Ces sentinelles de la République dont l'uniforme sent le moisi trouveront toujours face à eux une gauche de combat

Créer un parti à leur image tellement égocentrée, à la fois personnellement et politiquement ? C’était décidément trop tentant pour certains opportunistes peu scrupuleux, aux dents longues à rayer les parquets des salles de conseils municipaux parisiens (la province, ils s’en foutent).

Comme ils sont si terriblement, si désespérément à l’image de leur maître à (dé)penser à tous, ces gens là, de la même famille « spirituelle », celle d’ ambitieux outranciers à l’exemple d’un Valls, comme le Parti dit socialiste en a tant produits, dans une prétendue gauche : celle d’un Tapie, d’un Cambadélis ou d’un Strauss Khan, qui n’a franchement rien à voir avec celle dont je défends encore, malgré tout ce que l’on sait, les valeurs.

Ces mêmes personnalités, d’un clan aux agissements plus que discutables sur le plan de l’éthique politique, m’ont obligé à créer spécialement à leur intention le néologisme de fauxcialisme, tant ils ont trahi la gauche, les « petites gens » et le socialisme originel, avec leur gout immodéré pour l’argent et les honneurs « républicains ». Le tout est assorti assez généralement d’une pauvrophobie chez eux assez habituelle, celle bien connue des arrivistes qui vendraient père et mère pour accéder au pouvoir. Tout ce que je rejette par tous les pores de ma peau de pauvre, et fils de pauvres, sans l’avoir jamais renié ni caché. Comme Macron est bien l’un des leurs, en cette dimension méprisante et méprisable… Macron, ce coucou qu’ils ont tant couvé dans leur nid gouvernemental pour y pondre des lois tellement attentatoires aux droits des salarié.e.s, avant qu’il ne vole de ses propres ailes, à l’image d’un Icare, dont le père spirituel, Dédale, serait Hollande

C ‘était bien la peine de battre le pavé depuis des mois, d’infiltrer sournoisement les médias avec tel ou tel membre de sa clique fanatique sans toujours annoncer la couleur, ou d’inonder les réseaux sociaux de leur prosélytisme rageux, en s’accrochant aux tentures et en se pavanant sous les ors de leur République idolâtrée, entre deux Mariannes et trois portraits de leur grand gourou, Macron, qu’il est si terriblement outrageux, jusqu’à la criminalisation grotesque, de décrocher … Tout ça pour ça :

source

Sachant que l’on ne voit pas toute la salle sur une photo avantageuse qui recèle des zones d’ombre (on connait la musique.. 😉 et qu’en outre le lieu peut accueillir selon le site même de la Belleviloise 300 personnes assises (en voyez vous tant d’autres debout ?), voilà qui ne casse pas trois pattes à un canard… même déjà bien boiteux, comme l’est à mon sens ce mouvement problématique là.

Je ne m’étendrais pas davantage sur le sujet, j’ai déjà explicité ici pourquoi, à mon sens, le Printemps Républicain est une courroie de transmission de l’extrême-droite, comme ils l’ont assez démontré à l’occasion de leurs lassantes inlassables polémiques racistes, visant toujours les mêmes, et en cyber-harcelant ceux qui avaient le malheur de les contredire. (Ils nous en ont encore donné récemment la démonstration pathétique et si grossière ici, en s’en prenant si violemment à un journaliste qui ne faisait que son métier : informer). La preuve en est, de cette invitation au racisme qu’est le Printemps Républicain, s’il y en avait besoin d’une seule, qu’un Bouvet, qui ne voit aucun inconvénient à se prélasser chez des royalistes (1) ne voit pas non plus où est le problème quand nous pointons du doigt le danger du racisme dit  » scientifique« …. Une thèse pourtant démontée, selon une approche plus scientifique, elle, depuis longtemps. Bref. Que dire qui ne soit vain, face à ce que je considère comme des militants identitaires, réactionnaires, aux obsessions bien connues, européo-blanco-droito-catho-centrées, impactés par l’idée toxique du choc des civilisations, tous comme leurs cousins de Génération Identitarée. N’ont-ils pas les mêmes ennemis, quasi héréditaires ? Et ses membres dits « républicains » ne reprennent-ils pas le même vocabulaire détestable, à base de « grand remplacement », qui arme idéologiquement le bras des terroristes d’extrême-droite ? Ne sont-ils pas aveuglés, émotionnellement impactés ces sournois là (2) par les attentats djihadistes radicaux, ce qui leur fait perdre toute mesure et discernement, un danger que trop d’intellectuels dans notre pays n’ont pas su dépasser ?

Aussi, pour en revenir au lancement de cet énième parti républicain, qui se voudrait en première ligne, sur fond de grande fanfare républicaine si peu musicale, quand je constate qu’ils ne parviennent à rassembler que si peu, voilà qui me rassurerait plutôt. Et puis, observer qu’ils ne répugnent nullement à s’afficher en arguant de valeurs communes – qui ne sont vraiment pas les miennes – aux côtés d’une Pécresse; laquelle s’est personnellement compromise dans les rangs de Sens Commun et de la Manif pour tous, autre parti d’extrême-droite xénophobe et homophobe qui n’hésite pas à recruter son service d’ordre chez les fascistes, comment dire…

Voir ledit Printemps « républicain » s’attacher publiquement l’image d’ une présidente de Région Ile de France qui s’est distinguée en outre par son obstination à priver des malades de leurs droits en vertu d’une disposition de préférence nationale que le RN n’aurait pas renié (suppression de l’aide aux transports pour les étrangers bénéficiaires de l’aide médicale d’Etat) en dépit d’une décision judiciaire, et qui s’est enfoncée avec tant de persévérance obsessionnelle dans sa décision personnelle illégale, voilà qui n’est pas neutre. (Une décision qui avait d’ailleurs valu à l’ami Pierre Serne d’être harcelé et menacé par une ordure d’extrême droite volontiers harceleuse dont j’ai également fait les frais, qui m’avait également menacé de mort à plusieurs reprises, raison pour laquelle nous avions échangé par téléphone… ).

Quant à cette autre personnalité de droite discutable qu’est Xavier Bertrand, son dossier ici sur le registre de la pauvrophobie est déjà plus que significatif… lui qui n’hésitait pas à reprocher naguère à Médiapart des méthodes fascistes… Rien que ça.

Alors, quand je vois ces gens se prévaloir de certaines valeurs, alors que celles-ci sont si irrémédiablement entachées de racisme, d’islamophobie, d’homophobie, et de refus de la prise en compte de nos préoccupations environnementales à la faveur de grands projets inutiles imposés, et que de surcroit je les vois s’afficher avec des personnalités de droite parmi lesquelles les deux précitées (il y en a d’autres), je me dis que j’ai bien raison de penser ce que je pense : des ennemis politiques, et puis c’est tout.

Vu l’ensemble des caractéristiques ici mentionnées, il m’apparait donc totalement grotesque de créer un nouveau micro parti dont la maison mère existe déjà, et qui se nomme Les Républicains, et son exact frère jumeau, LREM, qui finissent par se confondre terriblement au point de se marcher sur les pieds… La preuve tangible, une fois de plus, que ce terme de républicain ne veut franchement plus rien dire aujourd’hui, si ce n’est le pire, à la sauce hypocrite aigre brune d’un Wauquiez.

Post-scriptum : et voir sombrer le pape du républicanisme et du bazar de la laïcité punitive sur les mêmes écueils que la fachosphère, quelle logique implacable… La haine des médias ne s’est jamais si bien portée, dans ce pays. Et qui en profite ? Voilà. (sur RT, le dossier est ici )

(1) comme s’il n’avait pu résister à la tentation bien connue des spécialistes politiques de la dimension monarchique de la fonction présidentielle en France, qui aurait tant besoin d’être dépoussiérée, afin de lui donner moins de pouvoirs exorbitants, ce qui est inadapté dans une société moderne. Le républicanisme que je conspue, c’est aussi ça, en raison de préoccupations réellement démocratiques, elles, contrairement à ces gens là, pour qui une place dans la représentation électorale s’achète, ou doit être muselée à coups de 49.3.

(2) .. ce qui par ailleurs peut se concevoir humainement, mais doit être dépassé intellectuellement, et politiquement, tout comme leurs cousins plus et mieux estampillés comme fachos dans l’esprit du commun.