NON, une résolution de l’ONU « ne défend pas le droit des antifas à tout casser », @valeurs… #fakenews

Suite au décès de George Floyd dans le Minnesota, dans les circonstances monstrueuses que l’on connait, le groupe des nations africaines a demandé au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, présidé par Michelle Bachelet (conspuée par Macron et son chien de garde, Castaner, pour une autre résolution), un débat urgent, qui a eu lieu en début de cette semaine :

Pas moins de 120 orateurs sont intervenus, dont beaucoup ont assuré la famille de leur sympathie et de leur solidarité. Le frère de George Floyd lui-même s’est également adressé aux membres du Conseil à Genève, dans un message vidéo passionné préenregistré dans lequel il a exhorté les Nations Unies à agir.

Bien que certains délégués aient appelé à une enquête internationale pour enquêter sur les meurtres de Noirs en Amérique et la violence contre les manifestants, d’autres ont soutenu que la question touchait toutes les nations et nécessitait une approche plus large.

Comme ce phénomène de racisme systémique, dénoncé de part et d’autre de l’Atlantique, a donné lieu à une véritable campagne de propagande d’essence complotiste visant à désigner les antifas comme responsables de tout et de n’importe quoi en dépit de la réalité, j’ai particulièrement apprécié ce passage :

Plusieurs experts indépendants de l’ONU ont également exprimé leur «profonde inquiétude» à propos d’une récente déclaration du procureur général américain décrivant le soi-disant « mouvement Antifa » et autres militants antifascistes en tant que «terroristes nationaux, en affirmant que cela porte atteinte au droit à la liberté d’expression et de réunion pacifique dans le pays.
[Fionnuala Ní Aoláin, Rapporteuse spéciale sur la promotion et la protection des droits de l’homme dans la lutte contre le terrorisme.]

source

On est en droit de se demander, à la lecture attentive de tout ceci, qui nous apporte une autre lumière un peu plus large, consciente et informée de ce qui s’est réellement dit à l’ONU, comment cela a pu se transformer, chez certains, en ceci :

Mais bon, quand on voit d’où ça vient, l’intention de nuire est caractérisée… Des gens qui n’ ont visiblement rien de plus pressé que de jeter de l’huile sur le feu de ce phénomène socialement si toxique unanimement dénoncé à travers le monde, et de dresser les êtres humains les uns contre les autres, comme ici, encore :

Visiblement, on peut toujours compter sur Valeurs pour attiser la haine et le racisme. C’est d’autant plus dégoulinant d’hypocrisie qu’on se demande où étaient les mêmes (auxquels Macron, au passage, ne répugne pas), quand la même commission, présidée par la même personne, a condamné l’usage abusif de la force et les violences policières envers lesdits gilets jaunes