Contrôles au faciès : 6 associations s’en prennent frontalement au racisme d’Etat

Voir l’une des pratiques indéniables de la pratique policière, qui m’apparait constitutive du concept de racisme d’état et qui le fonde tant qu’elle perdure, attaquée en justice par un collectif d’associations, voilà qui ne pouvait pas me faire plus plaisir…

source

A l’apparition de cette information, comme on s’y attendait, bronca dans les commissariats. j’ai entendu je ne sais plus où un représentant des hypocrites de service du syndicat extrêmement droitier Alliance, oser prétendre que ces contrôles racistes n’existeraient pas. Mais les journalistes ont fait leur boulot en rappelant opportunément que l’ancien défenseur des droits l’a pourtant lui-même pointée du doigt.

source : voir ici

Et pour une pratique qui n’existerait pas, il va falloir m’expliquer pourquoi dans ce cas la justice elle-même en a reconnu l’existence et condamné définitivement l’Etat français qui avait eu le toupet (quelle honte absolue !) de faire appel d’une précédente condamnation… Ce qui démontre assez qu’il entend obstinément la voir perdurer, sous la pression de syndicats policiers extrêmement et bien trop influents actuellement. Aussi, cette action collective apparaissait éminemment nécessaire et salutaire. Un ultime recours. ça leur apprendra. J’attends la suite. Car en effet…

… et ce n’est pas seulement valable pour ces contrôles mais pour le phénomène de racisme dans la police, qui ne relève pas d’une réaction isolée, comme l’histoire l’a démontré factuellement, vu l’ampleur du phénomène, plutôt massif.