GrandFacho, un clone de Le Lay ? Ou le cousin génétiquement modifié de Soral ? #NONazis #NOHaters #antisemitism

source

je me suis souvent demandé ce que des gens comme Le Lay, ou son succédané tout aussi médiocre, le si petit suisse qu’est Alexandre Bender (1) pouvaient bien avoir dans le ciboulot pour passer l’essentiel de leur médiocre petite vie à balancer des horreurs par leur lucarne numérique. Le fait qu’ils soient si soigneusement planqués derrière leur écran, dans leur petit canapé, sans jamais prendre le risque d’être confrontés à la réalité de leurs ignominies et à leurs potentielles victimes habituelles, les juifs ou ceux et celles réputés tels par lesdits nazis, y est certainement pour quelque chose. Sans quoi ils se seraient bien vite pris un coup de poing dans la gueule amplement mérité. (Pour ma part, ce serait plutôt le manche de pioche, avec ou sans. Et encore, qu’ils s’estiment heureux, je suis non-violent (mais faut pas me chercher, j’ai les moyens de répondre).

Mais j’ai une autre petite idée sur leurs motivations plus ou moins conscientes. Je pense qu’il faut bien qu’ils compensent par leurs outrances (insupportables pour le commun des mortels dont je suis) leur infériorité intellectuelle bien réelle. Sans quoi, ils se livreraient plutôt (avec la même assiduité à laquelle ils s’astreignent pour produire des contenus si négatifs) à la recherche sociologique, politique ou philosophique, ou à d’autres travaux intellectuels un peu plus plus approfondis que ces grossièretés scatologiques habituelles qu’ils ont pour habitude de livrer à notre (non) réflexion. Mais sur ce terrain là, la recherche conceptuelle, ils se savent si cruellement impuissants, les pauvres… d’où leur hargne, et la violence de leurs propos, si ce n’est de leurs actes. Tragiquement dépourvus d’arguments, ils le sont de toute évidence, quand bien même leur mélasse ordurière tenterait de le dissimuler par une projection de brume raciste si désespérément ordinaire chez eux. C’est peine perdue : leur imbécillité évidente donne le vertige, et ne peut que provoquer des vomissements chez tout être doué de raison, de rationalité et de stabilité affective et émotionnelle. Tout ce dont ces deux individus, le bien nommé Le Lay et cet Alexandre Bender (que j’avais le bonheur de ne pas connaître avant cette affaire), comme bon nombre de fachos de la même espèce d’ailleurs, sont généralement dépourvus. Sans quoi, ils arrêteraient d’emmerder le monde, et de tenter obstinément de répandre leur toxicité mentale pour en accabler leurs cibles obsessionnelles : les juif (ve)s.

J’en veux pour preuve, à l’appui de mon propos, la manière tellement idiote et méprisable avec laquelle ledit bas de plafond qui tient Grand Facho – un summum dans la dégueulasserie humaine qui nous fait terriblement douter de notre commune humanité – a tenté d’attirer l’attention d’un plus grand nombre de spectateurs (que cette minorité groupusculaire de nazillons qui le suivent si docilement d’ordinaire) sur sa bêtise d’une crasse immonde.

Pour cela, il a cru bon de cibler un certain nombre de personnalités publiques spécialistes de l’extrême-droite en seule raison de leur judéité supposée, avec des termes bien dégueulasses, aveuglément empli qu’il est d’un plaisir d’autant plus jubilatoire qu’il sait jouir d’une totale impunité. On m’a dit en effet la justice suisse particulièrement laxiste et permissive sur le sujet. Et ça se voit, sans quoi l’affaire serait vite réglée, vu le peu d’ambiguïté que ses propos recèlent. (Pour le même genre de propos orduriers, sur le même registre, Le Lay n’a-t-il pas du quitter la France et se réfugier à l’étranger (un comble pour un « patriote », qui plus est régionaliste breton) pour échapper tant à ses responsabilités qu’à la justice ?)

Mais qu’est-ce qui a bien pu provoquer l’éruption vomitive de ce petit aigri dévoré par ses obsessions haineuses ? Ceci :

(l’enquête en question est visible ici. On comprend bien qu’elle puisse gêner la galaxie antisémite… : elle s’attaque au financement de leur petit commerce répugnant)

Encore un complot juif, forcément, pour ce producteur d’insultes nazifiées… Un complot auquel, bien qu’athée (encore une preuve de leur bêtise hallucinante), je participe de toute évidence, puisque non seulement je combats frontalement Soral atteint par la même maladie – la peste brune – que ledit furoncle nommé Bender, mais je soutiens également activement et visiblement l’initiative de Stop Hate Money tout comme celle des Sleeping Giants, ainsi que de toutes celles et ceux qui tentent de mettre un terme à l’impunité totale dont jouit la haine en ligne à travers ce genre d’individus à forte valeur toxique ajoutée, véritables poisons de l’humanité. Et cela, tenez vous bien (je me dois de devancer les habituels arguments antisémites de ces gens là) sans le moindre intérêt personnel ou financier, d’aucune sorte. Mais parce que mes seules convictions humanistes et viscéralement antifascistes m’y ont conduit, inexorablement. On ne se réveille pas du jour au lendemain chasseur de nazis, en effet… (Que ce soit sur internet ou dans la rue, d’ailleurs. Des engagements personnels qu’il est à mon sens particulièrement idiot d’opposer).

Il n’est en outre pas anodin que ce genre d’individus immondes se voient pousser des éruptions cutanées ou se sentent remonter quelques embarras gastriques chaque fois qu’on s’attaque au nerf de leur guerre : l’argent. Surtout quand il est généré par l’industrie de la haine en ligne, ce petit trafic sur lequel ils vivent, parfois si bien, comme leur maître à dépenser à tous, Soral, l’a amplement illustré. Toute volonté de modération des propos tenus en ligne est donc forcément perçue par eux comme un danger, puisqu’il risquerait de ruiner leur petit commerce, devenu si rentable ces derniers temps, mais sur lequel pèse un danger de mort imminente. ( Méfiez-vous, le recours tellement facile à la censure et à la liberté d’expression n’est jamais loin… qui cache pourtant tout autre chose. Avis aux gogos porteurs de valises de ces gens là…).

Par exemple, déjà, lorsqu’il avait vu poindre le danger d’une loi en France qui contrarierait ses activités méprisables, la loi Avia, le même mono-neuronal était déjà sorti de ses gonds en la qualifiant si sobrement de… (je vais vomir) :

Voilà, voilà. A la suite de quoi, après l’article qui suit de Times of Israël (dont la vue seule doit suffire à le mettre en rage…), il avait dû faire émigrer son blog vers le paradis des bas de plafond (je veux dire, après la Russie… 🙂 ) : le pays de son ami Trump, tout aussi indulgent que Poutine envers ce genre d’ idées suffocantes et vomitives…

Sauf que. Depuis le discours de Sacha Baron Cohen pour l’ADL, le vent est en train de tourner sur un plan véritablement international pour ce genre de provocateurs racistes sans la moindre valeur intellectuelle ajoutée. L’acteur a littéralement tapé dans le mille, et les Gafam vont devoir dans les prochaines années démontrer un plus efficacement qu’aujourd’hui leur volonté de lutter réellement contre ce fléau moderne qu’est la haine en ligne. Ils y sont d’ailleurs déjà fortement incités et de plus en plus par les lois nationales d’une cohorte de pays toujours de plus en plus nombreux. Et même certains fonds de pension, et non des moindres, s’inquiètent de voir leurs investissements dans Twitter ou Facebook fragilisés par les discours de haine et les fake news qui s’y propagent et dont ils se font le si puissant relais, comme je l’évoquais ici. Voilà qui n’est pas inintéressant, même pour un anticapitaliste, et même davantage pour moi qu’un autre ; cela veut dire en effet que même ce système économique que je condamne est obligé d’inventer des contre-pouvoirs et des contre-poisons pour lutter contre ce fléau, sur la base de sa propre logique, et de ses propres contraintes, et non selon mon seul avis politiquement centré, que si peu partagent. Et comme la société alternative dont je rêve, ce n’est pas pour demain, observer que même dans ce monde là, les nazis, on en veut pas, voilà qui m’est encourageant.

Mais déjà, certaines plateformes sont obligées de mentir pour dissimuler l’impensable, et l’inanité de leur modération quasi inexistante, ce qui serait éminemment choquant pour la plupart des internautes : la généreuse hospitalité offerte aux groupes haineux, comme les groupes ouvertement nazis, par twitter, facebook ou You Tube, ce que nous avons été plusieurs à révéler ici. . Pour ces entrepreneurs numériques, les propos haineux ne sont pas un simple inconvénient qu’il s’agirait d’éradiquer. La directrice de You Tube elle-même nous a déjà avoué à demi-mot, grâce au fait qu’elle s’empêtre dans son discours particulièrement hésitant, que leurs algorithmes pouvaient conduire à soutenir ce genre de propos haineux, qui leur génèrent du trafic par leur côté aussi tabou que spectaculaire, source d’adrénaline et garantie de fight pour certains imbéciles que ces haineux là, les Le Lay, les Binder, manipulent.

source

Un jour, que j’espère le plus proche possible – tant le déluge de merde des haters si tristement ordinaire m’insupporte au plus haut point et offense ma vue – les Gafam seront obligés de modérer plus sérieusement (en y mettant les moyens matériels – et humains, surtout) les propos contrevenant si évidemment à leurs CGU. Non pas pour des raisons morales ou éthiques, non pas par philanthropie ou en fonction de considérations militantes anti-discriminatoires, mais parce que ces entrepreneurs numériques y auront un intérêt financier qui s’imposera, plus important et plus générateur de profit que celui qui consiste à laisser faire des algorithmes qui, par association, vous enverront vers des contenus de plus en plus hardcore. Tout cela pour satisfaire l’appétit de nouveauté et de contenus sous tension maximale d’une minorité ? Visiblement, nous sommes de plus en plus nombreux à penser, quels que soient nos clivages partisans et nos intérêts politiques, économiques et sociaux, que le jeu n’en vaut pas la chandelle. Surtout quand ce n’est plus un jeu, et que ce genre de contenus, qui ne sont pas que des mots, mais des déclencheurs d’actes, conduisent au pire.

Lorsque les internautes se détourneront des plate-formes numériques de services, qu’elles soient d’information ou de réseaux (a) sociaux et autres, parce qu’ils/elles ne supporteront plus ce qu’ils/elles y voient, entendent et lisent, alors les entrepreneurs numériques réagiront, c’est certain. Les premiers signaux sont déjà là. Et encore là. Lorsque les usagers des réseaux sociaux en auront ras le bol de manger de la merde raciste, sexiste, machiste, homo, bi, transphobe, grossophobe, pauvrophobe et tutti quanti, entre la poire et le fromage, en grignotant des cacahuètes, ou au petit déjeuner, alors, Grand Facho, toi et tous les petits producteurs de la grande industrie de la haine, vous partirez tout docilement, de vous mêmes, la queue entre les jambes, et tout le monde pourra rire de votre inconsistance, que vos sempiternelles grossièretés, si évidemment attentatoires à la dignité humaine, ne parviendront plus à cacher. Et alors, ce sera chacun son tour… Chacun.e pourra dire :

P’tite bite.

Nota bene : ce billet en particulier m’a demandé un effort particulier. je l’avais abandonné en soirée, hier, lassé et écœuré, saturé mentalement par tant de haine, de merde raciste, de médiocrité intellectuelle de ces gens auxquels je ne cesserai de m’attaquer ici. Et puis, j’ai vu ça, et je suis reparti pour un tour. Tout mon soutien, Tristan. Ma façon à moi de te dire , à toi tout particulièrement, mais aussi à toutes les cibles habituelles de ces gens là, contre lesquels nous luttons tous, chacun avec nos outils et moyens favoris, que nous sommes, ensemble, plus forts qu’eux, isolés. Tout mon soutien, courage à toi et à tes proches.

… Le combat continue. Next.

(1) Bender tient un autre site du même acabit que celui de Le Lay, Démocratie Participative, intitulé modestement Grand Facho, à qui je ne ferai pas le plaisir du moindre lien qui m’enchaînerait à cette petite vermine nazie.