Initiation à la critique médias : choisir Ménard comme cas d’école, quoi de plus naturel en somme ? ;)

Si c’est vraiment vrai (je n’en crois pas mes yeux), il semblerait que l’Education Nationale ait fait correctement le job, histoire de tenter de former des « citoyens éclairés », selon leur terminologie habituelle, en donnant aux élèves des outils d’éducation à la critique des médias. Et quand ces clés généreusement distribuées leur donnent la possibilité de mieux appréhender certaines techniques manipulatoires, qui se dissimulent par exemple si sournoisement, comme c’est d’usage dans la fachosphère, derrière certaines images et certains mots clés visant à frapper les esprits… dans un sens électoralement porteur pour ses auteurs, électeurs et élus confondus, vous comprendrez que je n’en sois pas désolé.. Voici l’histoire en images :

Puisque les fafs qui couinent dans les zinternets ne vous le fourniront surtout pas, voici le photomontage impliqué en question, ci-dessous. Il figurait en septembre 2015 dans le torchon municipal de Béziers, dont le maire est l’immonde Ménard, ce multi-récidiviste de la haine raciste, spécialiste des provocations médiatiques destinées à provoquer volontairement des bad buzz pour se faire mousser si artificiellement, et que même ses co-listiers conspuent… :

Ménard n’en était d’ailleurs pas à son coup d’essai… (source et détails ici).

Aussi, les tenants habituels de la fachosphère sont vent debout contre ce qu’ils estiment unanimement représenter une « inadmissible propagande gauchiste »…

Sauf que, vu que cette page d’entraînement critique bienvenue figurant dans un manuel scolaire se sert d’un cas d’école, précisément, contre une propagande d’extrême droite savamment orchestrée par un fieffé filou spécialiste de la com, vous ne m’y trouverez forcément rien à redire. Antifasciste je suis, n’est-ce pas… Et pas que de façade.

Ceci écrit, on comprend bien qu’ils rechignent à accepter le sens de l’Histoire : cela contrarie si fortement leur petit commerce…Mais après, faut pas venir s’étonner d’être reçu de si peu élégante et courtoise manière…

Bien fait pour leur gueule. Vos messages me remplissent de joie. Merci pour ce moment. Le monde avance… sans vous .

(4ème, c’est en collège ou en lycée ? j’ai un doute….#Oupas. Et si tu révisais tes classiques, avant de la ramener sur twitter, le si bien prénommé, hum ?