (84 %) qui se sent en sécurité, voila qui a de quoi laisser perplexe. Mais depuis un certain jour de mai 2002, les sondages, hein, on sait ce que ça vaut…

 En attendant, la propagande gouvernementale bat son plein et la guerre de la com est à l’œuvre dans les unes de nos journaux, reprise à mon avis sans grand discernement par des chefs de file politique qui ne font hélas que se laisser dicter le débat du jour par le chef d’orchestre, qui lui, applaudit des deux mains…

 Mais le débat n’est-il pas ailleurs  ?

 ¹ (Étude réalisée auprès d’un échantillon de 957 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de famille) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont eu lieu par téléphone au domicile des personnes interrogées du 22 au 23 juillet 2010).

 

Bookmark and Share

Châtel a les crocs…

Le masque de Janus de Monsieur Châtel n’aura pas résisté bien longtemps à sa vraie nature : il se fissure bien vite, à grands coups de semonce et d’ultimatums… Envers qui, je vous le demande ? De dangereux terroristes barbus ? Des comploteurs souterrains d’ultra-gauche ? Vous n’y êtes pas du tout ! De simples enseignants qui, à Vitry, ont exercé à juste titre leur droit de retrait après l’agression d’un élève de 14 ans mardi dans leur lycée.

Leur tort ? Ils l’ont déjà annoncé, ils ne reprendront pas le travail ce lundi. Cet acte de résistance ne saurait donc être toléré par le sarkozyste Châtel, qui se montre à présent plus menaçant, après avoir jeté des miettes à ces manants qui osent protester, en leur proposant royalement quelques « médiateurs de la vie scolaire » dont on peut supposer qu’il s’agira encore d’emplois aidés et précaires. Ce dont l’État est bien moins avare que de fonctionnaires, dont il compte diviser le nombre par deux… Les enseignants d’Evry n’en sont sûrement pas dupes.

Et quand on est acculé à sa propre logique, le dos au mur du libéralisme qu’on a soi-même semé, qui commande de réduire des pans entiers de l’éducation à leur plus simple expression pour les livrer un peu plus tard en pâture à l’économie libre et non faussée chère aux dogmatiques technocrates de Bruxelles, on est forcément à court d’arguments… et on cherche à mordre. La force est l’arme des faibles.

J’espère qu’il faudra plus que ce roquet pour faire taire ce mouvement, dont on souhaiterait qu’il s’étende à tous les établissements scolaires de France, voire à d’autres administrations d’État dans lesquelles les fonctionnaires sont soumis au même cruel manque de moyens, au plus grand mépris de l’intérêt collectif. N’en déplaise aux braillards réactionnaires qui du fond de leur canapé tirent à vue dès qu’ils entendent le mot fonctionnaire. Car il y a ceux d’hier et ceux d’aujourd’hui. Ces derniers savent à quel point ce n’est plus vraiment une sinécure… Contrairement à ce qu’en pensent encore, avec dix ans de retard, des bien-pensants qui ne savent pas vraiment de quoi ils causent.

Car il y a de la souffrance, au travail, là aussi… Ce que les experts nomment pudiquement « risques psychosociaux » n’est pas un leurre. Et c’est le sens que j’entends donner à ce mouvement, et bien malin qui pourra m’en déposséder. Monsieur Châtel pourra toujours montrer les dents : je les lui limerai à la toile émeri s’il le faut…