Vive la subversion hors de soupçon #1ermai2020

(le titre de ce billet est une allusion à un recueil d’Edmond Jabès dont j’ai apprécié la lecture autrefois… Voir en bas de page 😉

Pour ce 1er mai, j’aurais pu vous parler de son origine historique, me la jouer antifa radical sur fonds d’émeutes et de riotporn à base de meurtres d’ouvriers…

J’aurais pu aussi vous proposer un article genre 1er mai thématique de circonstance, particulièrement approprié étant donné le contexte actuel, sur ce sujet par exemple :

… ou me contenter d’un rappel historique judicieux, en raison de certains événements récents qui ne sont pas sans rapport…

J’aurais pu aussi vous la jouer en mode confinement, soit avec un petit medley de chansons engagées sur ce thème…

… soit en vous gratifiant d’un panorama minutieusement choisi sur le cortège de fenêtres, que nos autorités tellement « démocratiques » tentent si médiocrement de criminaliser

Mais finalement, ce 1er mai là, j’ai choisi de vous l’illustrer plutôt comme ça :

Un chemin beaucoup plus subversif à mes yeux, comme à mon esprit, compte-tenu du contexte, histoire notamment de lutter à mon humble façon contre ce monde de brutes, et ces flots de haineux que je ne cesse de traquer partout comme de conspuer ici.

Un chemin plus vertueux… et plus exigeant.

Prenez soin de vous