Non, ce ne sont pas que des mots… #complotisme et #fachosphère, unis pour tuer

Je suis de ceux qui aiment les choses claires, nettes, précises et sans ambiguïté, ce qui ne veut pas dire que je refuse les nuances et la complexité. Mais dans les combats qui sont les miens, je privilégie le registre du rationnel et du factuel, les informations sourcées et fiables, si possibles recoupées par plusieurs sources. De ce fait, mais également parce qu’il m’apparait que le confusionnisme politique et le complotisme conduisent un peu trop invariablement à soutenir des intérêts idéologiques que précisément l’antifascisme se doit de combattre, je me suis opposé d’emblée, tout naturellement à tous ces phénomènes de désinformation que l’on a vu prendre une proportion un peu trop importante avec la crise sanitaire actuelle, avec les errements insupportables que l’on sait. Nous avons tous pu constater à quel point les réseaux sociaux sont envahis par des contenus malodorants de cet ordre, flirtant avec des théories plus ou moins délirantes. J’ai déjà dit tout le mal que je pensais des antivax et autres anti-masques, des Qanons et autres adeptes du trumpisme un peu trop prégnants y compris de ce côté de l’Atlantique. Et si je les combats si frontalement, c’est parce que je sais, observe et vois fort bien quels intérêts politiques le complotisme ambiant sert si bien, quelles sont les personnalités politiques qui s’en emparent, et de quelle manière certains individus sournois s’infiltrent dans un certain nombre de sites, de réseaux de discussion, et de groupes affinitaires pour y instiller leurs idées venimeuses. Aussi, j’avais très mal pris, sans m’en être exprimé plus avant jusqu’à présent ce texte de Paris Luttes Infos, que je considère pour ma part comme complètement à côté de la plaque, et un peu trop complaisant avec cette fange d’irrationalité dont se servent délibérément et cyniquement certains malveillants qui se prétendent anti-système, en l’utilisant pourtant fort bien par ailleurs.

En outre, j’ai toujours considéré que le travail de débunkage, de déconstruction des théories conspirationnistes, de lutte contre la désinformation, et de propagation de nos idées sur le net, en y traquant et combattant frontalement nos ennemis, quelle qu’en soit la forme, n’était pas à opposer, contrairement à ce que prétendent certains militants à la vue basse, au travail de terrain, dans la rue, quels que soient les modes d’action choisis.

Et si je pense cela, c’est que j’ai toujours été profondément convaincu que les mots n’étaient pas que des mots, et que les propos et informations propagées sur le net avaient des conséquence dans la vie dite réelle (dont le net fait en outre partie prenante, et de manière de plus en plus importante, n’en déplaise aux puristes). j’en veux pour preuve l’origine et les motivations des tueurs de masse racistes, et ce qui a fondé leur perception du monde, qui a bien, elle, des noms et des visages, eux qui répandent leurs théories complotistes et conspirationnistes à base de Grand Remplacement, pour seul exemple notoire…

« ce terrorisme identitaire dont l’épicentre est en France« …. source

Aussi est-il utile et salutaire, bien que parfois d’une réalité insupportable, de démontrer factuellement à quel point certains propos, aussi exagérés et irrationnels puissent-ils paraitre, ont des prolongements très concrets dans la réalité, et qu’ils conduisent un peu trop invariablement vers l’extrême-droite, comme dans le cas de figure que je veux évoquer ci-après.

Et puisque Paris Luttes Infos, ou du moins l’auteur de ce texte minable d’une intellectualité totalement déséchée déjà cité en lien plus haut prétend refuser être « du côté des procureurs », qu’ielles me permettent quant à moi d’en être, surtout quand je prends connaissance de ceci :

Et si vous ne voyez toujours pas où est le problème, alors… mangez vos morts.

Car je ne vois vraiment pas ce qui peut justifier qu’on laisse se propager des discours de merde dont des gens aveuglés idéologiquement vont se servir pour aller agresser un virologue avec une arme de poing. A un moment donné, les beaux discours doivent être confrontés à la réalité des actes auxquels ils se rapportent. La connerie ambiante, ça suffit comme ça.

(lire aussi... )

Mise à jour (au 21 juin 2021) : On apprend ici que le militaire en cavale s’est donné la mort, et qu’un imbécile rajoute de l’ignoble à l’immonde en tentant de vendre des photos de son cadavre en décomposition…

Une réflexion sur “Non, ce ne sont pas que des mots… #complotisme et #fachosphère, unis pour tuer

Les commentaires sont fermés.