#Amazon vend de tout, jusqu’à l’horreur #antisemitisme

Faut avoir le cœur vraiment bien accroché pour visualiser même brièvement ces produits qu’Amazon a été contraint de retirer de la vente, suite au signalement d’un correspondant européen de Channel 12 news, Elad Simchayoff. Si la plateforme de blogging que j’utilise proposait la fonction « masquer un contenu sensible« , comme le fait Mastodon, je l’aurais utilisée bien volontiers pour ménager votre sensibilité personnelle, qui le mérite bien…

Même la simple description de cette production si vomitive est difficilement supportable. Il s’agit d’ une ligne de vêtements arborant une reproduction de la célèbre photo d’une victime juive assassinée pendant l’Holocauste, «Le dernier Juif de Vinnitsa», imprimée sur des pulls à capuche, des t-shirts et des chemises, vendus de 9 £ à 20 £.

Et pour ajouter de l’ignoble à l’horrible, la société qui commercialise ces vêtements, Harma Art, n’a rien trouvé de mieux que d’écrire …

Cette société n’en n’est pourtant pas à son coup d’essai, et il ne s’agit pas d’une simple « erreur », puisqu’elle n’hésite nullement à vendre aussi ceci :

L’article par lequel j’ai eu connaissance de cette information , que j’ai creusée un peu, nous signale que ce n’est pas la première fois qu’Amazon propose à la vente des produits plus que discutables :

Retirer de la vente au dernier moment, quand il est souvent trop tard, et sous la pression de lanceurs d’alerte, des articles incitant à la haine, faisant l’apologie du nazisme, de l’antisémitisme, du racisme, voilà une politique commerciale bien médiocre en vérité. L’année dernière encore, Amazon basait sa politique de communication sur le même procédé, arguant du fait qu’on ne pouvait rien lui reprocher puisqu’elle avait retiré dès qu’elle en avait eu connaissance les produits incriminés, comportant des symboles nazis ainsi que des références au Ku Klux Klan.

Pourtant, dans une société hyper-technologique où tout est numérisé, il n’est pourtant pas très difficile techniquement de supprimer de tels produits en amont, avant même leur commercialisation, avec un logiciel performant de détection de mots clés et d’images prohibées. Mais il faut croire que l’appât du gain est trop fort, pour ces gens là, qui ne répugnent à rien…

Une raison de plus pour se passer des services, bien cher payés en termes de coûts humains, d’un tel site.