Entre Poutine et Macron, la lumière d’un plus grand à mes yeux : Alexei Polikhovich

A l’heure où notre bon roi (« supprime ! ») Macron reçoit l’empereur de toutes les Russies dans sa modeste petite résidence secondaire, il m’est apparu particulièrement opportun de publier ici, en français (même au travers d’une traduction aussi approximative que celle d’un célèbre moteur de recherche), la lettre d’un anarchiste russe, Alexei Polikhovich, qui a payé la force de ses convictions par le poids des années de prison, pour s’être opposé à l’ordre établi comme il va – mal – dans son pays :

Le discours d’Alexei Polikhovich

Bonjour à tous.

Je m’appelle Alexei Polikhovich et j’ai passé trois ans, trois mois et trois jours en prison à cause de l’émeute de la place Bolotnaya. J’ai été emprisonné pour avoir attrapé la main d’un policier anti-émeute qui battait des manifestants. Et maintenant, je suis debout devant vous parce que je suis furieux.

Je suis furieux que l’histoire se répète. Je suis furieux parce que des anonymes portant des casques, des masques et des armures frappent des gens sans défense dans les rues de Moscou. Ils les battent encore et encore, ils resteront impunis. Je suis furieux que Moscou soit occupée par ces troupes d’assaut qui nous considèrent tous comme des ennemis de la Russie.

Je les ai vus. J’ai vu un homme avec un casque, frappant furieusement avec une matraque quelqu’un qui gisait sur le sol et criait. J’ai vu des hordes de ces gens portant des casques attaquer des personnes qui se tenaient là pacifiquement. La seule chose qui était dangereuse le 27 juillet était les agents de la force publique. C’étaient les seuls.

Ils ont appris à nous battre, puis à jouer le rôle de victimes devant les tribunaux et à raconter comment ils ont été blessés par un gobelet en plastique ou par le contact de nos mains chaudes et tendres, tout comme ils ont été blessés par le slogan «Garbage – Russie honte» (?). Ils crient sur leurs lâches chaînes anonymes de Telegram qu’ils sont les vrais hommes russes et que nous sommes des provocateurs payés. Salut les hommes, qu’est-ce que c’est de jouer la victime devant les tribunaux contre des étudiants, des étudiants diplômés, des blogueurs, des directeurs de télévision, des bénévoles? Que diront vos enfants de ces histoires quand ils seront grands? Vos enfants vont vous haïr. Enfants de flics, détestez les flics!

Je suis furieux qu’une fois tous les sept ans, le navire du comité d’enquête vienne à Moscou et emmène les jeunes gens dans le labyrinthe crétois, comme un sacrifice au Minotaure. Assurer qu’Athènes — Moscou — reste une ville paisible de festivals de barbecue. Pour que les fugitifs et les traîtres de Berkut puissent pratiquer l’escrime avec des matraques en toute sécurité. Pour que le colonel Kusyuk puisse toujours porter sa moustache sur nos terres et commander la répression des manifestations pacifiques.

Ils viennent tous les sept ans pour nous sacrifier. Et c’est comme ça. Aujourd’hui, je suis furieux et je veux que vous ressentiez également l’indignation. Je veux que vous, nous tous, deveniez Ariane pour les treize gars qui ont déjà été emprisonnés jusqu’à présent dans l’affaire des émeutes. Je crois que nous pouvons y faire face. Après [l’affaire Ivan] Golunov, je pense que nous avons la force de jeter un fil qui les guidera hors du labyrinthe des prisons, des tribunaux et des brutalités policières.

Combien de personnes sont ici maintenant ? Plusieurs milliers. Je veux voir ces milliers de personnes sous les fenêtres du tribunal de Basmanny [le tribunal qui a ordonné les arrestations]. Ici, nous sommes très proches du tribunal de Basmanny. Je ne suis pas un partisan de Navalny, je ne crois pas aux élections, je ne suis qu’un anarchiste russe. Un simple homme russe. Je veux que nous criions à tous les Kusyuks, à la commission électorale de Moscou, à la police anti-émeute, aux policiers, aux juges et aux bureaucrates. vous êtes une arnaque folle ! Ils sont fous! Ils sont fous!

Soutenez les personnes en prison. Rentrez chez vous et écrivez-leur une lettre en prison. Donnez de l’argent pour la nourriture et les honoraires d’avocat. Trouvez la personne avec sa boîte de dons dans la foule maintenant – c’est mon complice de l’affaire Bolotnaya, Volodia Akimenkov – donnez-lui des fonds pour les prisonniers politiques. Parlez-en et allez au tribunal; les manifestations sous les fenêtres de la cour ne devraient jamais s’arrêter.

Rappelez-vous leurs noms. Rappelez-vous leurs noms – pas comme les noms des victimes ou des héros, mais comme les noms de vos amis qui seront bientôt à la maison. Criez-les :

Alexey Minyailo
Vladislav Barabanov
Kirill Zhukov
Egor Zhukov
Ivan Podkopaev
Samariddin Radzhapov
Evgeny Kovalenko
Sergey Abanichev
Daniel Conon
Sergey Fomin
Aydar Gubaidulin
Danila Begletz
Dmitry Vasiliev
Pavel Ustinov

source originale du texte et de cette photo

Si quelqu’un(e) a une traduction un peu plus correcte, je suis preneur. Je changerais alors bien volontiers cette version là. En attendant, comme je n’en ai pas encore trouvée de disponible en français, j’ai paré au plus pressé… Merci pour votre indulgence.