Le #patriotisme, première marche d’une école de terrorisme raciste #TeamPatriotes

Braquer un coup de projecteur sur les groupes les plus extrémistes des zinternets, sur le registre du racisme, avec des propos relevant de l’apologie du terrorisme, c’était autrefois l’apanage et le triste quotidien des observateurs antifas, à défaut des services antiterroristes ;). Mais depuis que les journalistes mainstream se sont avisés qu’il fallait surveiller les réseaux sociaux et notamment, sur le registre qui nous occupe, depuis l’affaire du groupe de flics racistes sur Facebook initiée par StreetPress, il semblerait que les émules soient de plus en plus nombreux. Moi, ce que j’en dis, c’est que je suis plutôt ravi que ces journalistes, y compris au Monde (que l’on ne peut guère soupçonner d’antifascisme), utilisent nos méthodes… (Bientôt, peut-être pourront ils aussi adopter nos idées, et se transformer en anticapitalistes ? Je rigoooole !).

En tous cas, ce qu’ils donnent à voir et à lire fait en effet froid dans le dos.


Mais bien des questions me taraudent, à la lecture de tout ceci, et du début d’accumulation de ce genre de propos en effet préoccupants que nous observons quant à nous depuis trop longtemps, sans qu’il ne semble y avoir de réaction publique plus ferme que ce qu’il nous a été donné à voir jusqu’à présent…

Le fait de les montrer suffira-t-il à endiguer ce flot de haine autrefois plus souterrain, cantonné à de rares groupuscules de nazillons ? Aujourd’hui, ce genre d’ordures mentales gagne du terrain et atteint des milieux qui, de par leur nature, démontrent l’ampleur des dégâts, la profondeur du mal, comme l’imminence du danger, ainsi que l’observation du cas de l’AFO, des VPF et autres généraux activistes racistes me (nous ?) l’a si indubitablement démontré. Nos voisins allemands sont bien plus soucieux du phénomène. Mais ici…

Que des militaires, des gendarmes, des CRS, des policiers, soient présents dans ce genre de groupes ouvertement racistes et prônant la violence raciste par les armes, est-ce qu’il n’y a que les militants antifas, que cela préoccupe, ou bien ?

je sais bien, que quelques parcimonieuses alertes nous ont déjà informé.e.s que les services de renseignement intérieurs observaient ce genre de choses. Mais comme je vois à quel point certaines autorités et personnalités politiques (surtout celles qui sont proches de ce genre de thèses racistes et complotistes) n’ont de cesse que de minimiser l’ampleur du phénomène… Et même des spécialistes de l’extrême-droite qui ont pignon sur rue, produisent des analyses (qui prennent si rarement en compte la dimension des réseaux sociaux, qu’ils connaissent si peu, un biais cognitif à mon sens évident) qui minimisent leur pouvoir de nuisance. je me dis donc que cela n’en est que plus préoccupant. Surtout quand on sait comme moi à quel point il est si terriblement banalisé sur les réseaux (a)sociaux… Ce n’est que très récemment en effet que des plate formes comme twitter sont en train, enfin (ce n’est pas trop tôt…) de les modérer, et vous m’en voyez ravi.

Mais peut-être que le fait de faire connaitre plus largement cette réalité contribuera à juguler ce phénomène dont je tente d’observer les contours ?

A voir…