Sud Radio, machine à cash de #Fiducial (et donc de l’extrême-droite)

S’il fallait encore une énième démonstration du fait que la haine raciste, le rejet de l’Autre, le complotisme et le confusionnisme politique, autrement dit que les idées d’extrême droite font vendre, et que certains financiers peu scrupuleux se servent de leurs petits jouets médiatiques (comme Bolloré avec CNews et récemment Europe 1), pour assoir leur immonde petit business et tenter de renflouer leurs caisses avec des ficelles bien grosses pour appâter les gogos, c’est article nous le démontrerait sans trop d’efforts…

On ne peut que s’attrister de ce que cette démarche purement commerciale qui consiste à inviter à l’antenne des polémistes d’extrême-droite pour doper son audimat a obtenu des résultats significatifs puisque en deux ans. L’audience de la station a en effet grimpé de 50% pour atteindre 303.100 auditeurs par jour en 2019-2020. Et l’on se rassurerait à bon compte à la lecture de cet article en se disant qu’après tout l’audimat de cette station n’est même pas pris en compte par médiamétrie, car il fait moins de 1 %, ce qui circonscrirait l’ampleur du désastre. Mais ce serait là sans compter sur le fait que l’amplification des idées éminemment toxiques dont il s’agit a connu un retentissement encore plus conséquent grâce au relais de certaines émissions de Sud radio sur You Tube, comme explicité dans cet extrait :

Belle brochette d’immondes personnages que tout antifasciste qui se respecte se doit de combattre, n’est-ce pas ? Un véritable panorama de la fachosphère, Onfray compris. Vous pouvez taper un à un chacun des noms qui figurent dans cet article dans la fenêtre de recherche de ce blog, ils ont tous un épais dossier, fort instructif des immondices mentaux dont il s’agit.

On notera enfin que derrière Sud Radio, il y a Fiducial, « un groupe d’expertise comptable lyonnais qui a racheté Sud Radio en 2013 pour 7 millions d’euros. Il est dirigé et détenu par Christian Latouche, classé 56ème fortune française avec un patrimoine de 1,7 milliard d’euros. Politiquement, il se situe à droite de la droite : il est notamment intervenu pour défendre ses idées devant le bureau politique du Front national et l’université d’été du Mouvement national républicain, le parti de Bruno Mégret.« 

Une industrie, vous dis-je…