Boris est vraiment (très) Lay. Surtout quand il agresse des noir(e)s. #Racisme #BreizAtao

source

En voyant cette photo, pourtant magnifique à mes yeux, le militant suprémaciste blanc exilé (pour cause de multiples condamnations judiciaires, Fiché S et porteur de plusieurs mandats de recherche, et d’une notice rouge d’Interpol) qui gère Breiz Atao et que l’on soupçonne également fortement d’être derrière le bien mal nommé site nazi Démocratie Participative, a du s’étrangler devant ses corn-flakes au beurre salé en découvrant une actualité de sa chère Bretagne qu’il défend… depuis le Japon (on ne rit pas).

Aussi n’a-t-il rien de trouvé de mieux que de dégueuler tout son petit déj. sur internet, à sa si vomitive manière… Comme il l’avait déjà fait, il y a 8 ans, l’un de ses premiers faits de gloire – ou plutôt de glaire – en s’en prenant au musicien Yannick Martin pour la seule raison de sa couleur de peau…

 » Le trentenaire est aujourd’hui un musicien accompli. Malgré lui, il incarne un modèle d’intégration: un Noir dans la tradition celte. Boris Le Lay ne pouvait que s’attaquer à lui. C’était une question de temps. »
source

Sachant cela, on ne peut donc que ne pas être étonné du tout de cette récidive là, qui m’amène à évoquer de nouveau son nom de sinistre mémoire aujourd’hui…

source

La prochaine fois, on attend avec impatience (ou pas…) que le minable petit suprémaciste blanc breton s’en prenne dans ses délires grotesques mais néanmoins violents et fortemnt toxiques (hé oui, il a des admirateurs. Je sais, c’est pathétique) à la société éditrice de Barbie, Mattel… #Mékeskilestcon !