Stop Hate Money, un lien utile et nécessaire pour « assécher la haine en ligne » #NoHaters

Il y a peu, aux côtés des Sleeping giants que je soutiens activement, et dont on peut mesurer l’efficacité à la colère que leur action déclenche dans la fachosphère, j’ai découvert l’existence d’un nouvel outil de nature à perturber les affaires de ce que je nomme « l’industrie des petits producteurs de haine« .

Cette expression fait suite à une réflexion de fond toujours en cours – dont je n’ai pas encore entrevu assez finement l’ensemble des ramifications – qui m’était advenue suite à ce billet faisant état de ce qui rendait possible à mon sens le phénomène Zemmour, et son incroyable école de haine raciste… Une véritable nébuleuse d’acteurs et de sociétés aux intérêts matériels étroitement liés, d’où mon appellation, que j’estime plus que pertinente. Je pense en effet depuis longtemps que, plus que les discours moraux et les positionnements politiques purs, et leurs arguments subséquents, ce sont aussi et surtout les actions visant à s’en prendre au nerf de la guerre, (leur guerre) l’argent, et donc aux finances de cette nébuleuse de sites et d’acteurs racistes qui se planquent derrière, qui doivent être visés prioritairement. Un peu comme en matière de terrorisme, quoi… L’histoire du tueur de masse de Christchurch et ses dons à Génération Identitaire/défend Europe me donne d’ailleurs plutôt raison : le système de la haine en ligne comme sur le terrain devient de plus en plus internationalisée en effet.

Aussi, c’est avec grand plaisir que j’ai appris cette intéressante initiative qui vient compléter et soutenir utilement celle des sleeping giants, suffisamment développée ici pour que je n’aie pas à y revenir pour l’instant, hormis d’éventuels développements ultérieurs. Je veux parler de Stop Hate Money.

Son pilote ne m’est pas inconnu… Je suis en effet nombre de ses travaux et réflexions d’assez près (voir ici), notamment quand il a été auditionné par la commission d’enquête parlementaire sur les groupuscules d’extrême-droite, un indice à mon sens de sa crédibilité et de la fiabilité de ses travaux et réflexions.

source

Pour joindre l’utile à l’agréable, en parcourant le fil de publications du compte twitter de Stop Hate Money, je suis tombé sur plusieurs informations de nature à m’apporter comme à ce blog des « compléments nutritifs » à forte valeur ajoutée…

Tout d’abord, cette dernière trouvaille de l’antisémite Dieudonné, dont les affaires sont depuis quelque temps si fortement contrariées qu’il en est réduit à jouer à cache cache, tant avec ses supporters imbéciles qu’avec les propriétaires de salles qu’il loue en étant contraint de cacher sa véritable identité, afin de ne pas les contaminer par son bad buzz… La fin/faim justifiant les moyens, le voilà donc surpris à tenter de nouveau d’escroquer le gogo. Cette fois, c’est en tentant de surfer sur la vague des crypto-monnaies, dont les escrocs de tous poils sont très friands, et pour cause, vu que les profits ainsi générés échappent, pour le moment, à l’impôt. (ce qui n’est déjà plus le cas en Nouvelle Zélande).

source

Ce thème a été repris et développé par le magazine Capital ici :

source

Heureusement, aux dernières nouvelles, le projet que ce si peu humoriste là tente de défendre sur sa chaîne You Tube ne semble pas rencontrer le succès escompté, et je ne peux que m’en féliciter… Vigilance tout de même.

Du même genre de sac à vomi, j’ai sorti un autre lapin atteint de myxomatose,version complotisme ++ cette fois. Mais ça, c’est une autre histoire si je ne veux pas alourdir ce billet plus que de raison, au risque de vous le voir trouver indigeste… Un indice : en 2006, il a effectué un voyage en Syrie avec celui dont on vient de parler ici. 😉

Next.