Wauquiez, Nous non plus, on ne t’aime pas : #antifa ! (et #acab)

Il n’y a franchement rien d’étonnant à ce qu’un réac aussi notoire que le Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes s’offusque d’une subvention dédiée à la 8e édition du Lyon Antifa Fest qui doit se tenir à Villeurbanne les 10 et 11 décembre 2021, au point de les priver de leurs maigres subsides sous un prétexte fallacieux…

[Fallacieux, car la réalité est dure, pour les condés… Car oui, cependant, Acab encore, et toujours… (Ainsi, récemment, pour ceci). ]

Par contre, ce qui est plus surprenant, c’est que les organisateurs de cette manifestation aient demandé quoi que ce soit, compte-tenu de son immonde positionnement politique si peu compatible avec les principes antifascistes, à ce triste sire dont les thèses épousent si bien ceux que nous combattons… Ce n’est certainement pas un hasard si c’est justement là où la fachosphère a planté l’un de ces bastions que Wauquiez tente de nous faire taire, tant il est évidemment idéologiquement complice des nazillons identitaires…

Il est d’ailleurs entre parenthèses plutôt rassurant que ce minable petit bourgeois catho réac et homophobe ait renoncé à se porter candidat à la prochaine présidentielle. Il y en a déjà bien assez comme cela, de fafs qui se disputent le bout de gras… 😉

Et apprendre dans le même temps que ce même infect personnage ne trouve rien de mieux que de stigmatiser les gens les plus démunis en montant une fois de plus à la charge contre l’assistanat, nanti de son indiscutable mépris social caractérisé, voilà qui rajoute comme s’il en était besoin à la décrépitude morale de cet ignoble petit marquis à perruque poudrée…

Deux raisons de plus de graver dans le marbre blanc de ce blog les méfaits ordinaires de cet exécrable personnage éminemment toxique pour notre bien vivre ensemble. Comme le monde serait meilleur sans lui…

Post-scriptum :

Une réflexion sur “Wauquiez, Nous non plus, on ne t’aime pas : #antifa ! (et #acab)

  1. Wauquiez, ordure fasciste personnifiant le « bullshit » qui sévit dans la classe politique, particulièrement à l’extrême droite, terreau de tous les fantasmes sécuritaires et du complotisme le plus dégueulasse.
    Minable petit peroxydé qui veut se donner un coup de jeune alors qu’il transpire l’aigreur du vieux facho des années 30 qui avec ses pairs à mené le monde au désastre qu’il veut avec acharnement reproduire.
    Nazillon est son nom

    J'aime

Les commentaires sont fermés.