au drame de la pauvreté, ielles ne répondent que par le mépris. Pourtant, #laprécaritéTue (#pauvrophobie de #LREM)

Je suis littéralement affligé, écœuré, bouleversé et révulsé, à en vomir, devant tant d’ignominie publiquement étalée. Je pensais naïvement que le mouvement consécutif à l’acte de ce jeune étudiant stéphanois de Lyon qui s’est immolé en ne laissant planer aucun doute sur les motivations politiques de son geste ferait tache d’huile. Et qu’une émeute généralisée allait enfin faire imploser cette société du repli sur soi, un peu trop exclusivement motivée par la doxa d’un libéralisme prédateur carnassier qui n’a d’autre intérêt que le profit à court terme, sans la moindre considération pour l’être humain, et ces valeurs humanistes qui devraient tant nous être communes… et le sont pourtant à l’évidence de moins en moins.

Certes, il y a bien eu quelques rassemblements, ici et là. Je fus moi-même par exemple devant le Crous de Nancy avant hier, mais j’étais je l’avoue assez déçu de la faible mobilisation sur place… Voir des dizaines d’étudiants s’engouffrer devant nos yeux dans ce restaurant universitaire, plus pressés d’aller manger et agacés d’en être empêchés que de se préoccuper des raisons de notre présence me faisait un peu mal au cœur, je le concède…

Si l’on juge du degré d’évolution d’une société au sort fait à ses pauvres, alors la nôtre atteint un niveau d’abjection que je ne peux que condamner fermement quand je vois la pente descendante qu’est en train de prendre notre pays à ce sujet, alors que ce gouvernement ne cesse de nous précariser davantage chaque jour, de rogner nos droits, de démanteler le code du travail, d’assécher les finances dévolues à l’action sociale, quand il y en a une, ce qui ne m’est pas apparu très clairement… et qui ne cesse de paupériser jour après jour davantage nos services publics.

Or, non seulement nous n’avons pas assisté à un élan d’indignation généralisé suite à l’acte terrible de ce jeune, mais de surcroit, comble de l’inhumanisme caractéristique du macronisme, de nobles âmes mieux nées que nous autres, les manants, les moins que rien, se sont empressées au mieux de balayer le geste de notre infortuné camarade et au pire de lui cracher dessus avec une indécence et une violence amorale assez abjecte. En voici quelques illustrations avec la réaction imbécile de ces trolls maintenant devenus tristement habituels sur les réseaux qui, sur twitter en l’occurrence, défendent ce monde macroniste comme il va… (mal) :

On sent les éléments de langage bien rodés… téléguidés par qui ? Nul ne devrait être dupe de la spontanéité de cette chose là. Mais le pire, c’est lorsque d’autres personnalités, publiques elles, qui sont sensées représenter par leur fonction une responsabilité politique de premier plan, font preuve d’une telle méconnaissance du sujet, d’un tel manque de conscience collective et d ’empathie, comme de respect de l’être humain et de l’émotion générale que son acte suscite dans une jeunesse désemparée? Toujours ce même profond mépris du peuple et des sans voix, chez les macronistes…. Encore une énième illustration :

source

Dénier le caractère politique d’un acte que son auteur a expressément revendiqué, franchement, ielles osent tout. Celui qui s’est immolé avait une perception politique bien plus juste, lucide et systémique. Cela m’énerve d’autant plus que l’on tente aussi cyniquement d’évacuer cette dimension de son acte, ou d’aller jusqu’à le psychiatriser pour le faire taire.

Mais aussi, pour en arrêter l pour cette fois, dans la même veine bien dégueulasse, l’indécence de ce tweet de la porte parole de LREM… Comme j’ai honte pour elle :

#LaPrecariteTue mais ces gens là ne trouvent donc rien de plus urgent que de lui cracher dessus. Esprit de classe, de caste et de clan. Et ça finit par se voir, leur haine et leur mépris pauvrophobe, à ce ramassis d’opportunistes à l’inculture politique abyssale…

Post-scriptum : certains médiacrates ne sont pas en reste pour cracher leur mépris antisocial…