Castaner galvanise les #violencespolicieres

On le savait très con bête,  au point que cela puisse se voir et se dire y compris dans ses « propres » rangs…

… Mais vu qu’ils ne valent guère mieux, ces fauxcialistes que je conspue de toutes mes forces, eux qui ont tant contribué à la honte et au déclin de la gauche, la vraie, cela ne vaut pas un pet de lapin, comme argument. Aussi, on s’attachera plus volontiers à ses actions et ses propos, qui parlent d’eux-mêmes

Et ils ne font que confirmer cette pénible impression. Notre sécurité, dont il est sensé prendre la responsabilité (je souris… jaune) est entre les mains d’un idiot. A moins qu’il ne soit exceptionnellement cynique. Qu’est-ce qui lui a pris de décorer ostensiblement toute une tripotée de flics dont on découvre qu’ils sont tous impliqués dans des affaires de violences policières ? S’il avait voulu les encourager, il n’aurait pas pu donner de signe plus fort que celui-là :

Et parmi eux, particulièrement symboliques, le commissaire Chassaing, responsable de l’opération violente des quais de Nantes, le soir de la disparition de , un autre « responsable », celui de l’agression caractérisée de Geneviève Legay, et le capitaine Félix Brune, l’un des policiers auditionnés dans l’affaire Zineb Redouane. C’est pourtant bien ce CRS qui commandait les auteurs des tirs le jour de la mort de cette pauvre femme, tuée par une balle de LBD à Marseille, en marge d’une manifestation de gilets jaunes à Marseille en décembre 2018… Une mort qui, comme celle de Rémi Fraisse, d’Adama Traoré et de temps d’autres, en une longue chaîne d’irresponsabilité de l’Etat français, ne connait donc, encore et encore, ni responsable ni coupable, et dont on fait tout en haut lieu pour retarder l’instruction judiciaire… La palme de l’indécence.

Comme le disait l’autre,  « après les tontons Macoute, voici les tontons Macron… « . Mais il est fort probable que, comme pour l’affaire Cahuzac, ou plus récemment de Rugy, les mêmes pointent le doigt du messager, plutôt que le message, en désignant Médiapart comme l’ennemi à abattre, alors que le droit à l’information et le journalisme d’investigation sont tellement constitutifs d’une réelle démocratie… Mais ces gens à n’en ont cure, et s’assoient dessus.

L’arrogance et le mépris des libertés publiques de ce gouvernement deviennent décidément leur marque de fabrique, aux côtés de leur hypocrisie notable et de leur inusable langue de bois, tout comme de leur mépris du peuple. Faut que ça cesse.