dans l’armée comme dans la police ou ailleurs, le message doit être plus clair : #NONazis ! #antiracisme

Vous me voyez forcément ravi de voir enfin traité comme il se doit ce danger que je dénonce depuis de nombreuses années et si longtemps négligé alors qu’il est pris beaucoup plus au sérieux par les autorités allemandes : celui de la radicalisation idéologique extrêmement droitière des forces de l’ordre, ici sous l’angle du nazisme dans l’armée française…

J’apprends que l’armée, mais quelle hypocrisie, découvre quasiment le problème…

Pire, les autorités militaires, contactées par Médiapart, tentent de minimiser le phénomène, arguant de faits anciens, provenant de militaires qui auraient cessé d’exercer. Sauf que, c’est ballot, mais les faits sont têtus, même pour les bas du front…

En outre, ce n’est pas comme si la DGSI avait déjà alerté depuis de nombreuses années sur ce problème de radicalisation idéologique au sein des forces de l’ordre et notamment de l’armée…

source

… ou comme si, encore, même le récent » coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme. », Laurent Nunez, n’avait lui même tiré la sonnette d’alarme … Il est en effet particulièrement étonnant, n’est-ce pas, que les gens les plus attirés par l’ordre, la discipline, la violence, les armes et motivés aussi viscéralement par un patriotisme ultra-nationaliste se retrouvent, mais quel hasard, au sein de cette institution que j’exècre, tant elle en est la plus claire représentation…

La ministre des armées, Florence Parly, prétend lutter efficacement contre ces cas, qu’elle estime « rares ». Qu’on me permette d’en douter fortement, notamment pour les raisons idéologiques citées plus haut. Et encore, l’enquête de Médiapart ne s’est intéressée qu’aux seuls nazis, sans quoi la proportion de racistes purs et durs serait bien plus conséquente, comme une certaine étude statistique de Paris Luttes Info pourrait nous en donner l’indication… (Il suffirait selon la même méthode d’étudier les votes autour des casernes, si ce n’est déjà fait).

Mais pour confronter la ministre à ses contradictions par la seule réalité, au niveau de la soi disant plus grande vigilance apportée aux recrutements qui seraient beaucoup plus serrés, Médiapart rapporte le cas de Lucas M., un cas d’école. Alors que lors d’une précédente enquête du site d’information, l’armée comme ledit nazillon prétendaient ne pas être liés, on apprend par cet article qu’ils le sont bien davantage à présent… CQFD. L’institution mérite bien sa réputation de « grande muette »…

Pour fêter son incorporation dans la Légion étrangère, Lucas M. trinque « à la race et à Maurras ». © DR – source

Aussi, je ne peux que souligner au marqueur fluorescent les propos de ces journalistes qui savent fort bien, encore mieux que moi, de quoi et qui ils parlent… auxquels j’adhère.

… Et comme je le disais à l’instant en ligne, quand on voit de quels collaborateurs s’entoure Macron himself, la lutte contre le nazisme, ce n’est visiblement pas une priorité, en haut lieu…

NB. Il est particulièrement intéressant de jeter un oeil sur l’onglet « Prolonger » sous l’article de Médiapart pour y voir les réponses toutes pétées des gens incriminés, à base d’émojis grossiers et de réponses homophobes. C’est dire assez combien le niveau de recrutement est vraiment très bas, à l’armée…. CQFD.