Zemmour, golem idéologico-médiatique d’une société paranoïde

Non, Le Parisien, ce n’est pas simplement un « discours polémique », mais un discours insupportable, intolèrable pour tout humaniste digne de ce nom, dont je me flatte d’être encore malgré les innombrables quolibets que ce pourtant si noble qualificatif à mes yeux, et si cher à mon cœur d’homme de gauche ne manque pas de provoquer chez certains esprits rances.

La convocation de ce professionnel de la haine par le tribunal correctionnel de Paris pour ses propos du 28 septembre, lors de la « Convention de la droite », organisé par l’Incorrect et les amis de Marion Maréchal Le Pen est à mon sens amplement justifiée, n’en déplaise à ses soutiens à l’esprit tellement grillé qu’ils ne voient pas où est le problème. Les mêmes assurément qui ne comprennent pas l’action des Sleeping Giants dont je suis, et qui tiennent si fermement à soutenir un torchon, non seulement islamophobe mais également antisémite (on se souvient ici de son attaque violente contre Benjamin Stora) aussi insupportable que Valeurs actuelles. Lequel a été condamné tout comme Zemmour à de nombreuses reprises pour incitation à la haine raciale et religieuse. Drôle d’inversion des valeurs, et du sens du combat sociétal à mener… Est-ce là le sens de l’intérêt général, que de baser notre société sur le racisme et l’exclusion de tout ce qui est différent ? Logique, nous sommes là dans un continuum de (non) pensée négative, un univers tout entier consacré à la défense de privilèges d’essence raciste, sexiste, globalement ultra-réactionnaires. Pourtant, même à cette aune là, ce n’est pas rien, dont il s’agit. Les propos sont particulièrement idéologisés et violents, et la chère « liberté d’expression« , cet argument fallacieux brandi à tout bout de champ par ceux là mêmes qui la supprimerait sans états d’âme en cas d’accès au pouvoir, a bon dos. Et le bon sens en est totalement absent. Jugez plutôt :

«Dans la rue, les femmes voilées et les hommes en djellabas sont une propagande par le fait. Une islamisation de la rue, comme les uniformes d’une armée d’occupation rappellent aux vaincus leur soumission. Au triptyque d’antan « immigration, intégration, assimilation », s’est substitué « invasion, colonisation, occupation ».»

«Quant à l’islam, nous avons l’embarras du choix. Dans les années 30, les auteurs les plus lucides qui dénonçaient le danger allemand comparaient le nazisme à l’islam.» Sans citer lesdits auteurs, il conclut dans ce qui semble être un sourire : «Et personne ne leur reprochait de stigmatiser l’islam. A la limite, beaucoup trouvaient qu’ils exagéraient un petit peu : « Bien sûr, disaient-ils, le nazisme est parfois un peu raide et intolérant, mais de là à le comparer à l’islam… »» (source)

« Les jeunes Français vont-ils accepter de vivre en minorité sur la terre de leurs ancêtres ou bien se battre pour leur libération ? » (source)

Le point Godwin explosé à tout jamais par cet immonde petit producteur de racisme hexagonal devait donc trouver ses limites. En l’espèce, elles seront judiciaires :

Selon nos informations, le polémiste révélé par Laurent Ruquier est attendu à la barre le 22 janvier, quatre mois pile après son discours, qui avait été retransmis en direct sur LCI.

Déjà condamné par le passé à deux reprises pour provocation à la haine raciale, Eric Zemmour est cette fois-ci poursuivi pour « injures publiques » ainsi que « provocation publique à la discrimination, à la haine, ou à la violence » sur « une personne ou un groupe de personnes, à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ». Des faits pour lesquels il risque un an d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende.

source

Ces déclarations aussi péremptoires que fumeuses qui semblent sorties du cauchemar d’un déséquilibré ne sont pas seulement constitutives d’un délit, si coupable à mes yeux d’antiraciste viscéral. Ils sont également tout simplement mensongers, caractéristiques d’une volonté de désinformer pour nuire, et il convient de raison garder. Hélas, s’agit-il encore de raison et de rationalité quand on fait ainsi appel aussi ostensiblement au règne de l’émotionnel pur, en ayant pour seul objectif de mettre de l’huile sur le feu des attentats djihadistes, et de provoquer sciemment la haine raciste et xénophobe, islamophobe, dans le seul but d’assoir confortablement une idéologie qui a pour insigne avantage (secondaire, vraiment ? ) de renforcer ses revenus, probablement plus que confortables ?

je l’ai déjà écrit ici, mais les faits sont têtus. Même dans les estimations les plus larges, et donc contestables, on situe le nombre de musulmans dans notre pays à 8,4 millions de personnes, soit 12 % de la population. On est tout de même bien loin de la dite « invasion », ce qui consiste en outre à prêter à une population, pour l’essentiel plutôt pacifique, des intentions guerrières ou de colonisation qu’elle n’a pas…. A moins de pratiquer une essentialisation et une théorie du complot propre à un Renaud Camus et son fumeux concept de grand remplacement, qui ne tient pas la route une seule seconde au vu de la réalité. Le noyau dur des musulmans de ce pays est constitué en outre, il est utile de le rappeler, par une population immigrée de main d’œuvre, que l’on a fait venir ici. Ce n’était donc pas un choix dicté par le sombre dessein d’envahir un pays, comme le polémiste raciste tente de le faire croire à des hordes de gogos grâce auxquels il s’est constitué une rente.

Et dire qu’il se trouve encore des gens qui se croient d’une intelligence probablement supérieure à la mienne pour défendre ce genre de positionnements politiques – à si faible valeur intellectuelle et sociale ajoutée – si dangereusement toxiques… Un phénomène de haine raciste que l’Histoire ne manquera pas de juger très durement, j’en suis certain. Rien, pas même la misère économique et sociale, ne saurait justifier pareille excroissance idéologico-médiatique relevant d’une épidémie morale et éthique à laquelle il convient d’apporter des remèdes un peu plus efficaces que ceux qu’on lui a apportés jusqu’à présent. L’échec des campagnes anti-racistes est patent. Et je sais déjà que la justice n’y suffira pas. Zemmour n’est que le pur produit d’un écosystème raciste et xénophobe constitutif d’une véritable industrie politico-médiatique, dont certains acteurs tirent un profit substantiel, à base de bad buzz et de déclarations incendiaires. Zemmour n’en est que l’un des artisans les plus prolifiques et acharnés, parmi les plus provocateurs et les plus ambitieux, mais aussi le plus dénué de scrupules. Et je doute qu’une simple amende comme il en a déjà tant et trop collectionnées suffira à tarir son flot de boniments, qui assurent ses revenus, et lui donnent une importance qu’il n’aurait jamais du avoir en d’autres temps moins prompts à encenser le mensonge, la désinformation, le refus de la rationalité scientifique, les théories complotistes, et l’exclusion, le rejet de l’Autre, du différent.

Et contre tout cela, un simple article d’un simple blogueur de province n’y saurait suffire, limites de l’exercice, même quand on le veut comme moi si fort, plutôt non convenu.

Rendez-vous le 22 janvier de l’année prochaine, donc, pour la suite…

Post-scriptum : en attendant, on appréciera la stupéfiante hypocrisie de cet individu né avant la honte…

J’attends sans grande impatience l’avis de la CEDH, qui ne devra pas se montrer – pour respecter la neutralité de la justice – trop rancunière quand on sait ce que le même pense des instances européennes… En attendant, être aussi jusqu’au-boutiste pour défendre son droit à la haine, au racisme, au complotisme le plus immonde, le plus discriminant, fallait oser.

Une réflexion sur “Zemmour, golem idéologico-médiatique d’une société paranoïde

Les commentaires sont fermés.