son altesse souverainissime Michel Onfray attend le petit Kévin à l’accueil

Billet maintenant. Pouf pouf. Je suis donc à la trace le petit Kévin depuis sa maternelle. C’était ici, in THE Média, journal particulièrement contaminé par le confusionnisme s’il en est, qui nous a gratifié entre autres du relais avec l’extrême-droite qu’est Chouard (qui a pu y dérouler son révisionnisme tranquilou), de la complotiste Lacroix-Riz, de Collon, d’Asselineau, de Polony etc. Et encore en ai-je probablement omis, puisque j’ai négligé depuis bien longtemps maintenant d’observer davantage ce lieu médiatique si désespérément boueux là.

Celui qui s’est longtemps fait appeler L’Impertinent (non, rien…), que nous nommerons à présent KBC, est passé par la revue catho réac Limite, par Aleteïa, l’organe de la Légion du Christ, et Le Comptoir, avec notamment ce genre de joyeusetés qui fera la joie de mes camarades antifas et autres pourfendeurs patentés de confusionnisme politique :

Comme je l’évoquais donc ici, il officie à présent chez Marianne le mag et son bouillon de culture racoleur à la sauce républicaniste, c’est à dire nationaliste et raciste/xénophobe/islamophobe qu’illustrent assez bien leurs Unes infectes :

. Quel étonnement donc (pas vraiment) de retrouver à présent le petit Kévin BV au cœur de ce nid de guêpes là :

Mais peut-être que la photo qui illustre cet article vous parlera peut-être un peu mieux ?

Kévin-Boucaud Victoire. Michel Onfray. Natacha Polony. Il a vraiment une sale gueule, le monde d’après… Il n’y a donc que moi pour voir à quel point il s’agit là d’un entre-soi plutôt gênant, qui personnifie un continuum idéologique nommé souverainisme, dont j’ai déjà écrit tout ce que j’avais à dire ? C’est le lieu même à mon sens du confusionnisme politique, qui permet d’attirer des gens de droite et d’extrême droite comme d’une certaine »gauche », nationaliste, dont le souverainisme est si parent. Y marine depuis quelque temps déjà l’une de ces soupes idéologiques confuses qui ont irrigué le mouvement des Gilets Jaunes, à base de RIC et d’idées chouardisantes, qui s’accommodent fort bien de certaines proximités qui me répugnent quant à moi, telles qu’on a pu les voir s’illustrer très concrètement ici.

Michel Onfray, après avoir un temps courtisé Asselineau et l’UPR (comme c’est terriblement logique…) est donc en train de catalyser toute une pègre du style brouilleuse de cartes dans un vivier malodorant qu’il a sobrement baptisé Front Populaire (franchement, non, je ne voyais pas ça comme ça…), une revue trimestrielle pour laquelle il racole à tour de bras, à grands coups de « territoires perdus de la république » qui permet de rameuter utilement bien des bas du front de tous ordres et chapelles pour qui ce genre de conneries constituent un hochet obsessionnel. Il n’a même pas répugné, dans son interminable descente aux enfers motivée si visiblement par une quête de nature identitaire, à se produire sur un site d’extrême-droite plus que répugnant, Breizh Infos, pour promouvoir son grand projet :

source via donotlink

A titre d’exemple éclairant, ce site immonde n’a pas hésité à appeler ses sympathisants – fort peu sympathiques en vérité – à harceler et menacer un libraire de St Malo dont ils ne goûtaient pas les ouvrages exposés en vitrine. Par les mêmes qui ont de la liberté d’expression plein la bouche quand il s’agit de la leur, celle de haïr et de discriminer les arabes, les musulman.e.s, les noir/e.s, les LGBTQI, les gauchistes et autres cosmopolites ou droit-de-l’hommistes, voilà qui est plutôt savoureux.

Je me demande à quel moment dans le développement de cette histoire laquelle nous convie si logiquement, en fonction de sa trajectoire si personnelle, le petit Kévin, va survenir comme sortant de sa boîte un autre petit confus de la même veine qui promeut le même genre d’idées si visiblement mixables avec l’extrême-droite… dont la proximité ne lui répugne nullement :

… Ce personnage en particulier fera l’objet d’un autre billet circonstancié. J’attends mon heure, et que tous les éléments de ce puzzle malodorant s’ajustent, pour en dresser le portrait exact. Mais avant de vous quitter, oh mais que vois je ?

source (donotlink)

Étonnant non ? Dans Marianne, précisément… Tiens, tiens,mais quel hasard incroyable ! L’étau se resserre…

Next.