Julien Odoul retrouvé pendu sur la corde de son immonde cynisme (« s’est-il pissé dessus ? « )

« ça ne te suffisait donc pas d’être intrigant, calculateur, arrogant, sexiste, raciste, xénophobe et islamophobe, Julien ? Il fallait en plus que tu sois méchant et méprisant ?  » (sur le registre de « Vilaine« ).

Cet infect petit arriviste sournois ne recule devant aucun stratagème, comme nous l’avons déjà démontré ici, pour se faire artificiellement mousser, le plus médiatiquement possible, afin d’assoir ses idées immondes... Mais cette fois, c’est raté, et pas qu’un peu. Juste retour de boomerang… Déroulé de cet énième feuilleton sordide :

Phase 1 :

Libération sort un papier relatant les petites blagues d’un goût douteux du candidat d’extrême-droite aux prochaines élections en Bourgogne Franche Comté, sur lequel sa marâtre compte tant pour gagner une région et la faire passer dans l’escarcelle de son parti de prédateurs…

Phase 2

Le petit Julien, même pas honteux et confus, ne jura pas mais un peu tard qu’on ne l’y prendrait plus, non non non… Il préféra plutôt jouer, lui qui l’est si peu (sur le registre médiatique et politique), le rôle de la vierge effarouchée, injustement accusée, en montant sur ses ergots de petit coq qu’il est, assurément…

Phase 3 :

Mais afin de répondre à cette menace de procédure bâillon, tintée d’une médiocre insinuation sur un éventuel manquement déontologique du journaliste responsable de ce papier, voici la réponse du berger à la bergère…. Excellent : j’écoute la bande annonce de cette série grinçante et terriblement malaisante en mangeant ma tartine de confiture… à ne pas donner à ce genre de pourceaux :

Tel est pris qui croyait prendre. Juste retour de boomerang, et sur le ring même où l’impétrant prétend exceller. Difficile de cacher sa joie devant le bourbier dans lequel cet être méprisable (par ses idées comme par son comportement, et son mépris social envers ceux là même qu’il prétend défendre) s’est enfoncé lui-même. Un bon moment d’insupportable hypocrisie dénoncé comme il se doit : très pragmatiquement et factuellement. Et j’espère fort qu’il ne s’en sortira pas : la noirceur de son œuvre, en dépit de son jeune âge, le mérite amplement.

Archivé.

Ps. Et comme il fallait s’y attendre….

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.