Quand la fachosphère s’en prend à #Yseult… (Un hasard, sans doute) #racisme #sexisme #grossophobie

Il y a donc dans ce pays des gens malveillants qui trouvent à redire à cela, à cette séquence qui moi m’a tant ému, comme des millions d’autres français, je suppose.

Des gens assez immondes et d’un tel manque d’éducation qu’ielles se sont senti.e.s obligé.e.s de répandre leurs immondices sur la toile… Rien ne nous sera donc épargné.

… Des gens qui, comme par hasard – c’en est un, n’est-ce pas ? – s’en prennent à une femme noire et victime de grossophobie, en meutes sur les réseaux sociaux, en reprenant les mêmes éléments de langage, tellement similaires que cela n’est certainement pas le fruit du hasard… Cela ressemble fort à mes yeux à une démarche coordonnée comme j’ai l’habitude d’en observer dans ces mouvements de haters tristement banalisés aujourd’hui… Car sachez cela, ce que dit cet activiste identitaire a été partagé par des centaines de clones sur les réseaux sociaux :

J’ai eu l’occasion de répondre sur twitter à un certain Clément Weill-Raynal, qui reprenait exactement les mêmes éléments de langage contestables, à quel point il m’apparaissait pour le moins étrange de n’avoir rien de plus pressé que de contester à une femme le droit de parler en son nom, et de se battre contre ce qu’elle subit, et non lui : le racisme, le sexisme, la grossophobie… Il a de surcroit étalé son inculture crasse en matière de lutte contre les oppressions – logique, vu son positionnement. et ses idées .. – en prétendant que certaines stars noires n’auraient pas du tout subi le racisme en dépit de la couleur de leur peau, en prenant pour exemples Whitney Houston ou Billie Holyday. C’est ballot. Une autre plus qualifiée que moi lui répond :

… avec ce point d’orgue émouvant :

Emilie a d’ailleurs pris soin, contrairement à moi qui n’avait pas anticipé le manque de courage de l’individu en question qui a supprimé son tweet (que j’ai beaucoup cherché), d’en conserver une capture d’écran que voici :

Et ces gens, comme par hasard, ne réagissent pas aux propos d’une femme blanche qui correspondrait de surcroit davantage aux canons stéréotypés de la mode, qui n’a rien à voir avec la beauté, avec une vision imposée de celle-ci, mais à ceux d’une femme noire, et son corps qu’elle assume si magnifiquement, comme on peut le constater ici, pour notre plus grand plaisir. Et c’est beau.

(Finalement, seul le regard de ces gens sur elle est sale, dans cette histoire. Qu’ils se lavent donc le cerveau. ça urge. ).

Et en bonus, à toutes celles et ceux comme c’est la mode actuellement sur le registre politique qui instrumentalisent une discrimination pour en justifier une autre, point culminant de l’argumentation antiraciste, moi je dis :

(sur ledit charlisme, lire...).

Et puis c’est tout. Sujet suivant. Marre d’argumenter avec des cons. Jeter des perles aux pourceaux.

Next.