la Turquie d’ Erdogan trébuche sur les droits des femmes

Ce geste est probablement à inscrire dans l’une des lignes de volonté constante de l’autocrate turc de renouer avec l’Europe. Il y a seulement trois jours, on apprenait qu’Erdogan l’immonde proposait (non mais sans rire) un «plan d’action pour les droits humains» qu’ Ariane Bonzon pour Slate disqualifiait à juste titre en le qualifiant de marché de dupes, force arguments à l’appui. Il n’y en manque pas, tant le scandale est patent et permanent dans ce pays sur le sujet.

Si j’en juge par une actualité encore plus récente, les droits humains, en Turquie durent en effet encore moins longtemps que ce que durent les roses, même dans le plus beau des vases… Car à peine la Turquie avait elle tenté de donner l’illusion qu’elle tendait la main du côté des droits de l’homme (comme on s’obstine à les appeler dans notre pays) qu’elle la reprenait aussitôt du côté des droits des femmes, pourtant tellement mis à mal dans ce pays, en refusant de signer le traité d’Istanbul.

Mais c’était sans compter sur l’admirable force de mobilisation des femmes turques, qui y ont en effet tant à perdre :

On aurait tort toutefois de se focaliser sur ce sujet sur la seule Turquie, même si ce pourrait être à raison de sa particulière hypocrisie en regard de la tragique réalité. Car la Hongrie s’est également prononcée contre le traité d’Istanbul… Mais là bas, le mépris total des droits humains est constant. Certes, c’est également le cas de la Turquie sous Erdogan, mais la différence de taille est que la Hongrie est sensée être en Europe, à ce que j’en sais. Et dire que celle-ci continue de tolérer ça dans ses rangs qu’elle voudrait pourtant par ailleurs si vertueux. Il conviendrait encore de le démontrer, pour ça comme pour le reste. Je dis çà, je dis tout de l’horreur de ce monde, dont je ne cesserai de consigner ici la répugnance et l’indignation constante qu’il m’inspire…