1ère note de l’ #ONED : le groupe Causeur (dont #Conflits), déversoir certifié de la peste brune hexagonale

Bien que j’eusse émis il y a quelques semaines de sérieuses réserves quant à la crédibilité de l’Observatoire National de l’extrême Droite, notamment en raison des compromissions avérées d’au moins l’un de ses membres (Alexis Poulin, exclus depuis), avec nos ennemis, je ne pouvais décemment pas passer sous silence la note qu’ils viennent de publier concernant l’ignoble magazine Causeur. On en connait déjà en effet ici le contenu indéniablement insupportable et les effets indésirables, malgré la devanture en carton pâte d’une fallacieuse pluralité qu’ils revendiquent en dépit de la réalité. Car celle qu’ils nous démontrent est terriblement orientée politiquement (voir leur fort épais dossier ici), et pas franchement dans le sens d’un progressisme à visée humaniste, comme il serait pourtant plus souhaitable d’y œuvrer en cette période trouble, traversée par des torrents de haines recuites.

Mais savoir qui y travaille dans les coulisses, et quelles sont les fort critiquables orientations politiques, définies par l’intermédiaire de quels groupuscules exactement, voilà qui devait être en effet exploré, afin de le faire savoir ensuite haut et fort. Comme cela est la vocation de ce blog, il convient de mieux connaitre le visage et les idées de nos ennemis, tout comme leurs intérêts purement financiers, de pouvoir, et personnels, pour encore mieux le combattre. Et cela, quand bien même pour beaucoup de celleux qui scrutent au quotidien cette famille politique fortement toxique, le doute ne soit guère présent à cet endroit…

Le travail m’apparait utile dans la mesure où son égérie squatte encore un peu trop visiblement un certain nombre de plateaux de télé qu’elle agonise de sa logorrhée aussi médiocre que discriminatoire et fortement identitaire, en dépit de sa pourtant bien faible représentativité, comme de son lectorat, comme on le verra dans ce texte :

On notera que celui qui signe ce texte, René Monzat, de son vrai nom Denis Schérer (c’est le fils du cinéaste Éric Rohmer) est quant à lui, à la grande différence d’un Alexis Poulin, un écrivain résolument engagé contre l’extrême-droite, et qu’il fut l’un des fondateurs et animateurs du mouvement Ras l’front, dont je fus également, plus jeune. J’en avais même créé avec d’autres une association locale en milieu rural, qui s’en voulait la déclinaison. je prends donc son propos au sérieux.

On y apprend entre autres joyeusetés que le groupe qui édite Causeur était par exemple dirigé jusqu’en 2019 par des anciens cadres d’Ordre Nouveau, du Gud, et des sympathisants du Grece. Et que leurs commissaires aux comptes étaient les frères Baeckeroot, comprenant un ancien dirigeant du FN, puis du Parti de la France. Alors, forcément, ça finit par se voir… et se savoir. Et c’est tant mieux.

Ce texte nous informe également que le groupe qui gère Causeur contient également un autre titre, Conflits, tout aussi sujet à caution morale…

Ce titre de presse est par exemple promu et encensé par… Causeur :

source : Causeur, art. de Jean-Baptiste Noé – 7 nov. 2019

… et par l’OJIM, un faux observatoire d’une réelle fachosphère, comme cela a déjà été démontré ici.

source : OJIM, 9 octobre 2015

Tout est dit. Les traits de ce continuum idéologique justifie pleinement mon analyse selon laquelle il existe dans ce pays une industrie médiatique qui a fortement intérêt à ce que les idées racistes et xénophobes, la dénonciation permanente de l’insécurité jusqu’à la fabriquer quand elle n’existe pas ou trop peu, la désignation outrancière d’ennemis intérieurs, et tout le grand bazar identitaire vendu à coups de roman national, tout cela se développe au vu et au su de tous, à des heures de grande écoute, non seulement pour répandre une certaine idéologie détestable, mais également pour servir les intérêts financiers des militants d’extrême droite. Tout ce que je nomme en tag ici pour servir de repères à de futurs développements : l’ industrie des producteurs de haine… Et ce petit commerce là se porte un peu trop bien dans notre pays.

Le positionnement des personnalités qui se côtoient au sein de cette revue de géopolitique ne laisse pas davantage de doute que pour Causeur quant à ses options politiques…. De quoi enrichir mon petit carnet personnel de futures investigations prometteuses… 😉

Alors, forcément, que tout cela finisse par se voir… et se savoir, ce serait franchement tant mieux. Tout le texte serait à citer, mais je vais m’arrêter là, pour vous laisser le temps de le découvrir par vous mêmes. Il vaut le détour, vous pouvez me faire confiance. C’est par ici.

Moi, je vais aller me détendre un peu à l’aide de mes petites marches favorites. Ya besoin. Le bonjour par chez vous.

Une réflexion sur “1ère note de l’ #ONED : le groupe Causeur (dont #Conflits), déversoir certifié de la peste brune hexagonale

  1. Bonjour. A propos de Causeur, à la culture Jérôme Leroy, rouge-brun attitré, dans l’ours de l’association Colères du présent (salon du livre d’Arras le 1er mai, dont… je fus à l’origine, aïe !), aujourd’hui bien glauque. A l’occasion, on peut en discuter. Anarmicalement,

    Thierry

    J'aime

Les commentaires sont fermés.