le macronisme triomphant consulte pour experte en bioéthique… une fasciste pur jus : @AudeMirkovic #PMA

Quelqu’un qui, bien qu’il ne soit pas de la même famille politique que moi, déteste tout autant les fachos (il se reconnaitra),  m’a envoyé cet article de Médiapart. Merci à lui. Grâce à celui-ci, on apprend que la passionaria actuelle de la lutte contre la PMA, Aude Mirkovic (née Bertrand), qui selon sa fiche wiki est « Spécialisée en droit de la famille et de la bioéthique, et  » porte-parole de l’association « Juristes pour l’enfance » »,  a été consultée par le gouvernement (et au delà) pour son expertise :

Sauf que. Ya comme un pétage de plomb dans la boîte à fusibles. L’enquête de Médiapart nous apprend en effet que cette soi-disant experte indépendante , et bien sûr totalement objective sur le sujet, a été jusqu’à peu » l’une des égéries de la scène identitaire, proche de l’extrême droite radicale. »

Aussi, j’ai voulu en savoir plus sur cette petite fasciste là (vous connaissez ma curiosité pour ce genre de nazillon.nes…),  dont on connait déjà la position préalable, si peu suspecte de rigueur scientifique, sur le sujet, vu ses à priori idéologiques incluant probablement de graves biais cognitifs.  Et ça n’a pas raté. Portée par la vague de l’annonce par le premier ministre de l’ouverture des discussions à l’occasion d’un projet de loi sur la PMA pour les couples de femmes, elle a multiplié les conférences pour crier au loup sur l’air bien connu du parti d’extrême-droite rétrograde qu’est LMPT, genre   » une famille, et un couple c’est naturellement un papa une maman, et haro sur  « l’effacement délibéré du père » « . Du pur réac dans son jus, arc-bouté sur son refus de toute évolution sociétale.

« Aude Bertrand est aussi un pilier de la scène du rock identitaire français, comme l’a récemment rappelé le compte Twitter ParisPasRose. »

 

Avant de devenir l’égérie des catholiques traditionalistes pour ses combats contre le mariage pour tous et contre l’ouverture de la PMA aux couples de femmes, Aude Bertrand était plutôt proche de l’extrême droite néo- païenne et défendait avec ses acolytes le « peuple européen ».

Dans un groupe nommé  Elendil, la jeune femme, biberonnée aux thèses fascistes  dénigre haut et fort,  comme le font si généralement ses semblables (qui y ont en effet fort à y perdre), la « tyrannie droit-de-l’hommiste » qui empêche honteusement les identitaires de s’exprimer librement… Leur fameuse antienne de la liberté d’expression dont on sait ici quoi en penser

Le groupe conspue également allègrement les médias dominants qui leur sont  hostiles :  France Info,  France Inter, De Canal + etc… Pourquoi pas ? La critique des médias n’est pas interdite, à ce que je sache.  Moi-même, je m’y livre assez régulièrement. Toutefois, c’est pour exercer mon sens critique et dénoncer ce qui doit l’être : le non respect des règles déontologiques d’une profession que je trouve noble dans son essence (ou qui pourrait l’être si… mais c’est un autre sujet).  Mais le groupe d’Aude Mirkovic  le fait en des termes qui font froid dans le dos et ressemblent fortement à de l’apologie du terrorisme  et à de l’incitation à la haine :

« Il va falloir qu’on pense / À programmer la vengeance. »

 « Si j’étais pas si réfléchi, / Ça se terminerait en boucherie. / Si j’étais pas si modéré, / Je crois que j’irais tous les tuer, / Les massacrer » (dans « Boucherie », album Chants de colza).

Le groupe cite également – excusez nous du peu –  le penseur d’extrême droite Julius Evola, idole des néofascistes.

Au Québec, au sein du groupe Fleurdelix et les Affreux Gaulois,  Aude Mirkovic se fait appeler Laura Tchill. Leur chanson « À travers le temps », qui répète en boucle : « N’oublions jamais que nous sommes fils de Français », est très appréciée dans la fachosphère.

Ah, il est beau le fameux rempart du macronisme contre l’extrême-droite….  On n’en fini pas de le voir tous les jours prendre d’eau de toutes parts. Encore un exemple s’il en était besoin. ET dire que l’on confie nos vies à ces insensés là…  Faut que ça cesse.