la « cancel culture », c’est mal. La preuve par Enthoven. #racisme #antisemitisme

Il se trouve donc qu’un certain internaute a débusqué le soi-disant philosophe (qui le prouve tous les jours bien mal), alors qu’il partageait sur twitter une vidéo qu’il estimait intéressante (sur Evergreen, une histoire que je vais creuser, pour répondre frontalement à l’argumentation des fachos qui en font leurs gorges chaudes en l’instrumentalisant éhontément à leur ignoble profit…). Et comme cet animateur de la réacosphère sur ledit réseau (a)social a absolument tenu à garder la face, voilà ce qu’il lui répond, du haut de son arrogance habituelle :

Sauf que. Ya comme un défaut, là, pour convoquer ironiquement Fernand Reynaud (c’était le moment ok boomer). A la fois sur la réponse comme sur son origine. Tout d’abord, il est en effet assez surprenant que quelqu’un qui se pique de respect des valeurs de la république (sic. Lesquelles, je vous prie ?) ne répugne nullement à diriger les internautes vers le site de l’un des collabos (« sanglier sympa, successeur de la taupe soralienne Lapierre, dont il emprunte la même méthode d’infiltration…) du national socialiste (oui, un nazi) Soral, qui ne s’en défend nullement, et même fait commerce de son antisémitisme notoire, avec E&R, entre autres.

Ensuite, comme l’explique un autre que moi bien plus intelligent ici, c’est faire preuve d’une bien piètre cohérence personnelle. Car enfin, à force de n’éprouver aucune répugnance, comme l’ont fait par exemple Macron et Darmanin en s’affichant chez Valeurs, il ne faut pas s’étonner ensuite qu’on en arrive au plus haut sommet de l’état à partager de telles idées, dont on se croyait préserver en ne votant pas pour l’extrême-droite. Or, il se trouve que… voilà, vous êtes. En plein dedans. Et ça schlingue. Grave.

Mais pour faire plus clair et plus accessible, revenons sur notre inénarrable philosophe, qui fait la risée des internets avec son positionnement réac. Prétendre qu’il n’y a aucun problème avec cette source, ou une source d’extrême-droite, ou complotiste (souvent les mêmes), ou sexiste, ou LGBTQIphobe, c’est contribuer à ce qu’il y ait une banalisation des éléments de langage de l’extrême-droite, et au fait que les idées et le langage des discriminations et des oppressions se perpétuent insidieusement, auprès de tous, par capillarité spécifique de l’usage d’internet, qui pénètre dans toutes les chaumières de fRance et de Navarre. C’est ne pas intégrer le fait que oui la source est importante car ses auteurs ont évidemment un intérêt tout personnel, ou politique, ou d’influence, ou de pouvoir, ou financier (ce que l’on nomme plus pompeusement des biais cognitifs), à attirer le maximum de visiteurs.euses dans ses filets. Les sites les plus répugnants passent ainsi pour fréquentables, comme c’est le cas du site de Soral, puisque tant de gens le fréquentent. D’ailleurs, la popularisation de la trop fameuse quenelle n’est elle pas passée par là ? Au point que l’entourage proche de Marine Le Pen ne répugne pas à en assurer l’expansion dégueulasse ?

Et l’on en arrive enfin à une situation où, sournoisement, il est tout à fait normal de considérer que les musulmans sont la source de tous nos malheurs. Et si ce ne sont pas eux, ce sont les juifs. D’ailleurs, souvent les deux, comme il l’ a été judicieusement rappelé lors de la commémoration de la mort d’Ilan Halimi, grâce au RAAR. Ne pas se retrancher derrière la lutte contre un racisme pour en justifier un autre, une évidence, pour moi. Nous ? Faudrait dire cela à ceux qui tentent de faire passer Génération identitaire pour de joyeux bisounours… Écoutez attentivement ceci, et revenez.

je m’égarerais, me dites-vous ? Quel est le rapport avec Enthoven ? Tout simplement cet imbécile poison que nous combattons, l’antisémitisme.. Et on ne le combat pas en prenant de telles libertés que les siennes avec les habituels vecteurs de haine, qui contribuent à la banaliser, au quotidien, avec des échanges de vidéos, de textes, de partages d’expériences, d’idées, de symboles, de musique, même (surtout ?) chez les plus jeunes. Le camp adverse l’a bien compris, contrairement à Enthoven, visiblement, qui investit y compris des secteurs d’activités humaines qui de par leur nature peuvent sembler y échapper, comme l’univers des gamers, par exemple, où ils se livrent à un réel prosélytisme comme sur Fortnite, en faveur de leurs ignobles idées. Il n’est ainsi pas improbable compte tenu de l’évidente proximité des idées de ce jeune idiot raciste avec les idées de Soral qu’il fasse partie de sa fan base… A moins qu’il ne le trouve trop cosmopolite pour lui ? je souris… jaune. Les hyènes, entre elles…

Va comprendre, Charles.

Une réflexion sur “la « cancel culture », c’est mal. La preuve par Enthoven. #racisme #antisemitisme

Les commentaires sont fermés.