dans la soupe idéologique puante de Rémy Daillet-Wiedemann, des avocats bien moisis

À gauche, Me Philippe Fortabat Labatut ; à droite, Me Fabrizio Nucera Giampaolo (source : captures d’écran YouTube réalisées par Conspiracy Watch).

Bonne nouvelle : j’ai appris il y a deux jours par un gentil informateur anonyme avant que cela ne soit rendu public dans la presse que le financeur et organisateur de l’enlèvement de la petite Mia dans les Vosges, le conspirationniste antisémite Rémy Daillet-Wiedemann, a été arrêté en Malaisie.

Même ceux qu’il avait sollicités pour accomplir cet enlèvement soulignent le rôle clé qu’il a pris dans cette affaire :

Pour l’avocat de « Jeannot », l’un des membres du commando ayant enlevé la fillette, Rémy Daillet-Wiedemann « apparaît quand même de façon récurrente [dans l’affaire]. Un certain nombre d’éléments le mettent même à la tête de l’organisation, et puis nous avons le sentiment aujourd’hui – et il est important qu’il s’en explique – qu’il a même pu avoir une influence néfaste voire délétère sur un certain nombre de protagonistes ».

source

J’attendais cependant, avant d’en faire un billet, que son extradition vers la France soit confirmée, mais ce n’est pas encore le cas. Aussi, en attendant, j’apporte de l’eau au moulin de sa déchéance idéologique totale en vous informant de l’existence de cet article, pour celleux qui ne l’auraient pas encore lu, de Conspiracy Watch, qui en dit bien assez long sur la fange politique et acculturée à la sauce catho-fasciste-complotiste-royaliste dans laquelle se vautrent ce genre d’individus, sous le prisme spécifique de ses avocats, un italien et un français, sur lesquels on en apprend de belles… C’est par ici. Extraits :

Monarchiste et catholique convaincu, Fabrizio Nucera Giampaolo partage sa vie entre l’Espagne et l’Italie. De l’autre côté des Alpes, il est à la tête du « bureau international » de l’association Croce Reale – Rinnovamento nella Tradizione qui promeut une « Europe des peuples et des Nations », thématique chère à l’extrême droite, en exaltant le « patrimoine romano-chrétien » et la royauté. En octobre dernier, il participait aux manifestations contestant les restrictions sanitaires organisées dans plusieurs villes italiennes.

Également royaliste convaincu, Philippe Fortabat Labatut est pour sa part présenté comme « délégué de l’Action française » dans une publication de 2009 du journal monarchiste désormais disparu L’Action française 2000. En 2006, la même publication indiquait que c’est auprès de lui qu’il fallait s’inscrire pour « tirer les rois » à Biarritz cette année-là. Sur Facebook, outre Marion Sigaut, Christian Cotten ou Olivier Pichon, l’homme est également « ami » avec Elie Hatem, dirigeant de l’association Amitié et Action française, branche minoritaire suite à la scission des royalistes survenue en 2018, et proche des milieux antisémites français les plus radicaux.

Sur son site, Fortabat Labatut met en avant de nombreuses références en expliquant avoir été le conseil de l’ancien ministre et maire de Nice, Jacques Médecin, des familles des dictateurs africains Jean-Bedel Bokassa et Joseph Mobutu, ou d’un « ancien chef d’État français » dont l’identité n’est pas dévoilée… Apparaît aussi la défense du député Jean Lassalle qui militait alors, c’était en 2013, contre le redécoupage de la carte électorale des cantons.

Ce dont maître Fortabat Labatut ne fait pas publicité en revanche, c’est qu’il a été l’avocat du bloggeur antisémite et antimaçonnique Johan Livernette, proche du journal non moins antisémite Rivarol, des nationaux-catholiques de Civitas ou encore d’Égalité & Réconciliation, l’association d’Alain Soral. Livernette a été condamné en février dernier, à Toulon, à deux ans de prison, dont dix-huit mois ferme, pour violences conjugales. Nulle mention, non plus, du rôle qu’il a joué dans l’affaire Thierry Kabile, que chroniquait l’auteur complotiste Laurent Glauzy sur son site en évoquant un « trafic des organes où des enfants sont kidnappés, massacrés pour être délestés de leurs organes ».

(source)

Ce même avocat de Rémy Daillet -Wiedmann avait également défendu un négationniste béarnais de 63 ans au moment de son jugement qui vivait à Barzun et tenait un bar à Tarbes…. Tout un continuum idéologique particulièrement répugnant et sordide, vous dis-je. On n’a pas fini d’en tracer les contours alambiqués… dont le dessin est toujours le même : celui de la haine, du rejet de l’Autre, du différent, et du racisme. On peinerait à y chercher une quelconque rationalité. De toute façon, pour tout vous dire, à mes yeux, le catholicisme et le royalisme mènent toujours au même complot… L’antisémitisme en est invariablement la clé de voute. La haine du juif mythifié, mère ancestrale de tous les complots contre le gentil petit catholique injustement ostracisé, cette baliverne néanmoins éminemment toxique. Les résultats de cette obsession raciste là sont littéralement et historiquement terrifiants. D’où l’importante nécessité de la combattre, chacun.e avec nos armes favorites.

Archivé.