Flagrant délit de racisme dans la police ? NOOONNN… Quel étonnement ! #acab #violencespolicieres

Il se trouve que les faits insupportables qui font l’objet de ce billet ont été commis en présence d’ un commissaire de police déjà condamné pour d’autres faits également ignobles…

N’y voyez là aucune relation de cause à effet sur les raisons d’un tel sentiment d’ impunité totale, de toute puissance, entretenues qui plus est par le climat ambiant de confinement, qui leur donnent si visiblement des ailes, à ces racailles là. Je veux parler de ceci, maintenant sur la place publique :

Celui qui a contribué à faire connaître ce qui suit n’est pas un inconnu puisque c’était déjà lui, Taha Bouhafs, qui fût à l’origine des images qui ont montré le voyou Benalla dans ses basses œuvres, en train de tabasser des gauchistes, en se faisant passer pour un flic… Donnant naissance à la fameuse affaire, toujours impunie aujourd’hui, et à une succession d’autres… Alors, à présent, Taha, c’est à toi :

Il y a des rires qui vous transpercent l’âme… Quand on en a encore une. Entre ce racisme immonde et les violences policières que l’on devine par les cris…

Pourtant, un syndicat de commissaires de police, sur twitter, n’a rien trouvé de plus pressé que de répondre ceci :

Voilà bien là une logorrhée verbale comme on en trouve plus usuellement dans la bouche des trolls de la fachosphère, et autres haineux d’extrême-droite… Mais venant du compte dont il s’agit, ça choque davantage encore. De là à penser que ce sont les mêmes…

Bien sûr, en haut lieu, on sort le parapluie :

Ce n’est pas comme si cela existait depuis seulement hier, hein… Quand on connait comme moi son sujet, et qu’on sait fort bien à quel point la proportion d’électeurs d’extrême droite, avec des idées qui s’accommodent donc fort bien de ce genre de comportements ignobles, est importante dans les  » forces de l’ordre « , on n’est vraiment pas étonné du tout. Cela n’entame toutefois en rien notre indignation, ni n’use d’aucune manière notre capacité de révolte, bien au contraire : ça lui donne davantage de consistance encore.

Aussi, quand ce ministre de l’intérieur en particulier, Castaner, dont on sait l’incompétence notoire en outre, prétend que « justice sera faite », nous sommes probablement très nombreux à en douter…

Comme je l’écrivais sur twitter il y a peu, « là où l’IGPN passe, la justice trépasse »

Et ce n’est pas seulement d’ opinion(s) personnelle(s) dont il s’agit, mais également de l’avis de la Cour Européenne des Droits Humains (CEDH) qui doute elle aussi fortement de l’impartialité de l’IGPN. Et comme l’affaire Legay ou celle de Steve Maia Caniço, pour exemples notoires, nous donnent si tristement raison…. La conclusion est un peu trop souvent la même : « Circulez, ya rien à voir ! »

Non, Nnoman, nous n’oublions pas. Ce blog est même précisément conçu pour cela.

Archivé.

Post-scriptum : (le communiqué est ici)

Maj. Au 30.04.2020 : les auteurs de la vidéo, sur laquelle on entend les policiers des Hauts-de-Seine tenir ces propos racistes, ont déposé plainte auprès du parquet de Bobigny en raison des pressions dont ils s’estiment victimes de la part de certains policiers.

Convoqués comme témoins par l’IGPN ce mardi, les deux hommes ont exigé d’être entendus en présence de leur avocat, Me Arié Alimi. Une assistance que la procédure réserve en principe aux mis en cause et aux victimes et non aux simples témoins. (source)

6 réflexions sur “Flagrant délit de racisme dans la police ? NOOONNN… Quel étonnement ! #acab #violencespolicieres

  1. Il y a urgence.

    Le discours dominant colporté par ceux qui ont l’audience est de répéter en boucle : « Les jeunes de cités ne respectent pas le confinement. Il y a des zones de non-droit où la Police ne va pas. La police verbalise plus sévèrement les petits vieux et n’ose pas aller contrôler les racailles… Si la Police se montre parfois un peu rude, c’est qu’ils en sont obligés. » Cette contre-vérité s’infiltre trop bien dans les oreilles de ceux qui habitent trop loin des cités pour en identifier le mensonge.

    La vérité est ailleurs, la Police qui « frappe pour Macron et qui vote Lepen »,selon la formule de Todd, est en roue libre depuis bien trop longtemps. La liste des ratonnades en période de confinement commence à s’allonger bien trop dangereusement. Il y a un lien évident entre le fait que nous soyons tous coincé chez nous, que les rues soient vides, et qu’ils agissent aussi librement. On a dépassé le stade des « brebis galeuses » (pour ceux qui y croyaient encore). Le climat actuel témoigne d’un danger réel car la Police a pris le pouvoir et le gouvernement s’en accommode très bien, car en échange, il s’assure qu’elle continue de le protéger. Nous tous devons agir, partout où nous le pouvons, pour témoigner de cette violence de classe insupportable.
    Ca suffit.
    Il y a urgence à user de tous nos moyens, pour influer sur l’opinion publique et imposer cette réalité dans le débat public.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.