« hé, Zemmour : chehhh ! » (Hashtag #BienFaitPourTaGueule)

Je n’en peux plus, de toute cette hypocrisie mondaine écœurante, de cette indignation publique générale ultra-médiatisée (surtout quand on sait comme moi d’où elle vient, et qui l’instrumentalise, à si peu de frais) pour de vulgaires pets de lapins… N’y a-t-il pas d’autres événements plus tragiques, et réellement mortels quant à eux, qui secouent notre planète, et requièrent plus volontiers notre compassion ?

j’en veux terriblement aux journalistes qui relaient ça sans discernement, en se prêtant à un rôle bien médiocre, du même registre que cette histoire, qui ne sert que la propagande de l’ intéressé. En outre, parler de « violente agression », franchement… faut pas charrier. Les faits, uniquement les faits, qu’on vous avait dit, à l’école, non ?

En ce moment, tout le gratin mondain politico-médiatique, fachosphère en tête, s’indigne donc haut et fort de ce non- événement subi par un certain petit capitaine d’industrie de la haine xénophobe hexagonale, vulgaire héritier de Drumont, et grand apologiste du vomi et de la rancœur érigés par et pour lui seul au rang d’un grand art rhétorique … malgré tous les errements idéologiques et les petits arrangements avec la vérité historique que l’on sait.

Le pauvre, jugez plutôt, regardez donc, oyez oyez, bonnes gens ce qu’a subi ce pauvre petit lutin tellement sympathique, et comme c’est injuste, alors qu’il allait tranquillement faire ses courses comme n’importe quel français lambda… (Qu’il n’es pas !) :

Si vous n’étiez pas au courant, je ne me demanderais alors comment vous avez fait pour échapper si miraculeusement à une telle information capitale, du plus haut intérêt informationnel, assurément, qui a provoqué un tel tintamarre pour si peu, en raison du discours victimaire absolu dont sait si bien profiter (1) cet immonde personnage… Le même exactement, ironie de l’histoire, qu’il reprochait et déniait pourtant à une certaine Christiane Taubira, comme le rappelle judicieusement ce journaliste, en 2013 :

source

Tout le Landerneau du politiquement correct sonne donc aussitôt l’hallali sur son auteur, unanimement qualifié à l’envi de « racaille », terme qui semble faire consensus, en en rajoutant au passage des tonnes, en termes d’insultes racistes et pauvrophobes, islamophobes.

Ce quidam, objet de toute la vindicte « populaire » (c’est sur twitter, hein, on relativisera donc) a donc insulté et craché sur Zemmour, en des termes peu choisis, soit, c’est un fait. Mais la suite est bien plus truculente et significative… On ose donc publiquement demander pour cet homme, précisément, un respect inconditionnel qu’il ne daigne pas lui-même octroyer aux autres, et pas même à des enfants, qui devraient apparaître comme un dernier rempart contre la haine ?

Pourtant, malgré les ignobles déclarations de ce personnage si fortement toxique, j’ai assisté en direct à un étalage de politiquement correct totalement écœurant, avec en premier plan, cette figure de l’hypocrisie médiatique française bien connue, exemple type du journaliste couché :

… Puis de cette grande féministe bien connue qu’on n’a guère vue s’indigner des agressions, bien physiques, elles, de femmes voilées :

Et enfin, cerise sur le gâteau de ce monument de tartufferie moderne, ceci :

Venant de lui, fallait oser… Benalla, ce grand démocrate bien connu.

…. et puis encore, ça :

Mais où étaient donc tous gens là quand le racisme et les violences policières si terriblement banalisées ont fini par prendre des proportions insupportables pour une démocratie moderne, bien plus préoccupantes que ce micro-événement ?

Je n’ai franchement pas grand chose de commun avec l’auteur de ces insultes, à mes yeux comme à mon esprit simple fanfaron pas très futé comme il en existe tant autour de nous, et qui tente pathétiquement de se faire médiatiquement mousser en se donnant davantage de visibilité, comme une certaine société du spectacle le lui a si bien appris. Et en ne comprenant même pas qu’il fait le jeu de celui qu’il insulte, lequel en tirera probablement grand profit. Mais je refuse de me désolidariser.

« Hé Zemmour : Ché ! « 

Car pendant ce temps là… Des gens qui ne trouvent probablement rien à redire aux idées de Zemmour (et pour cause... ) profitent du confinement pour répandre leur immonde propagande raciste et nationaliste.

… mais de cela, il ne sera pas question dans la presse grand public. Alors, je tente modestement de combler les manques, avec ce blog. Car la peste brune, elle, avance.. grâce aux bons soins du docteur Zemmour. Que je conchie. A force de semer la haine, faut pas s’étonner d’en recevoir les bénéfices, surtout venant d’une cible aussi caricaturale de ses discours.

Alors, en mon âme et conscience, oui, encore et encore Chéhhhh !

(1)… avec l’aide bienvenue d’un système médiatique pourrissant grâce auquel il vit confortablement : cette petite industrie de la haine qui dans notre pays se porte bien.