« Sous Macron 1er, tant de mauvais signaux », suite : toute contestation est désormais interdite #Epernay

Hier, je m’interrogeais…

source et suite

Aujourd’hui, je ne m’interroge plus. La réalité est là, et les petits et grands signes d’un projet de société ultra-autoritaire, anti-démocratique, dans laquelle plus aucune contestation aussi minime soit-elle n’est tolérée, est en train de s’installer peu à peu dans notre quotidien, dans l’indifférence générale. Même le fait qu’un jeune étudiant se soit immolé devant un Crous pour dénoncer la précarité ne parvient plus à émouvoir grand monde, en Macronie. Pire : on lui crache dessus, et on va jusqu’à nier le caractère politique de son acte, qu’il a pourtant, en pleine conscience, voulu tel.

Aussi, dans pareil contexte, faut-il que ce président là soit devenu le plus impopulaire de tous les temps, ou qu’il soit particulièrement susceptible et inapte à subir la moindre contrariété, pour qu’un préfet ait osé décider de pareille mesure attentatoire à nos libertés publiques fondamentales…

De quoi se rendre encore un peu plus populaire, et apparaitre une fois de plus comme bien peu soucieux du respect des droits humains, dont celui de circuler est constitutif.

Peu à peu, et pas à pas, ces petits signaux (faibles, vraiment ?) au quotidien du fascisme qui vient viennent égrener tristement notre quotidien… Ce blog s’en veut le journal personnel pour les temps futurs. Histoire de confondre factuellement ces gens qui ont du mot démocratie plein la bouche… mais dont les actes démentent les propos péremptoires.