Pour la dissolution d’ @UNITESGPPOLICE, syndicat néo-fasciste qui légitime #violencespolicieres et #racisme

Voilà vraiment qui s’appelle cracher à la gueule de tous les militants des droits humains, et sur toutes celles et ceux qui luttent avec raison – tant c’est un poison éminemment toxique pour ce qu’il nous reste de démocratie – contre les violences policières :

source (l’article est ici)

(voir le détail de cette affaire ici).

Sur ce syndicat SGP Police, qui s’est déjà révélé par le passé si extrêmement droitier, on connait déjà ici ses méthodes de maintien de l’ordre plus que détestables … (Acab, même entre eux !). Pour des gens qui ne répugnent pas à planter une paire de ciseaux dans la gorge d’un ado (hé oui, cela ne s’invente pas, c’était aussi l’un des leurs), l’emploi de la gégène ne leur répugnerait sans doute guère… On connait aussi leurs positionnements plus que douteux, que ce soit sur le sujet des violences policières ou celui du racisme, dans la police ou ailleurs. C’était déjà l’un des leurs en effet, Luc Poignant, qui ne voyait pas où était le problème avec l’emploi du terme notoirement raciste de « bamboula »… C’est encore eux qui ont demandé au maire de Stains de retirer la fresque en mémoire de George Floyd et Adama Traoré. (Tiens, d’ailleurs, rien que pour leur faire plaisir, à ces grands défenseurs de nos libertés, je la remets 😉

C’est dire assez en tous les cas le niveau de sens critique et de conscientisation des problématiques de libertés publiques de ces gens là… Acab absolument.

Et donc, que croyez vous qu’il arriva, quand d’aucuns s’indignèrent de bon droit qu’un criminel condamné puisse exercer un mandat de délégué syndical pour leur compte ? Ceci :

On en reste baba… Mais bon, venant de ces gens là, le respect des droits humains, on ne sait que trop bien ce que ça vaut…

Archivé. Aux suivants. Des pourritures, juste.