faux comptes twitter : #antisémitisme et #islamophobie, quand les racismes se répondent… #desinformation

Vous avez peut-être entendu parler de cette histoire :

4CHAN. De faux comptes Twitter dont les signataires se font passer pour des Juifs et promouvant des théories conspirationnistes ont proliféré après la publication d’un post sur le forum de messagerie en ligne 4chan. L’auteur du post appelait les lecteurs à « créer un mouvement massif de faux profils juifs sur Facebook, Twitter, etc ». Selon le post, le but est d’éviter la censure par les entreprises de réseaux sociaux et de diffuser des théories conspirationnistes sur le soi-disant rôle juif dans le commerce d’esclaves, l’économie globale, les médias de masse et l’industrie de la pornographie (source : The Times of Israel, 21 août 2019). (vu ici).

Il se trouve qu’il n’est pas nécessaire d’aller aussi loin pour rencontrer le même type de stratagèmes racistes. Dans notre pays, sur twitter notamment (je ne peux pas être partout…), on a assisté à une époque à une floraison de comptes racistes qui se dissimulaient sous des identités en apparence musulmane avec des noms à consonance arabe pour propager de la merde raciste et complotiste à l’endroit de la communauté musulmane. C’est une pratique bien connue des habitués de ce réseau (a) social là…

Je ne vous dis pas quel niveau d’amoralité totale il faut pour se livrer à ce genre de stratagèmes dégueulasses.

Qu’il existe sur ces réseaux des groupes de chasseurs de haters (clin d’œil à @resisteamFR) est une bonne chose. Le problème, c’est que rien n’empêche les auteurs de comptes suspendus et/ou supprimés pour leurs propos incitant à la haine d’en recréer un autre, sous une autre identité avec une autre adresse mail, et de continuer à pourrir le net avec ses ordures mentales. Et après tant d’années de pratique de ce réseau en particulier, je n’ai toujours pas vu de parade efficace à ce phénomène qui permet à la haine en ligne de perdurer. Seule une condamnation judiciaire hélas semble de nature à stopper tant les propos délictueux de ce type que les cyber-harcèlements.