Génération Identitaire n’aime pas les noirs, et crache sur les africains

Hier, un commando d’activistes néo-fascistes de Génération Identitaire a investi la permanence de la députée LREM Sira Sylla, à Grand-Quevilly (Seine-Maritime), avec ce genre d’arguments d’un humanisme rare, et d’un esprit de solidarité sans bornes :

Ils peuvent bien dire ce qu’ils veulent et le seriner sur tous les tons, et sur tous les toits : s’en prendre à une députée noire (1), avec de pareils slogans de surcroit, signe leur délit tout comme leur imposture qui serait de nature soi-disant politique. Ce n’est que racisme et xénophobie, consubstantiels de leur mouvement. Ils ne font ainsi – pour seul exemple très pragmatique de ce que j’avance – que signer leur action par une mesure d’essence complotiste, relative à la théorie fumeuse du fantasmatique et obsessionnel grand remplacement, relevant d’une logique d’apartheid qui plus est : la « remigration« , doux euphémisme renaudcamusien pour parler de déportation, qui a servi de référence « culturelle » aux terroristes racistes tueurs de masse à travers le monde, d’Utoya à Christchurch en passant par Charlottesville. Et l’on voudrait que j’applaudisse ?

Et ça prétend parler au nom du peuple… Lequel ? Un peuple réduit à sa portion congrue, blanche, catholique et d’extrême-droite, qui rejette aussi violemment tout ce qui ne relève pas de leur culture étroite, figée, qu’ils perçoivent si pathologiquement comme assiégée, alors qu’elle est plus réellement à mon sens (bien) nourrie ?

Si le prétendu racisme anti-blancs que ces bas du front suprémacistes revendiquent si fort n’ existe pas, le racisme envers les noirs existe visiblement bel et bien. La démonstration en est encore ici faite. Et je tenais à le dénoncer, au risque encore de donner davantage de portée médiatique à un mouvement dont les idées détestables ne le mérite franchement pas, et qui ne vit que par cela.

Devoir d’archive. Fait.

(1) … fusse-t-elle d’un parti dont je combats frontalement les positions, dont certaines en matière d’immigration, ironie du sort, sont tout à fait convergentes avec les leurs… de leur aveu même !