l’extrême-droite, nouvelle meneuse de revue de l’équipe de fRance… #racisme #nationalisme

Moi qui n’aimait pas le foot, voilà que son monde vient de perdre une occasion de m’apparaitre un peu plus respectable… Comme ils l’avaient déjà fait en match de préparation face au pays de Galles à Nice, les footballeurs de l’équipe de fRance avaient prévu ensemble de poser un genou à terre avant le début du match en Bavière. Il s’agit d’un geste symbolique, un écho du mouvement «Black Lives Matter» aux États-Unis, dont l’objectif est de montrer son soutien à la lutte contre le racisme et les violences policières envers les noir.e.s, en mémoire de George Floyd. Cet élan de solidarité antiraciste internationale, que je me préparais à saluer comme il se doit, avait pourtant été observé à maintes reprises dans différents pays d’Europe ces derniers mois. Mais il a donc suffit que la fachosphère et tout ce qu’elle comporte de trolls haineux, au front aussi bas que leurs idées, déclenche l’une de ses broncas dont elle a le secret sur les réseaux sociaux pour que ces footballeurs nationaux y renoncent… Cela m’attriste profondément.

J’ai relevé pour vous un certain nombre de réactions politiques qui en disent à mes yeux bien assez long à la fois sur le niveau de déliquescence morale comme sur le degré d’hypocrisie qu’a atteint sur le sujet notre pays, visiblement atteint de manière irréversible par cette gangrène là :

La police française n’est pas raciste, mais tous les jours un fait nouveau vient nous démontrer le contraire… au point que le dossier à charge pèse déjà fort lourd. Même des policiers dénoncent de l’intérieur l’omniprésence de ce racisme en leur sein, c’est assez dire…

L’antiracisme est tellement insupportable à certains que la moindre de ses manifestations, même la plus symbolique comme ce genou à terre leur devient intolérable…

Plus intolérable visiblement que le racisme et le complotisme dont ils se nourrissent en se produisant sur les places publiques à travers toute la fRance, en toute impunité malgré la dangerosité de leurs discours à destination des covidiots....

Cette même famille politique extrêmement droitière va même jusqu’à prétendre lutter contre l’antiracisme en vertu de son nombrilisme patriotique. L’internationalisme, forcément, ça donne de l’urticaire, à l’extrême droite. La solidarité internationale, ça risquerait de casser leur petit business de la haine, intimement lié à l’exploitation éhontée du sentiment d’appartenance nationale… Aussi faut-il flatter les instincts les plus bas, comme cet institut de pacotille à si faible valeur intellectuelle ajoutée, à l’image de son fondateur, Jean Messiha :

D’ailleurs, le monde du foot lui-même n’est pas du tout raciste. La preuve magistrale nous en est encore donnée par un Noël Le Graet. (je vais vomir….)

Aussi, devant ce spectacle de plus en plus désolant que nous donne ce pays, il faut arrêter de nous présenter, nous autres antiracistes résolus, comme de soi-disant adeptes de la bien-pensance, cet élément de langage pré mâché et prédigéré pour mous du bulbe de la fachosphère, qu’ils nous recrachent à tout bout de camp sans grand discernement. Car aujourd’hui, c’est bien plutôt l’antiracisme qui devient de plus en plus subversif. Au point que la moindre de ses manifestations devienne de plus en plus intolérable, dans ce pays miné par son extrême-droite, qui peut donc se permettre à présent de faire mettre un genou à terre à tout ce que ce pays peut compter de démocrates. Et ça, par delà le foot, franchement, ça craint.