identitaires lyonnais : à Larajasse ou ailleurs, on ne veut pas de vous ! #BastionSocial #antifa

Saluons ici l’action de cette courageuse municipalité de Larajasse, petite commune au sud ouest de Lyon qui, malgré sa modeste condition, a été bien plus courageuse que celle de sa métropole voisine, Lyon, dont le maire si complaisant envers eux (et pour cause) les a tolérés pendant si longtemps, et où existe encore leur salle- pour l’instant – l’Agogé.

Pourtant, connaissant les individus dont il s’agit, les risques sont beaucoup plus grands que pour une plus grosse municipalité. Ses élus ont en effet refusé par communiqué municipal que les bas du front du Bastion Social (même dissout, il ne trompent personne), à moins que ce ne soit Génération Identitaire (les mêmes, en plus médiatisés, puisque c’en est une spécialité : l’esbrouffe) s’installent dans cette commune au sud ouest de Lyon :

La décision est d’autant plus fondée quand on sait tous les dégâts collatéraux (pour être poli) que ces gens là provoquent… Ainsi, à Lyon, pour seul exemple, où l’on peut factuellement relever qu’ils avaient créé une véritable No Go Zone fasciste dans laquelle bien des gens avaient peur de pénétrer, où les commerçants ont été régulièrement la cible de menaces et de dégradations, où ils ont poignardé des étudiants dans le dos , tenté d’instrumentaliser la cause sociale à des fins racistes et xénophobes, et à cause desquels les pouvoirs publics se sont vus contraints -une décision totalement contraire aux règle démocratique – de refuser le passage d’une manifestation contre l’homophobie pour cause de trop grands risques d’agression, et où ils ont menacé personnellement un journaliste de Rue89 qui avait eu le toupet de consacrer un article à leur haut fait d’armes…… Le tout malgré, pourtant, leur si faible représentativité politique, il est utile de le préciser, vu leur particulière propension à se représenter dans leur mythologie fantasmatique comme des représentants de la cause du peuple dont je suis bien sûrement qu’eux au regard du pedigree de certains de leurs têtes de gondoles qui illustrent régulièrement la rubrique fait divers, aux noms à particules à rallonge, comme ici à Angers…