la « racaille colorĂ©e » (đŸ€ź) vous remercie pour ce moment (#justicepouraugustin, vraiment ?)

VoilĂ  encore un Ă©niĂšme Ă©pisode qui devrait nous alerter sur la facultĂ© particuliĂšre qu’a la fachosphĂšre d’instrumentaliser outranciĂšrement le moindre fait divers Ă  son misĂ©rable profit idĂ©ologique plus qu’Ă©minemment discutable. Ce n’est pas la premiĂšre fois en effet que ce camp politique honni s’illustre par sa propension Ă©thiquement condamnable Ă  la manipulation Ă©hontĂ©e de l’Ă©motion des masses populaires.

Cette expĂ©rience et cette compĂ©tence mĂ©diatique indĂ©niable, ils l’ont acquise depuis belle lurette, Ă  force de poignet de leurs innombrables comptes de trolls sur les rĂ©seaux (a)sociaux, par le biais de leurs sites dits de  » rĂ©-information« , Ă  scruter la rubrique faits divers pour en retourner le moindre Ă©pisode, le plus glauque possible, Ă  leur avantage (rien ne leur rĂ©pugne, Ă  tremper leurs mains sales dans ce purin lĂ …). Quitte Ă  prendre quelques libertĂ©s avec la vĂ©ritĂ© factuelle, experts qu’ils sont en montage de fakenews, comme cela est maintenant clairement Ă©tabli ici. Ce phĂ©nomĂšne que j’ai souvent dĂ©crit est explicitĂ© techniquement lĂ . Et quand il n’y a pas assez d’insĂ©curitĂ©, ils n’hĂ©sitent mĂȘme pas Ă  en fabriquer eux-mĂȘmes, comme le cas Desport nous l’a dĂ©jĂ  dĂ©montrĂ© si clairement autrefois…

Cette fois, ce sont des militants de l’Action française, un mouvement antisĂ©mite et ultra-violent (qui ne rĂ©pugne pas au terrorisme, comme l’histoire l’a dĂ©jĂ  amplement dĂ©montrĂ©), qui en sont Ă  l’origine, et non GĂ©nĂ©ration Identitaire, dont c’est la spĂ©cialitĂ© historique. L’Action française aurait-t-elle moins de moyens financiers que ces gosses de riches pour monter des opĂ©rations de plus grande envergure ? Voici l’histoire. Du moins, la version racontĂ©e par son frĂšre…

DĂ©jĂ , rien que le vocabulaire employĂ© donne le ton, quant au genre de biais idĂ©ologiques dans lesquels cet individu trempe, sous emprise. « racailles » et « colorĂ©es » , cela me suffit en effet pour ne pas aller plus loin, et cracher au sol tout mon mĂ©pris. (D’oĂč l’émoticĂŽne du titre de ce billet). Je m’Ă©tonne d’ailleurs qu’elle ne suscite pas davantage d’indignation, justifiĂ©e elle.

Et donc, aussitĂŽt, dans la foulĂ©e, une nuĂ©e de comptes sur les rĂ©seaux sociaux relaient l’affaire pour s’en indigner massivement, relayĂ©e gĂ©nĂ©reusement par des personnalitĂ©s politiques qui y ont un intĂ©rĂȘt Ă©vident : c’est leur fond de commerce, celui de la haine raciste et sociale.

De nombreux comptes d’extrĂȘme-droite (et mĂȘme au delĂ … 😉 (1 ) amplifient l’Ă©cho de ce fait divers, jusqu’Ă  l’apparition du hashtag dĂ©diĂ©, #justicepourAugustin, sur twitter, qui a attirĂ© mon attention.

J’ai bien fait d’attendre la suite, avant de rĂ©agir…. Malheureusement pour eux, la rĂ©alitĂ© semble bien diffĂ©rente de la version gĂ©nĂ©reusement relayĂ©e par ces militants de l’Action française, et bien moins Ă  leur avantage… comme le rĂ©vĂšlent nos amis de Lyon ici :

Et pour avoir tĂ©moignĂ© d’une autre version des faits que celle si gĂ©nĂ©reusement propagĂ©e par ces fachos lĂ , voilĂ  ce qu’Ă  reçu l’une des jeunes filles victimes de cette histoire :

On saura s’en souvenir… Les droits des femmes, dans le cas prĂ©sent, c’est quand ça vous arrange… Cette fois, vous avez visiblement choisi la mention #oupas. Dont acte.

(1) on a pu en effet ainsi surprendre des gens comme le prĂ©sident du Printemps rĂ©publicain, qui se disait de gauche (on ne rit pas), reprendre imprudemment les mots des fachos et des rĂ©acs. DĂ©cidĂ©ment, cela devient une bien triste habitude…).

Une réflexion sur “la « racaille colorĂ©e » (đŸ€ź) vous remercie pour ce moment (#justicepouraugustin, vraiment ?)

Les commentaires sont fermés.