#Branco, ou le crépuscule de la pensée confusionniste

Le confus en question ne croyait probablement pas si bien dire… Bien qu’il n’a probablement pas voulu y mettre la même arrière pensée que moi, lui si peu suspect de préoccupations antifascistes… Je l’avais déjà égratigné ici, alors qu’il donnait une interview aux petits amis de Marion Maréchal le Pen, l‘Incorrect, ce qui est déjà suffisant à mes yeux en matière de franchissement de ligne rouge pour que je m’en tienne soigneusement éloigné. Celui qui a un melon tellement gros que c’en devient proprement indécent, qui ne répugne pas à la promiscuité de certains autres confus aux propos racistes et xénophobes (la liberté d’expression du chouardisme, n’est-ce pas, voilà où ça mène les moins regardants…),  vient d’être brillamment déconstruit pas des camarades de Rebellyon, et je tenais à saluer leur travail, une fois n’est pas coutume, moi qui suit d’ordinaire si exigeant et critique. Mais là, force m’est de constater la qualité du travail :

source

L’invitation de Branco à Lyon a été l’occasion de découvrir la méconnaissance de nombreu.se.s camarades à son sujet, voire la sympathie qu’un certain nombre ont pu avoir pour cet auteur à la lecture de son dernier ouvrage. Or les raisons de rejeter ce triste sire loin de nos luttes et de nos grilles de lectures politiques nous paraissent nombreuses.

Je profite donc éhontément de ce texte que je vous invite à partager sans modération pour démystifier ce quidam de la galaxie zinzinsoumise,  qui ne cesse de couiner qu’il serait injustement ostracisé alors que son crépuscule de la pensée est accessible en ligne directement ici, et qu’on ne parle partout que de lui malgré la vacuité de son discours fumeux.  Plusieurs point évoqués dans le texte des camarades de Rebellyon (dont j’aimerais entre parenthèses bien connaitre les auteurs/trices… merci d’avance), entrent si exactement en convergence avec mes propres préoccupations antifascistes que je ne pouvais pas résister au plaisir de partager leur texte détaillé, argumenté et sourcé  avec vous, histoire de contribuer à faire dégonfler la baudruche. Vous comprendrez mieux en le lisant. Extrait :

Lire la suite

Sur le sujet, Lire aussi

Crépuscule : Juan Branco découvre la lune Joseph Confavreux, Mediapart, 25 avril 2019
« Crépuscule », pamphlet fascisant, Geoffroy de Lagasnerie sur son blog chez Mediapart, 14 avril 2019
« Crépuscule » de Juan Branco, ce qu’il faut garder et ce qu’il faut jeter, Antoine Hasday, Slate, 26 avril 2019.

Juan Branco au café de flore, par Mérôme Jardin  (à propos de l’outing d’Attal).