Jean-Eudes Gannat en version édulcorée, ou le journalisme de supermarché #alvarium #fachosphere #departementales2021 #NONazis

« La préservation des paysages« , vraiment, avec une telle ordure ? Fallait oser…

Voilà un cas d’école qu’il serait bon d’étudier dans une formation intensive de journalisme, au chapitre déontologie. Il serait peut-être quelque peu utile et salutaire en effet de développer à minima le sens critique de certains localiers… Enfin, j’espère, dans le meilleur des cas…

On a rarement vu en effet un tel exemple d’absence d’investigation et d’édulcoration de l’information. Nous sommes d’ailleurs plusieurs à nous être indignés d’une telle normalisation de l’œuvre pourtant fortement toxique d’un individu qui est tout sauf un grand démocrate, quand bien même il brigue donc un mandat dans le cadre d’un suffrage qui se prétend universel, comme nous l’apprenons en l’occurrence. L’individu dont il s’agit en est pourtant un contre exemple notoire, de ce bel esprit démocratique qui se donne à voir, et devrait animer en effet tout candidat à ce genre de consultations, sans quoi cela ressemblerait davantage, ce que la photo pourrait d’ailleurs fortement présager, à une sorte de comice agricole. Il est donc salutaire me semble-t-il de rappeler quelques stigmates de l’ œuvre particulièrement dégueulasse de l’individu central dont il s’agit, en esquissant quelques traits de ce que ledit journaliste de Ouest France n’a pas fait : de l’information.

Omniprésent derrière l’Alvarium, un repaire de nazillons qui se situe à Angers, Ouest France le présente pourtant, ce brave Jean Eudes Gannat, comme le président d’une simple association de loisirs :

Jean-Eudes Gannat et Helen Tardiveau sont candidats aux prochaines élections départementales dans le canton de Segré. Jean-Eudes Gannat est âgé de 26 ans, père de deux enfants. Ce travailleur indépendant vit dans le Segréen où il a effectué sa scolarité. Après avoir milité au Front national jusqu’en 2015, il s’est engagé depuis quatre ans dans l’association Alvarium d’Angers, dont il est l’un des fondateurs.

source

Jean-Eudes, un gentil militant qui a quitté le FN par conviction personnelle, comme son gentil papa, soudain pris par l’effroi devant le genre d’idées dont il s’agit ?

L’Alvarium est pourtant bien connu pour de multiples agressions de ses membres au front particulièrement bas, pour les motifs les plus futiles…

Adhésion au suprémacisme blanc, antisémitisme et violence physique envers leurs opposants sont pourtant le lot commun de cette association de malfaiteurs racistes.

Les deux candidats estiment que, « dans le Segréen, il y a des problèmes qui sont en train de monter comme l’immigration, l’insécurité« . Ils développent quatre axes principaux de campagne. Dans le domaine de « la lutte contre l’immigration et l’assistanat, nous préconisons la suppression de l’attribution du RSA pour certains délinquants (dealers notamment), ainsi que la fin des subventions aux associations pro-immigration et de l’aide aux faux mineurs isolés. »

L’insécurité, Jean-Eudes est en effet un expert en la matière, tant il est si bien placé pour en parler, et pour cause : outre son frère, l’un de ses petits camarades de jeu de l’Alvarium a déjà été condamné à 4 mois de prison avec surpris pour un coup de poing à un policier dans une manifestation de Gilets Jaunes dans laquelle il avait tenté de s’introduire pour faire le coup de poing, conformément à la tradition familiale…

Ce qui est assez croquignolesque, c’est que le même Ouest France qui publie un article aussi lisse et sans bavures du brave candidat Jean Eudes n’aurait eu qu’à se pencher dans ses propres archives pour informer son électorat, auquel je pense il devrait peut être rendre des comptes en termes d’information libre et non faussée, avec un minimum de rigueur et d’objectivité. Dans cet article cité en lien, on apprend en effet que non seulement Jean Eudes est un petit nazillon raciste et violent, mais que c’est de surcroit un escroc, qui a opéré un étonnant tour de prestidigitateur qui conduit à ce que l’argent de la société qu’il dirigeait se volatilise au nez et à la barbe des financeurs…

Retrouver ce même individu dans les magouilles bien connues de ce que les journalistes nommaient autrefois la Gud Connexion, voilà qui n’a rien de très surprenant… Une mafia, vous dis-je.

Le même individu est également derrière une affaire de squat identitaire, dont un juge avait ordonné l’expulsion en septembre 2020.

De plus, comme le retrace scrupuleusement ici le RAAF, le clan Gannat est bien connu dans la région pour sa malfaisance notoire. Le père, Pascal, a lui-même été exclu du RN en raison de ses idées un peu trop radicales, plus proches (nous dit la fable de la dédiabolisation) du FN canal historique, et pour ses escroqueries. Son ombre continue cependant de planer sur la vie locale du parti d’extrême-droite qu’est le RN…

François Aubert, son frère, membre de l’ex-Gud, avait été impliqué dans le tabassage à 4 contre 2 de militants qu’ils ont pris pour des antifas, à Nantes, ainsi que dans une autre affaire, toujours sur fonds de violences physiques et de racisme, autour d’un bar angevin. Des affaires pour lesquelles il a été condamné et incarcéré (voir ici).

Et c’est donc ce genre de mauvaise came qu’un sans doute journaliste localier a tenté de nous vendre pour de la candidature de bonne qualité du cru, en circuit court… on croit rêver.

C’est pourtant le cauchemar d’une terrible banalisation des idées fascistes qui se perpétue un peu trop régulièrement dans ce pays. On a le droit, je crois, de s’en indigner et de lutter contre, pied à pied, sans céder un pouce de terrain, ni ici, ni ailleurs…

Ne rien lâcher.

Une réflexion sur “Jean-Eudes Gannat en version édulcorée, ou le journalisme de supermarché #alvarium #fachosphere #departementales2021 #NONazis

  1. La préservation des paysages, chez ces tarés de fachos, c’est la disparition des « bronzés », des gauchistes, bref de tout ce qui, selon eux, fait tache dans le paysage.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.