Plus minable que @JeanMessiha ? « ça n’existe pas, ça n’existe pas ! (et pourquoi pas ?!) ».

j’avoue…. Je me suis souvent réjoui dans le passé de voir des groupuscules et des personnalités d’extrême-droite se bouffer le nez entre elles, pour ma plus grande joie. Je dirais même que je sirotais volontiers, devant pareil spectacle jubilatoire, un grand lait menthe en grignotant des cacahuètes. Mais ici, en l’espèce, il m’est pénible de constater qu’il y a toujours plus pourri qu’un raciste : un autre raciste, encore plus radical, qui conteste à cet immigré qui ne savait pas l’être, j’ai nommé le cadre RN Messiha, le droit d’ être jamais français. Voilà qui s’appelle, par essence, avoir le racisme dans le sang… Je pourrais comme par le passé me contenter d’étaler ici une sommaire raillerie sur le mode de l’arroseur arrosé. Mais mon cœur d’humaniste saigne de voir autant méprisé celui qui croyait si bien s’intégrer en mimant l’exclusion des étrangers, dont lui-même aurait pu être victime s’il n’avait bénéficié alors, lors de sa venue en France, d’un traitement de l’immigration un peu plus noble que celui que son parti prône… Voilà enfin, après ce long préambule simplement destiné à me faire plaisir en mettant à l’épreuve mes qualités d’écriture, qui ont leurs limites que je ne connais que trop bien, à quoi je voulais en venir :

Voyant pareille énormité, on pourrait croire au fake. Mais non, car ce serait méconnaitre la particulière dégueulasserie amorale des disciples de ce grand gourou , Monsieur de Lesquen, qui nomme « nègres » les noirs et leur interdit jusqu’au droit d’exister. En un mot : un vulgaire suprémaciste, qui se donne des airs d’une supériorité pour tout dire assez grotesque, surannée et véritablement affligeante.

Alors, permettez moi de ne pas faire preuve d’originalité sur ce coup là en m’esquivant de ce pas alerte que l’on me connait pour, selon la formule consacrée par les réseaux sociaux… aller vomir.