Derrière les noyés de la Deûle, l’ombre de la Citadelle (et de ses identitaires) #Lille

Au lendemain d’une émission plus que merdique dont la collectivité aurait tiré grand bénéfice à se passer, la propagande sur ce registre n’étant pas vraiment nécessaire, voilà encore une occasion de démontrer si besoin en était (spoiler : visiblement, OUI) que ces gens qui tentent de se faire passer pour de gentils bisounours ne sont pas ce que l’on croit, et que leur idéologie menace, mutile, agresse, et tue… Oui, dans notre pays. Et cette histoire ne m’apparait pas assez connue.

Aussi suis-je plutôt satisfait qu’un journaliste se soit penché sur cette affaire monstrueuse là. Car ses ramifications sont particulièrement intéressantes à étudier. Entre les interactions de la pègre locale avec les identitaires locaux, les liens avec le White Wolf Klan, la fréquentation du bar suprémaciste de Verhassel (ancien cadre de Génération identitaire), la Citadelle à Lille, le meurtre d’Hervé Rybarczyk, le guitariste du groupe Ashtones assassiné par ces nazis, voilà un certain nombre d’éléments dont j’aimerais assez, poussé par ma curiosité naturelle, voir comment ils ont été traités… en espérant que peut-être, il m’apporte de nouvelles informations, afin d’améliorer la qualité de mes archives.

Si j’obtiens le job que je convoite en ce moment, et dont j’attends la confirmation les jours à venir, promis, j’achète le livre et vous en rendrai compte ici.